Dina c’est de la Dynamite

Un jeudi de semaine, une très grosse envie de rouler, un WE à la con(finé) qui se profile…..  c’est suffisant pour attirer 2 riders vers les vallées.

Un arrêt rapide chez Charles & Albert pour récupérer Antoine, suivi d’un court trajet auto (nous permettant de peaufiner les détails du parcours) et nous voila déjà à Puget-Théniers.

Sachant que l’objectif imposé du jour c’est la montagne de Mairola (ou Mayola), mon choix s’est porté sur la ligne de crête tandis qu’Antoine a voté pour la descente des cerises qu’il ne connait pas. L’arrivée étant prévue à l’entrée des gorges du Cians, c’est donc là que nous avons déposé la voiture. 

Il n’est même pas 9h, seulement 5 petit degrés dehors et une brise bien fraiche pour aggraver la température ressentie, ne suffisent pas pour nous confiner dans la voiture . Quelques minutes plus tard, le départ est donné, le vent frisquet du matin nous fait rentrer les oreilles, faire le dos rond, et pédaler sans un mot. Le courant d’air de la vallée du var nous a suggéré de prendre une couche supplémentaire que nous ne regrettons pas sur les 4 km de route goudronnée.

Un peu plus loin, nous quittons la route départementale et bifurquons vers la piste de Chante-perdrix. On peut alors ralentir  le rythme et enlever les couches inutiles. Avec plaisir, on retrouve cette longue piste que nous avions parcouru l’an dernier enneigée pour enchainer avec la descente des palutes, mais ce ne sera pas le programme aujourd’hui.

Après 2h00 de bavardages (et accessoirement de montée), nous sommes au col de la Barbenière. On y rajoute 20mn de poussage droit dans le pentu et nous sommes au sommet de Mairola. Un sommet qui semblait vu d’en bas encombré de buis, mais qui finalement offre un panorama à 360° sur tous les alentours : Gréolières encore enneigé, la vallée du Var, la vallée de la Roudoule, le dôme de Barrot, les gorges du Cians, le Mercantour , sans oublier la vue plongeante sur le village de Rigaud. Un point de vue qui mérite vraiment le détour.

Après cette belle pause que l’on savoure tranquillement, ce n’est pas encore l’heure du repas et le soleil tarde à percer, alors on redescend freeride du sommet en suivant de beaux lacets imaginaires.

Puis on rejoint la crête de Mairola en suivant le GR en bordure de falaise, un sentier qui démarre bien technique et rocailleux avec quelques marches puis s’accélère en sous-bois et et finit sur lit d’épines de pin.

Ce sera l’apéritif  pour cette première partie de descente !

Le passage dans la forêt est tellement grisant que l’envie est forte de poursuivre la descente vers Puget-Théniers mais, mais … ce n’est pas la descente qui a été choisie, donc STooooooooooP !!!!!!!  on rejoint la piste qui longe et on remonte jusqu’au plateau. L’heure du pic-nic est maintenant annoncée. Pic-nic le cul dans l’herbe jaunie de l’hiver mais face au Sud , face au Cheiron et ses restes de pistes enneigées.

Il nous reste maintenant la très joueuse traversée du plateau de Dina au travers des restanques jusqu’à la chapelle Saint Sauveur, puis le travers panoramique le long des gorges du Cians, jusqu’au passage un peu exposé du ruisseau de Fiou avant d’entamer le méga dessert du jour , la longue descente épinglue des cerises sur lit de feuilles mortes, magique ! 

Une sacrée descente, une descente sacrée , puisque l’on rencontre pas moins de 3 chapelles, ou l’on peut bénir chaque nose-turn ou virage réussi et retenter 2 minutes plus tard celui ou ceux qu’on a raté, car il y en a des virages sur ce sentier… de quoi se perfectionner …. jusqu’en bas !

 

Antoine:

Redécouverte de la randonnée aujourd’hui, où on prend le temps de contempler les paysages et faire quelques photos.
De belles descentes, bien technique pour la dernière, on en redemande…
Organisation parfaite, avec bière fraiche à l’arrivée. Merci François. Une virée à refaire.

 

Un secteur bien calme et des sentiers très préservés et ou l’on sent bien que l’agro pastoralisme était et est encore bien présent..

Des chiffres très raisonnables pour cette rando de charme au rythme d’antan (sans assistés 😉 : 1500D+ et 31km

 

Une réflexion sur “Dina c’est de la Dynamite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *