Transvesubienne 2016

Encore une fois, le club a été représenté en force sur cette course unique : La TransV.

MarcLR s’est présenté sur l’Ultra Trans (pour une première, faut le faire) et Enjoy, Colonel, Faf, Frodon et Jano sur la Trans50.

Pour l’édition 2016, le gourou a encore taillé une épreuve sélective à travers la Vésubie et l’arrière pays Niçois : 50% de finishers comme au bon vieux temps.

Pour se replonger dans la course, les superbes articles de Bourriquet et et une petite vidéo sur pinkbike.

6 au départ et 6 à l’arrivée. Carton plein encore une fois !

Les CRs des riders de l’ASCVTT :

Marc LR

Allez je me lance dans mon premier CR, et quel CR celui de l’ultra trans, rien que le nom donne des frissons.
Le problème est que je me rends compte en lisant les autres CR que je me souviens plus trop de ma journée de dimanche, peut être trop en mode robot (j’avance je roule je marche, j avance je roule je marche)  en plus comme c’est ma premiére trans on ne peut pas dire que j’ai le nom des endroits passés en tête.

Une de mes hantises est tout d’abord la météo, je ne veux pas de pluie…et l’autre hantise les portes horaires du dimanche.

Samedi matin, stress au réveil petit déjeuner bof, allez oust direction le point de départ, il fait beau, la mer est calme  le top,  un peu étonné du peu de participants au départ.

Un petit coucou à bourriquet pour apprendre que monsieur est photographe attitré de l’ucc,  chapeau bas.

Et c’est parti pour nice roquebilliére, rien qu’en voiture c’est pas mal comme trajet alors en VTT….
La montée à macaron, tranquille, toujours aussi agréable d’aller là bas, toujours la vue du mont macaron trés appréciable, un coucou à enjoy venu nous voir là haut, merci à lui de nous avoir donner l’autorisation de passer sur ses terres…

Et hop go pour la premiére spéciale sauf que je déraille évidemment quand on ne met pas le loquet anti déraillement du 01x 11 vitesses (pas encore habitué à cela) , spéciale faite pépére, bien essayé de forcer mais bon me suis dis pas la peine de se cramer, arrivée à CONTES par les dalles rochers (que je ne connaissais pas) et cela surprend bien, ayant vu quelques personnes se boitaient devant moi, j’y suis allé mollo.

Arrivé au ravitaillement on en profite, miam miam.
Direction berres les alpes, forcément c’est en hauteur, montée route piste , m’en fous cela ne me dérange pas.
Ensuite descente trés sympathique (que je connaissais), dommage cela aurait pu être   une partie chronométrée, pour aller croix de marsan puis remontée tranquilou bilou au col de savel puis saint roch puis col de porte pour le départ de la deuxiéme spéciale sur un tronçon que j’adore en passant par les grandes de ramuntxo (je sais c’est pas leur nom).

La belle fôrêt de Brocéliande avant de trouver de l’aride avant le village de béasse (bonjour aux esprits de béasse en passant), puis la baisse de béasse où m’attends ma petite chérie (venue à pied de gorblau trente minutes de marches) mais joli spectacle pour elle que de nous voir passer là bas.

On lui fait un petit bisou et je repars avant de retrouver descente technique, sympathique pour tomber à Lantosque, descente où se trouve bourriquet qui a fait une belle photo de moi on pourrait dire déja,  quel super tronçon je le kiffe trop celui là. Bien sûr connaissant le tronçon je ne l’ai pas vraiment fait en mode chronométré.
De lantosque à roquebillière sans trop d’intêrêt, on entend l’orage gronder (je fais pas trop le malin) on se mouille un peu dix minutes et hop arrivée ….

Voilà une journée bien remplie, pas trop compliquée, pas trop épuisé.
A l’arrivée, je me réfugie vite dans la voiture direction mon lieu de villégiature et je défie quiconque de le connaitre , cela s’appelle CAMARI, hameau perdu à la fin d’une route goudronnée, trois familles à l’année y habitent.

Dimanche matin 05 h 00 paris s’éveille et surtout moi qui file voir le ciel trop cool des étoiles.
Direction la colmiane, 45 minutes de voitures, comme cela on a le temps de digérer le petit déjeuner
Le temps de voir mon classement de samedi , 168 sur 230 , donc en ce beau nous sommes que 230 partants pour l’ultra trans sans compter VAE  et la trans 60, cela ne fait pas beaucoup, la mise en grille est un peu bordélique, et trois deux un go partez.

Je décide vite de grapiller des places, pour être dans la premiére partie, la montée vers tournairet se passe bien, on pédale on marche on pédale on marche on en voit déja pas la fin, décor grandiose, mais faut rester concentrer le vide est trés trés proche.

Pas trop de bouchons, on peut avancer , arrivée au col d’andrion qui amorce la descente au milieu des racines glissantes des rochers glissants.

J’aime pas quand cela glisse sauf que je suis sur mon surf. Descente longue technique, physique, mais malgré tout belle j’arrive à y prendre du plaisir, ne pas se laisser  non plus griser par la descente , une faute est vite arrivée.

Direction LE BREC , le mythique que j’ai vu en photos avec les vttistes à la queue leu leu, et quand j’y suis je me dis cool le voilà, évidemment paysages de fou, vue à n’en plus finir, mais faut l’escalader, je le pensais plus long à escalader.

Commence la descente au début  tendue de chez tendue, après super super super tronçon énorme travers flanc de montagne trop trop trop bon, arrivée Utelle bien bien bien bien , tout le monde parle de la marche dans les CR mais je ne sais pas ce que sait, en tout cas là je me suis fait plaisir,  au ravito un petit mot à bourriquet, et hop faut pas traîner on repart direction la madone avec sa vue à 360 degrés sur le 06 et compagnie. Au début sympa dans le marnes grises puis après la montée finale à la madonne que dire ? à pied et beurk…

Je commence à regarder la montre, pense à la porte horaire de pont du cros, le stress monte ma question fatidique putain faut combien de temps pour y aller?

Descente madonne au début les premiers metres à pied, prudence après cela roule presque, mais bien plaisant, pour aller au pont du cros cela descend c’est long, c’est pas évident, c’est certes super beau , l’heure tourne je suis toujours pas arrivé, je me dis putain non je vais être éliminé.

Alors tant pis, je prends un peu plus de risque en descente, je descend olé olé, je me bouge le C…. et là miracle pile poil à l’heure mon passage est validé, ouf , trois quatre à avoir eu chaud, on se pose la même question passé ? ou pas passé ?

Aprés vient le grand n’importe quoi, une heure de marche pour aller à levens, beurk, en plus pour aller au ravito, quelle super idée de nous faire passer prés d ‘un grillage sur un tracé à l’arrache débrouissaillé de pas longtemps, c’est vrai qu’il n’y a pas de super single là bas.Bref je me dis çà c’est fait, au ravito on fait surtout de l’eau, allez plus que deux montées mont cima et mont chauve, naif comme je suis j’ai cru qu’on allait les faire à vélo quelle bonne blague je suis  à la trans et les montées c’est à pied.

Levens mont cima j’ai bien aimé, même si je n’ai que des brides de souvenir, arrivée Aspremont sans se perdre car j’ai trouvé le balisage très très moyen, aucune confirmation aux bifurcations, pas étonnant que Sauser se soit perdu, et là à Aspremont on se dit putain la fin est proche, trop cool.

Au ravito d’aspremont je vois Frodon, quelques paroles et on repart, montée au mont chauve , comme par hasard on marche étonnant non? descente du mont chauve avec la fameuse vue sur NICE , on se dit rhoo que c’est bon et beau, descente quand même de bourrin droit devant dans les cailloux, forcément avec mon vélo old school je pince et crève, Frodon me redouble.

Ensuite arrivée dans Nice avec du n’importe quoi pour finir, une trace solution de très repli taillé à la dernière minute, pas vraiment intéressant mais bon, une dernière petite marche de quelques minutes, on arrive route et hop le marshall dit à droite et voilou c’est fini le bec dans l’eau, bourriquet me prend en photo,  J AI LE STICKER FINISHER même si je me rends  pas compte de tout, je vois le président FAF  et je fais mon fayot en lui offrant une bière, lol.

Voilà c’est long mon CR mais j’avais deux jours à raconter lol et j’ai dû en oublier.

En tout cas paysages de fou, sentiers divers variés, j’ai trouvé que trop de montées se faisaient à pied ( mont tournairet, brec d utelle, madonne, levens, mont cima mont chauve et toutes les autres marches ) mais bon je sens que vous allez me dire c’est la trans mon vieux, alors si c’est la trans ….

Donc résultat final 123 sur 140 ou moins, au départ je répéte à la COLMIANE 230;

Comme c’est ma premiére et derniére trans (on dit cela et apparemment on recommence) je n’ai pas de recul pour comparer avec les autres, donc finisher sans s’être entrainer en faisant des heures et des heures de vélo de route, sans faire du jogging, sans s’entrainer à porter, et sans faire des reco mais je ne suis pas le  seul.

Allez enjoy, je rends l’antenne à vous.

Enjoy

Ma devise pour ma 3eme participation a la TransV de2016 !!

On s’en branle et on envoi le jus !! Hein ! Les poulets !! 😀

Arrivée fraiche à la Colmiane à 6h00 avec la petite Famille en voiture, p’tit tour de parking pour serrer les paluches puis on se prépare.

Je monte au chalet pour voir si la Pat’Patrouile est prête !! Tout le monde à la patate !! Sauf Frodon !! Qui a eu un long problème de trône !! A la levée… a ce qu’on me rapporte !! 😀

Arrive le départ, en grille puis GO !

Du gras collant et bien boueux jusqu’au sommet pour chauffer le diesel ! Tiens donc je crois que c’était la même sauce quant 2014 !! Après le mont Tournairet ça ira mieux…

Ah enfin !! Du sec !! Enfin presque !! Pas avant le Brec ! Cette année pas de bouchon en descente et Andrion aussi ! Le top ! Tout sur le vtt ! hipah !! J’ai la patate ! Je croisse le colonel avant l’arrivée à Utelle !! Qui a l’air bien aussi !! 😀

En fin de descente d’Utelle nouvelle donne !! Direction à Gauche !! Dans une raid-ass pentu de 45% OMG !! C’est quoi ce truc et les marches ?? Que je vais descendre tout en glisse roue arrière bloquée en serrant le cul !! Puis s’en suit un sentier tracé au coupe-coupe Guadeloupéen  pour arrivr sur Utelle !! Pas top :-/

Ravito : Miam !! Bisous à la famille !! Go !!

Le GR5 mythique !! Jusqu’à la chapelle St-Antoine, une perle ce sentier avec une vue incroyable !!

J’en profite un max !! C’est bohhhh !!

Portage Levens + TVA !! Fissa !! Pour rejoindre un travers et une nouvelle descente !! Freeride fraichement tracé !! Sympa la spé d’enduro !!! 😀

Ravito : Miam !! Miam !! Go !!

Lahhh ! On attaque une partie que je ne connais pas du tout !! Levens vers le Mont Cima !! Montée, travers et descente !! Sympa ! Jm’amuse comme un ti’ouf !!

A-!! Pour le balisage à ce niveau ! Car avec 4 gars on s’est perdus !! Pas top !! :-/

Physiquement !! Ça va !! J’ai encore du jus !! Arrive Aspremont !! Ahh c’est bientôt Fini !! 😮

Ravito : Miam !! Miam !! Miam du Fromage !! Qui colle aux dents !! 😀

Go ! il y a le grand reporter photographe de UCC qui me shoote , j’en profite pour lui faire un choli sourire !! Dont moi seul ai le secret !! 😀

Enjoy
Pas facile de rester concentré sur une TransV

Le chauve passe nickel !! Après c’est une autre histoire pour la Jungle ??? Mais qu’est que c’est ce truc !! !! La machette d’or a encore frappé !! Du ninpornawak… chui déçu lahhh MERDAHHH !!!

Moi qui pensais prendre la longue descente raide Top !! Qui longe le canal … pff !! Georges !! Tu fais chier lahhh !!

Rimiez par un petit sentier ludique bien sympa pour revenir sur terre avant l’arrivée !! 😉

Et voila ligne arrivée franchie ! On me dit 23eme et 9eme des masters 2 !! Je fais au speaker !! OHH

t’es sur ? Oo !! Arrivera Rémi !! Quelques minutes après moi ! Et il montera sur la boite, 3eme place de sa catégorie masters 1, bravo Rémi.

Cedric est arrivée lui aussi ! Et il fait bronzette avec tous ces copains autour de la table !! J’ai voulu lui offrir ma binouze !! Mais il m’a dit NAN !! Veux pas !! ;-D

Pas vu l’arrivée des copains :-/ !! La famille voulait rentrer à la zonmai…

Epilogue TransVétiste : Aucune casse mécanique, la trapanelle a roulé au top !! Je suis régalé tout le long et je suis resté assez constant dans l’effort !!

Je me suis arrêté à tous les ravitos qui étaient bien chargés  !! Pas de chutes, Pas de crampes et j’étais bien a l’arrivée !! Le TOP !! ;-D

Le tracé Colmiane/Nice La TransV50 2016 !! Pas si 50 que ça, on VA dire 50% du weekend plutôt !!

Avec des nouvelles variantes ! Dont Giorgio a lui seul le secret !! Passage a Utelle bien pourri et la jungle ou on passe carrément chez un proprio du bâtiment ?? Pour plonger dans une merdique session freeride à l’arrache !! Georges attention !! tu bois trop de rosé !!

Mais bon c’est le jeu !! Ma 3eme faite et finie depuis 2013 !! Avec chaque fois de la nouveauté donc le plaisir est toujours là !! Bravo l’ucc !!

Le concept de cette TransV50 est super bien foutu !! Pour des mecs comme moi qui ont commencé le vtt assez tard dans leur vie d’homme mûr (enfin je crois pour MÛR !!) !! Sans pour autant d’avoir une grosse caisse de folie et une grosse technique de pilotage !!

Faut juste avoir en tête que la TransV Colmiane/Nice, c’est « LA COURSE » et même avec une coupe de 6 bornes, elle reste très exigeante et d’une beauté incroyable !!

Carton pour l’ASCVTT !! Bravo a tous Finishers !!

Peut être à l’année prochaine sur 2 jours OU le retour de la 100km !! à suivre ! ;-D

Big up !! pour le colonel qui monte sur la 3eme marche de sa catégorie !! Et Frodon donc c’était la 1ere !! C’est bon ça !! ;-D

EnJoY !

 

Colonel

Cinquième TransV bouclée !

Après 2011 et 2012 en version 80km et yeti575 26 pouces…

Puis 2014 et 2015 en version 100km et stump 29 pouces…

Cette annee c’est “Trans50” de 60km et 2400m de D+ en enduro 27.5!

plaques

Je me sentais pas de partir sur les deux jours et le format enduro du samedi ne m’enchantait pas vraiment… J’ai failli changer d’avis qq jours avant le départ mais la Trans50 c’est une histoire différente, moins inhumaine que la classique ou que l’ultra: Plus de plaisir et moins de souffrance, ou plutôt même souffrance mais ecourtée.

Au final je ne regrette pas d’avoir tenté la version allégée cette année, pour renouveler l’expérience.

Arrivee samedi aprem sous la grele en betaillere avec Jano, Frodon et Alex. Comme d’hab la meteo est loin d’etre ideale et on sait déjà qu’au mieux, le premier tiers du parcours sera bien glissant le lendemain.

Je crois qu’en 5 participations je n’ai jamais vu le sentier sec entre la Colmiane et le bas d’Andrion…

Cette année c’est tout confort. Risotto “made in Jano” et lever 6h (c’est 2h plus tard qu’en 2014 !) pour un départ a 7h45… la Trans50, c’est la colonie de vacances !!!

Départ: Mister Ciotti a la lourde responsabilité du compte à rebours sous le contrôle méfiant du gourou Georges. Marrant de voir le politique afficher gauchement a bout de bras les panneaux de décompte comme les bimbo qui annoncent les rounds au match de boxe. 1mn, 30sec, 10sec… ah ben non c’est déjà parti ! Pas assez rapide Mr Ciotti !!!

C’est parti en première ligne pour moi (impensable sur une ultra) mais j’y vais super mollo sachant ce qui nous attend….

Montée sans histoire au pic de Colmiane puis aux 2 Caires. Sur le beau travers a quasi 2000m d’altitude, je pédale un peu et je pousse beaucoup, comme d’hab.

Soudain j’entends un rapide “Pardon ! Merci !” avec un accent bizarre. C’est le king Sauser et les premiers VAE qui m’enrhument. Ils vont a mach2 ! Je suis dans la roue d’un mec de mon niveau (un marseillais qui fait dégager les gars trop lents avec son accent provençal) jusqu’à Andrion que je rallie en moins de 2h. Je suis parti tranquille mais je suis dans le groupe de tête et ça ne bouchonne pas du tout, que du bonheur !

Andrion: Malgré les gros blocs et les racines glissantes, je suis bien plus a l’aise dans la première grosse spéciale avec l’enduro 27.5 qu’avec mon stump29 les deux années précédentes. Ça glisse mais je m’amuse et pas de traditionnelles crampes aux adducteurs pour le moment.

Le Brec: Au bas du portage j’entends Alex qui beugle. il est entrain de me rejoindre. La descente du Brec sera une formalité cette année. *

Je m’attendais a plus difficile après le retour qu’Alex en avait fait et surtout je pensais qu’il me dépasserait illico mais il est visiblement a l’économie sur la première partie chaotique.

Castel Gineste: c’est toujours la trêve plus que bienvenue entre les descentes du brec et d’Utelle qui tabassent sévère. Le long travers gazeux permet de souffler en roulant pleine balle, sans doute le passage le plus cool du parcours, je le sais et j’en profite !

Descente d’Utelle: Alex me talonne, je le laisse passer sans hésiter. Je sais qu’il descend bien plus fort que moi. Pas grave je suis bien et je gère au poil jusque là. Malheureusement dans une des dernières épingles avant Utelle je sors le pied et quand je remonte la patte pour enclencher la pédale une crampe me surprend a l’adducteur.

Par réflexe je me penche en avant pour ne pas trop lever le pied et au même moment je plante l’avant dans une caillasse. Gros OTB dans les marches ! Je suis complètement KO. Je crois que c’est le vélo qui m’est retombé dessus et a tapé le casque. Je sais plus ou je suis. 2 gars arrêtent, me posent des questions mais comme je répond pas clairement ils veulent appeler les secours.

Je leur dis que j’ai pas de bobo, je suis juste sonné. Rassurés, ils repartent et moi je m’assois (et je pisse un coup) pour reprendre mes esprits qq minutes. Ce n’est qu’après quelques longues minutes que je repars mais je suis bien refroidi, j’ai eu très peur ! Heureusement je retrouve très vite les sensations pour rallier Utelle et le second ravito Le nouveau passage sous le village est une horreur.

Le sentier est trop abrupte, c’est pas fun. Long arrêt a Utelle pour vérifier que tout est a sa place après le gadin précédent. je vois Alex qui repart mais je préfère assurer et me refaire la cerise plutôt que le suivre direct.

Descente sur le Cros: un régal car c’est un travers a faible déclivité sans grosse difficulté. Avec Castel Gineste, un des rares passages ou on peut souffler un peu sur la TV et une sacré différence par rapport a la boucle de la madone que les Ultra doivent emprunter à la place. J’arrive a la Vesubie étonnamment frais et j’attaque le portage de Levens tambour battant. J’ai jamais été aussi en forme a cet endroit.

Je suis en compagnie de qq “Ultras” qui accusent le coup et moi ça me motive de voir les cadors en difficulté. Au niveau de la dechetterie Nadine Sapin me rattrape. Je finis le portage jusqu’à la conduite d’eau collé à ses basques (super motivation … !). Suit la descente sur le ravito de Levens, fraîchement tracée dans les restanques. Très agréable !

Cima: Une fois sorti de Levens je commence a sérieusement piocher, mais contrairement au parcours classique je sais qu’il ne reste que 2 difficultés et ça ne parait pas insurmontable. En plus je n’ai pas encore eu de vraies crampes. Le Morceau de pistasse de liaison avant le cima est sans intérêt mais il a le mérite d’être très court, surtout comparé aux 8km d’agonie de la piste de la chapelle du Ferion sur le parcours de l’année passée !!!

Le portage est long mais la encore je me surprends a bien avancer. sans doute parce que je sais que c’est presque fini.

Descente sur Aspremont: Une horreur ! Le plus gros gâchis de ce parcours a mon sens. Le long portage du Cima devrait être récompensé par une vraie belle descente. A la place un faux sentier trialisant et très engagé ou je fais beaucoup de désescalade a pied… trop dur pour moi !

Le Chauve: Portage rapide et descente directe qui tabasse bien mais ça sent l’écurie. Juste avant l’entree dans le village, grosse crampes aux deux adducteurs. Je dois m’arrêter 5mn pour pouvoir plier à nouveau les morceaux de bois qui me servent de jambes.

La jungle: Georges a voulu innover en évitant la classique descente de la conduite de gaz. A la place une trace faite a la machette dré dans l’pentu. Infranchissable en vélo pour moi à ce stade. Les qq ultras qui passent avec moi descendent les toboggans a pied.

Finish à Rimiez dans une zone calme, bien plus agréable que la prom d’où on ne pense qu’a s’échapper. Le marshal à l’arrivée m’annonce que je suis 29ème. Grosse surprise pour moi ! et en plus je suis troisième dans ma catégorie… Nan pas possible !!! Je vais monter sur la boite de la TransV ?!? Quelle joie !

Par contre le speaker me calme direct en me tendant son micro il me pose qq questions et … comment dire … Vous voyez la reaction de Korben Dallas dans Le cinquième élement quand on l​ui tend un micro​

? Et ben j’ai été aussi ridicule. Heureusement personne n’écoutait 🙂

podium

Feedback nouveautés:

  • Passage sous Utelle – vraiment pas terrible. le mur au niveau de l’historique “marche” est trop engagé et la suite est mal tracée.

  • Utelle-Cros – tip-top pour se refaire une santé, pendant que les ultras s’usent sous la Madone.

  • Descente sur le pré de Levens – pas mal du tout. bien tracé avec des passages à adrénaline (sauts, toboggan)

  • Portage du Cima – belle difficulté gâchée par la descente qui suit

  • Descente Cima sur Aspremont – beaucoup trop engagé. Edwards lui-même l’a qualifiée de très dangereuse au briefing. C’est surtout frustrant après le portage du Cima

  • Descente dans la jungle – trop engagé a ce moment de la course – tracé à l’arrache comme plan B a mon avis.

  • Arrivée à Rimiez – bien mieux que la prom pour profiter et revenir sur terre après une journée aussi intense !

Faf :

Sur VTTrip : ici

Frodon

Tout a commencé il y a 6 mois.
L’idée de faire cette course mythique trottait dans ma tête.
Mais pour ça il fallait un plan d’attaque, mis au point avec Alex : vendre mon 29″ trop grand pour un hobbit, choisir et se procurer un 27.5 adapté à mon style (et ouais les amis j’ai un style moi) le tout en février pour avoir un peu de temps pour le prendre en main.Moult discussions plus tard je me décide à suivre les bons conseils de l’ami Enjoy, ce sera donc moyennant quelques (!) sesterces un cadre Santa Cruz 2015 en solde avec de bons ingrédients sélectionnés et mitonnés avec amour par Alex Bike Service.
Diverses sorties ces derniers mois me permettront d’obtenir un physique minimal et me voila samedi 13h30 au RDV, azimuth 32 sur le parking de l’orée du bois face à mon destin, tin-tin-tiiiiiiiin …
Qui va là ? Il est beau, il sent bon le sable chaud, ah mais oui, c’est mon légionnaire.
Il sort sa cantine et décroche son VAP, on discute quelques minutes.
Un Hummer s’approche … c’est Jano, ça donne ça  :
hannibal

On charge le matos et GO.

Recup d’Alex (encore merci pour la manip de caisse) et largage sur zone.
Sauf qu’il pleut fort dans la Vésubie, qu’il y a de gros tas de grêle partout à Saint-Martin et que les degrés dégringolent.
Perso, je le sens moyen. Qu’est-ce qu’on fout là alors que l’Eurovision ça se déguste chez soi au chaud et en secret.
Bon ça s’arrange comme par enchantement à 18h et le soleil nous réchauffe à la remise des plaques ou on rencontre Bourriquet.
Briefing dantesque: <<ca va être hyper dangereux et on va tous mourir si on a pas son sifflet.>>

Plus tard, arrivée de Faf, Marie et de la poupée Rebecca.
Pâtes de l’armée façon Remi, risotto à la Jano, merci aux cuistos ! puis tarte aux pommes, une Despe pour certains, que du bon pour demain.
Bonne ambiance, la soirée tourne en boucle autour des nazeries télévisuelles et les conjectures sans fin sur la quantité de boue, la pression des pneus, la météo et moult anecdotes.

Réveil « naturel » à 4h pour moi, choueeeeette, plus que 2 heures à se retourner en attendant le réveil officiel de 6 heures.
On décrouvre petit à petit les secrets du colonel, chui pas chien j’vous en donne 2 gratos : Rozana, l’eau du vieux qui fait peur et Gatosport, le gateau éponge prédigéré (en fait ça se mange et on sent que le corps profite bien).
Bon c’est pas le tout mais on a une Trans sur le feu alors quelques passages aux toilettes, c’est bon pour le Transist, et GO.

On retrouve Alex dans la rue, excité comme une puce, et prêt à en découdre.

depart

Mise en grille, Jano tres visible à droite : osons ! oui, osons les pulls chamarrés et les couleurs chatoyantes !

 depart2

Frodon le poireau qui rit jaune, le stress d’avant course … il fait bon, j’ai déjà tombé la veste.

 Puis le frisson du grand départ. Toi aussi chez toi, retrouve les 5 protagonistes de cette histoire … (perso, j’en ai que 3)

Je suis en queue de peloton et je fais gaffe a pas me boiter dans le troupeau comme un idiot.
Piste en montée, j’y vais tranquille et je double pas mal de gens sans trop forcer.
Serai-je pas si mal ?
De plus, je me rappelle maintenant que j’ai déjà fait cette partie-là lors d’une sortie club et ça c’est rassurant de savoir un peu à quoi s’attendre.
Je rattrape Jano, puis petit chasssé croisé entre nous, au final il est devant pas loin.
Il me confirme qu’on est bien concernant la porte horaire.
Petite descente boueuse et racinesque, superbe travers, un peu de poussette, l’endroit et la vue sont fantastiques.
Arrivée au ravito en 2h20 soit 10mn d’avance, j’y retrouve Jano qui repart rapidement, je prends mon temps pour me refaire un camel avec mes sachets et GO.
La descente je l’a fait avec une nana qui est en VAE, c’est encore un peu trop technique pour moi et pour elle, on fat attention et on descend si nécesssaire.
Arrivée magnifique sur le Brec, un gel a la cafeine et portage sans souci de plus un des plus bel endroit pour moi alors, je savoure …
Début de descente hyper technique, a pieds pour moi j’avoue, je vois un ado bon descendeur se prendre une bonne boite, un peu sonne mais OK.
Un peu plus loin un mec un peu coincé de l’arriere veut me doubler avec 2 autres dans une épingle, il s’explose, et oui, la Trans c’est Darwinesque …

Plus loin ca devient plus facile, enfin je peux envoyer le pâté, mais bon, c’est du gentil petit pâté hobitt et ça donne ca :

Fred

La descente sur Utelle est super, bien remuante quand meme, faut rester concentré et rester digne pour la photo.

Fred2

Flying Frodon en mode furtif, il a l’air content.

 Je me conditionne mentalement pour la fameuse marche et je suis bien décidé a la passer ce coup-ci mais non, un bouffon me dit : <<entre les buissons et en bas a droite>>
T’as vu joué ça où mec ? Je prends donc un toboggan bien raide et parviens a me stopper au dernier moment (la ou Jano s’en est pris une bonne).
S’ensuit un gymkhana ridicule taillé dans le maqui en dessous du village -1 pour ce tronçon la.
Super Ravito a Utelle, les bénévoles sont au top, je fais encore le plein de la bonne gazoline du Docteur O, une banane, je lave mes lunettes a la fontaine, appercois un gars avec le maillot vert ASCVTT qui part sur l’ultra et c’est pas Marc, strange.
C’est reparti, GO mon Frodon.

Cette partie la je la connais, je l’ai faite avec la Team, et ça ça fait du bien.
J’adore cette portion, la nature est superbe et le temps radieux, je double quelquess gars plus tres frais,
Descente tout en continuité sur le Cros, ça secoue mais je sens la barriere toute proche.
Boum, j’y suis, je pointe et on m’annonce un quart d’heure d’avance, c’est bon ça coco !

Ce qui suit est moins bon c’est le portage clé de la déchetterie qui arrive et que je commence a connaitre.
j’y vais sans me poser de question, mais j’accuse le coup assez fortement maintenant, une pate de fruit me ressuscite 3mn puis l’effet retombe.
Je double quelques fâcheux décomposés et arrive à la route, mais c’est pas fini, ça continue encore et encore, c’est que le debut …

Je vois un mec tout seul qui se traine en regardant par terre.
Je me dis qu’il a perdu quelque chose mais moi qui regarde par terre depuis en bas j’ai rien vu.
Un peu plus tard, il rejoint un autre gars, qui l’attend avec un tandem ! y a vraimment des oufs
Je double tout ça mais ils me colleront un moment aux basques, je sais pas comment ils font, surtout avec un des gars qui en peut plus.J’arrive tant bien que mal à la descente sur Levens, j’aime pas du tout.
Ca a été fraichement taillé dans le maquis, j’aime pas la sensation sur la terre meuble dans le pentu, un deuxieme -1 pour moi,
Levens c’est la délivrance avant l’heure, il est 14h et ca me laisse 3 heures pour rejoindre la derniere porte qui n’est pas si loin donc ca doit le faire.
Je m’envoie un demi camembert avec une boite de Tuc, trop bon ce gout sale, j’en peux plus du sucre,
Un dernier Camel et GO.La montée au mon Cima, une succession de rampes de lancement pour scuds, un truc pour le Colonel quoi.
Je la fais mode eco (le dermier mode qui me reste) avec plusieurs mecs qui se trainent dont un ultra qui parle tout seul; ca y est on devient tous fous.
Enfin en haut ! bah non mec y a pas de récompense, c’etait juste pour t’user … et encore une descente ridicule infaisable taillee à l’arrache. Bim, encore un -1 ici.
J’arrive à la dernière barrière d’Aspremont avec une heure d’avance, alors je me détends du gilet.
J’y vois l’ami Marc, chaud mais pas fatigué 😉 je repars un peu avant lui, je sais qu’il va me rattraper plus loin.
Le Chauve c’est vraiment pas ma tasse de thé, vue démente mais au sol c’est un hérisson de pierres saillantes bien dégagées par l’erosion et qui t’attendent en se marrant.
Donc faut faire bien attention et avec la fatigue j’y vais vraiment tres lentement du coup.
Je vois un rider qui appelle le PC course, il s’est fait mal. Je le laisse car il est avec d’autres gars, Darwin rode encore …
Je rattrape Marc qui à crevé, mais tout va bien, il me re-rattrapera encore un peu plus tard tellement je suis lent.
La jungle ! Jamais faite mais je reconnais car c’est bien une foret primaire et c’est inroulable, des restanques à désescalader, dangereux à certains endroits ==> -1 pour ce portnawak
Jungle

