A la St Christophe avec Kristof, aux Lignins avec Sylvain

Trois amateurs férus de paysages alpestres foulent le sol mythique de cette rando organisée chaque année dans ce haut lieu de la montagne qu’on se doit d’honorer ! Quel plaisir…

Rdv plus que matinal, à 7h30 sur la 202. Christophe et Isabelle chargent leurs vélos dans la belle et neuve camionnette de Sylvain B qui sera notre bon chauffeur.
Prêts à rouler comme prévu à 9 heures à Peyresq.
 
Pour reprendre une formule utilisée par François “Lors d’une bonne sortie, on commence toujours en ayant froid” Mais cet adage fonctionne surtout en hiver, du coup on en met en place un nouveau  : “Une bonne sortie commence par une panne mécanique” .
La première place du podium revient à Isabelle pour la journée* et aussi peut être pour l’année écoulée.
 
Valve du pneu avant morte, pas de pince pour la desserrer mais pas mal d’inventivité :caillou, chiffon, couteau de cuisine, tous ces efforts sont vains !
On finit par dégoter une pince coupante dans le camion et les garçons réparent, croient-ils. Plusieurs haltes regonflages plus tard on opte pour la chambre à air.
Merci les mécanos de votre patience.
 
 
La première montée est belle et se déroule essentiellement dans la forêt, sur un single assez raide et exigeant.
Christophe se prend pour Rémy Julienne perd l’avant de son vélo et exécute plusieurs roulé-boulé dans le ravin . Il en sort indemne mais un peu refroidi ; Un homme averti en vaut 2 paraît-il ?
 
 
Traversée d’un plateau herbeux, au loin on aperçoit la baisse de Détroit; Pour l’atteindre, on pousse, c’est escarpé, minéral et grandiose.
 
 
Première petite descente épinglue vers le principal  lac de Lignin, croyait Isabelle .
 
 
Arrivée sur le rivage, aucun des 2 garçons en vue…Fallait tourner à gauche . 3/4 d’heure plus tard on se retrouve : Pas de réseau, proche de la panique, mais tout est bien qui continue bien.
 
 
C’est reparti, objectif : Baisse de Mouriès, droit dans la pente très raide, c’est dur.
Accueillis sur la crête par des patous grognant et menaçants, on prend la clé des champs dans des terres grises et escarpées, non répertoriées dans le GPS.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au final, c’est quand même assez fameux. Là, on a failli perdre Sylvain qui filait tout droit. Un coup de pédale électrique le rattrapait.
Satisfaits, on pose nos fessiers dans l’herbe pour la pause. Rien à dire là dessus, ni là dessous.
La descente se poursuit dans la forêt, on jardine un peu à cause de l’instinct de propriété qui existe aussi dans les montagnes. Le proprio du gîte a mis en place une déviation un peu tortueuse, on pousse, on râle puis on se retrouve sur la bonne voie. Et roulent les poulettes !
*Crac ! La chaîne d’Isa pête ….  je cherche un contrepet, en vain, alors je continue le CR. Une attache rapide plus loin, on reprend notre chemin qui nous emmènera dans le final de cette journée de fin d’été.
 
 
Les Lignins ! The place tout bi absolument ! A ne pas manquer pour les galons de vraitétistes !
 
 
On ne peut le cacher, comme d’habitude on finit au bar du village et comme toujours on est heureux de notre journée.
 

3 réflexions sur “A la St Christophe avec Kristof, aux Lignins avec Sylvain

  • 11 octobre 2021 à 19 h 35 min
    Permalien

    Elle a cassé où cette chaîne ?
    C’était l’attache rapide en or ?
    Ça fait deux fois cette année ; t’étais encore en mode tracteur pour Vttiste en détresse ?

    Super compte rendu ; ça nous fait regretter de ne pas y être allé; toujours pas les galons !

  • 12 octobre 2021 à 12 h 24 min
    Permalien

    Oui, l’attache rapide dorée et non, toute seule
    Les Lignins ne vont normalement pas disparaitre …Tu as déjà les galons de finisher de TransV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *