Ballade à cheval sur …

Fin Août 2017, en plein milieu d’un été pas caniculaire mais presque, on se retrouve à 4 pour une ballade, cotée 3 étoiles sur vttour, qui démarre à La Brigue et rejoint Fontan. Un topo costaud, mais qui, agrémenté d’une navette, se révèle raisonnable et surtout très agréable et original.  A cheval sur la frontière italienne, on flirte à 2000m avec la cime de Marta, le Mont Peïrevieille , le Pas de l’incise, le Mont Torrage, en bref du bon et du beau VDM.

Ceux qui ont pris la formule B&B à la Brigue ont démarré plus tôt, car la nuit a été courte et rythmée par une ambiance électro. Celui qui a choisi la formule “j’arrive direct et je suis à la bourre” est venu avec des jambons en coton, il la ramènera pas aujourd’hui, il va couiner dans toutes les montées. Quant à moi , bien dormi, aucun bruit sur la place du village, pourtant située à 300m de la soirée animée.

un nuage quand même à l’horizon

Après une (trop) longue et chaude montée malgré l’heure matinale, nous rejoignons la piste de l’amitié délimitant la frontière avec l’Italie. On laisse la cime de Marta et ses baraquements militaires et on poursuit la superbe piste frontière. Le panorama sur les vallées italiennes défile, yaka pédaler pour rattraper les 2B…

Lago Ternarda versant italien

Un petit SMS plus tard, la jonction est effectuée au col Bertrand, les premiers ayant décidé de casse-croûter afin de patienter. A partir de la, on va changer de décors, on oublie la piste et on retrouve avec bonheur les sentiers.

Sentier en crête, ou en balcon, sentier rapide ou en lacets, en dévers, gazeux ou rassurant, caillouteux, lisse, tout est la ! dans un décors époustouflant !


Descente en duo sous le mont Peirevieille

Passé le mont Peirevielle une pause panorama s’impose !

on vient de la !
 
la suite par là-bas !

 

Mais avant d’y arriver, il faudra quand même pousser un peu …

 

Rester concentré car il y a du gaz …
 
Basculer sur l’adret italien…
un Isostar et ça repart…

Arrivés à l’oratoire de la madonina, Laramène ne couine plus, les montées sont finies. Depuis le début des descentes Susie a pris le relais avec des plaquettes de freins qui gémissent, et chantent une (douce ?) musique lancinante, son mécano perso n’y pourra rien changer.

 
arriver enfin à l’oratoire de la madonina…
enfiler quelques épingles …
finir dans le vallon de la Bendola…
Reste plus qu’à remonter à Saorges (dur dur …) pour retrouver la gentille navette qui nous attend

 

Leurs impressions à froid:

Merci François pour la sortie du jour. Ce fut costaud mais on s’est bien marré 🙂 (Susie)

 

Une découverte grandiose comme on en fait de plus en plus rarement dans la région, pour les paysages, l’ambiance, le gaz, et le travers du mont Lega tout comme l’ultime descente de la Madonina qui valent des points ! Certes, il faut se fader les +1700m pour 44km et les +30° largement dépassés sur l’adret italien, mais ce mont Peirevieille est géologiquement unique. (Pierre)

 

Ah oui l’isostar… le truc qui me fait autant d’effet que boire de l’eau. Mais après la fameuse tarte au citron et après cinq heures d’effort, je commençais à avoir des jambes.

Tour de très costaud, panorama sublime, exceptionnel, à la hauteur des sentiers….bien perdu au milieu de la nature sauvage
Sinon, mon pneu arrière est (de nouveau) à plat … (Marc)

L’absent (erreur) du jour :

Moi j’ai le dos claqué depuis hier et ça me paraît chaud d’être opérationnel d’ici demain matin. Donc très probablement sans moi. (Julien)

 

Beaucoup de photos

 

3 pensées sur “Ballade à cheval sur …

  • Pierre Jahan
    2 janvier 2018 à 14 h 57 min
    Permalink

    Mieux vaut tard… pour ce beau c-r d’un topo bien beau, chaud et costaud ! 😉

  • 3 janvier 2018 à 8 h 48 min
    Permalink

    Quel grandiose tour….à refaire absolument….. Tu voulais dire quoi François avec ta phrase je suis venu avec des 27 en coton????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *