Oh qu’est-ce qu’il pique ce Férisson

Pas de sortie pédestre aujourd’hui mais une superbe sortie VDM avec quelques poussages/portages annoncés à l’avance, donc pas de surprise (ou presque).

9h à Berthemont  il fait déjà plus de 20° degrés à l’ombre, l’air frais ce sera pour un autre jour, alors on sort la crème solaire, les casquettes et on vérifie le niveau du camelback.

Ça démarre raide, les jambes sont froides et déjà un premier poussage pour rejoindre la piste. Dès les premières minutes de marche, Bruno se fait attendre et finit par nous rejoindre tout dégoulinant/transpirant : il a pas trouvé le mode poussette sur son nouveau bike, dommage … Heureusement pour lui, le poussage est court et on rejoint déjà la piste bien ombragée qui va nous mener tranquillement mais sans relâche à la vacherie de Férisson. On se fait rattraper par 2 vtt  assistés qui seront de retour à leur voiture avant midi. Nous, on est là pour se balader en montagne, alors on monte doucement, on profite de la douce chaleur de la forêt  et du panorama qui s’ouvre.

 

La montée à la vacherie de Férisson n’ayant pas entamé nos batteries, on enchaîne direct vers la baisse du même nom. La piste se transforme en sentier roulant. Laramène montre l’exemple en restant sur le vélo, Nono pédale aussi (e-obligé), moi j’hypoglycémie, donc je pousse.

A la Baisse de Férisson, c’est arrêt sur image, carte postale obligatoire sur le Gelas et la madone de Fenestre.

On se congratule le poussage/portage était pas si piquant que çà finalement. Visiblement tout le monde n’a pas détaillé le reste du topo car la suite s’avère plus exigeante que prévu. La montée n’est pas terminée loin de la. Un travers exigeant, étroit, exposé parfois,  ne permet pas de relancer et surtout  qui n’en finit pas. A tout moment on croit que  la descente est lancée, mais non c’est  un faux départ, dommage…

Comme le travers n’en finit pas de piquer, nous on finit par s’arrêter pour pique-niquer avec vue imprenable sur la Colmiane.

Un casse-croute plus tard,  on continue le travers plus facile sous la tête de Marre. 3 patous ont senti l’odeur du vtt-iste et n’hésitent pas à grimper 200D+  pour venir nous chatouiller les mollets.

Nono passe en mode turbo tandis que nous, pauvres musculaires on passe en mode piéton (« gentil le patou, gentil 🙂 »).

On laisse la bifurcation vers le vallon de Marre de côté et c’est le signal de la descente, plein gaz.  Arrêt à la bergerie superbement aménagée de la Palu pour faire le plein d’eau et dire bonjour au berger et ses chiens. On repart en suivant le sentier traces jaunes (pas la vilaine piste de quad qui a du servir pour équiper la bergerie de luxe).

On dévale le KV à l’envers et après de nombreuses secousses (elle pique cette descente), on arrive à St Martin Vésubie . Il fait chaud, même très chaud, alors on remplit les camels histoire de pas désecher avant l’arrivée, on zappe le portage infâme ( dixit jesaispluki) et on rentre direct par la route à Berthemont.   Ayant une excuse valable, Nono s’échappe, et nous abandonne avant les rafraîchissements réglementaires …

présents : MarcLR, Nono, Dar2

toutes les photos ici

3 pensées sur “Oh qu’est-ce qu’il pique ce Férisson

  • 19 août 2017 à 11 h 34 min
    Permalink

    Quelle jolie photo finale dans l album….

  • 19 août 2017 à 21 h 11 min
    Permalink

    Photo floutee interdit -18

  • 22 août 2017 à 17 h 48 min
    Permalink

    Super !

Commentaires fermés.