En avant les paluches !

Chaque année à l’approche du printemps, l’ASCVTT quitte le littoral et se tourne vers les vallées pour profiter des magnifiques sentiers de moyenne montagne avant l’arrivée de l’été.

Alors que le littoral permet du côté de l’Esterel ou du mont chauve,de rouler tout le temps sans se poser trop de questions, préparer une sortie en montagne nécessite  :

  • de vérifier la météo et déterminer ainsi quelle vallée, quel versant, quelle altitude afin de proposer une sortie adaptée aux conditions du jour,
  • de s’informer sur l’état du parcours prévu car la montagne bouge, les événements climatiques telle que la tempête Alex, une tombée de neige tardive humide, un affaissement de terrain peuvent bloquer un sentier et donc perturber et/ou compliquer fortement le parcours prévu.

Le printemps venu, l’Ascvtt regarde du côté de Puget Théniers, et se pose invariablement la même question : comment est le sentier des Palutes ?  des arbres en travers ? des genêts en pagaille ? des cailloux ? des ornières creusées par les sangliers ? des pignes de pin en pagaille ? eh bien cette année tout cela en même temps ! confirmé par l’absence d’entretien depuis plusieurs années…

Lors de la sortie précédente, nous avions évoqué le sujet “nettoyage de sentier” lors d’une longue montée.

La météo s’annonçant défavorable tout ce WE, je propose à Antoine de transformer la sortie vélo proposée en sortie débroussaillage.

Et nous voila à 4 motivés, armés de tronçonneuse, coupe-branche, pioche et sécateur pour dégager ce beau sentier. Sans oublier l’impressionnante scie-katana de kristof, au cas ou la panne d’essence surviendrait.

On se regroupe dans une auto et on grimpe en haut de la piste afin de nettoyer en redescendant le sentier des Palutes.

Dans la joie et la bonne humeur , Antoine tronçonne, les autres nettoient..

On pause pic-nic à la cabane forestière de la grossière

et on repart pour la suite de la descente

on nettoie les épingles, on pose les anti-coupes destinées à fend-la-biz.

Déjà la fin de l’après-midi, satisfaction du travail accompli

Le lendemain météo toujours pas top sur le littoral, mais une envie irrésistible de tester en exclusivité le travail de la veille.

Alors retour avec Isa sur les lieux de la veille. Montée jusqu’au col de la Barbenière mais cette fois-ci à vélo et accompagnés de quelques flocons de neige bien agréables. Seule la piste collante de boue et cailloux nous aura presque fait demi-tour car boue+cailloux+neige={roues bloquées et 10kg de plus à la pesée}.

Arrivés au col bien enneigé et pressés d’en découdre après ce final peu sympathique, on inverse la pente, le vélo s’allège rapidement, les roues se décrottent et on se régale en glissades dans la neige sur le sentier du Graus. Puis on enchaine avec le sentier sous la piste de montée, pas très propre mais qui mène directement au sentier convoité des Palutes, Seul un troupeau de moutons, quelques patous aussi peu sympathiques que leur berger,  nous auront retardés.

Un bout de piste plus tard, et un passage délicat du ravin, difficile à améliorer, et nous descendons d’une traite le fameux sentier “réhabilité par l’Ascvtt en 2010” et nettoyé hier. Arrivés en bas,  le constat est le suivant : malgré tous nos efforts la veille, le sentier est beau et roulant, sans être un billard. Il reste d’apparence sauvage, mais il reste encore des genêts encombrants dans la descente…

 

Alors le WE suivant, même temps pourri alors les jeunets remettent le couvert histoire de raser les derniers genêts de près.

Et cette fois ils ont aussi apportés leurs vélos, afin de tester aussi cette fabuleuse descente des Palutes …

et pour ceux qui aiment bien les histoires, Pierrot (alias Bourriquet) nous ressorti les archives :

“En 2008, on se sentait quand même vachement “investis” !” https://eco-sentiers.org/premier-chantier-eco-sentiers-a-puget-theniers/

 

et pour y aller c’est ICI


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.