Arrivée finale, j’y crois pas, I did it ! Une jeune fille m’astique la plaque et y colle le béni sticker.
On est arrivé au paradis des hobbits ?
Puis on me dit 9h26 et que je suis 80 scratch, 30 dans ma categorie.
Je suis plus trop en état de comprendre mais c’est cool.

Je vois Jano, Faf, Remi, Marc, tous satisfaits.
Alex est deja parti dommage je voulais lui faire un bisou, le spad a été nickel 🙂 tout s’est déroulé comme prévu … 6 mois plus tôt !

2 binouses, on mange.
Arrivee
Tout est bien qui finit bien.
On  charge (enfin moi je suis pluss trop en état de fair quoi que ce soit) et GO.
Retour à la base et sentiment bizarre d’avoir vécu une grande aventure humaine et physique de plusieurs jours alors qu’on était au meme endroit hier.
  • Pour conclure : à refaire l’année prochaine, je me fous du temps, l’objectif est de prendre encore plus de plaisir et pour ca etre un peu mieux préparé physiquement pour être un peu plus frais, rouler plus avec les potes et profiter des descentes.
  • Pour ceux qui se posent des questions : la « petite » Trans est faisable avec une condition normale mais une pratique tres réguliere dans les derniers mois, sans etre extraordinaire non plus, j’en suis la preuve.
  • Le mental est important, faut rien lâcher, on a vite fait d’avoir de mauvaises pensées.
  • Jamais je n’aurais pu le faire sans le club …
… alors un grand merci à tout le monde :-)) à bientôt et Santa !
Frodon

Jano

Bon, à mon tour.

On part de la base et il fait beau. On est heureux ! On passe prendre Alex qui nous redescend la bétaillère (merci poulet)

Quand on arrive à Duranus, il commence à flotter. On rigole, mais c’est un rire jaune. Frodon est un peu tendu du slip.
A St Martin y’a carrément de la grêle sur le bord de la route.
Je suis maudit, 2012 : la flotte, 2013, la neige, 2016 : la grêle. Normalement en 2017, y’a les criquets.
En scred, je me fais un petit google maps : la Colmiane – Nice par la route en 5h15. C’est bon, j’ai un plan de repli.
Finalement le soleil se montrera pour le briefing du gourou. Ouf !!!
On se fait une grosse bouffe avec le colonel, Fred et la Faf family. Rebecca, 2 ans 1/2, haute comme une roue de 29″ mange avec nous. Elle est craquante comme tout.
Allez, une bibine, un suppo et au lit !
Réveil à 6h du mat, c’est cool la Trans50 ! Il fait beau. Je discute avec RecoB qui est Marshall moto cette année et mon poteau Lolo qui s’est cassé la clavicule. Pas de TV pour lui.
Top départ ! Ma stratégie est simple : départ cool, je lève la tète pour profiter du paysage et je profite des descentes.
Montée sans histoire, le travers des deux caires après la pluie est superbe, au fond de la vallée, y’a une mer de nuages. C’est beau.
Ça bouchonne mais le ravito d’Andrion arrive vite. Très belle descente, pas si glissante que ça. Gratteloup puis le brec qui passe sur le vélo. Je suis deux ultras qui roulent bien.
En passant, les ultras quand ils ont 2500D+ dans les pattes, je les trouve vachement plus accessibles.
Travers de rêve à bloc, Castel Gineste pareil. Top !
vtt
Un mec est tombé dans le trou devant moi, les pompiers arrivent sur place pour le secourir.
Je passe Claudius qui a un souci de spad et je me remaquille pour le point presse sur la fameuse marche.
Que dalle ! Le gourou nous a fait un toboggan assez pentu avec un virage à 90 degrés en bas qui me vaudra une bonne boitasse.
Ravito au village où je rejoins Faf et je repars aussi sec. Chui pas dans le rythme, Faf me repasse sans forcer dans le pierrier où je me traîne comme un ieuv.
On se laisse glisser jusqu’à la Vésubie avec Faf et on taille une bavette avec Bourriquet sur le pont.
Portage classique vite avalé et encore un toboggan. Bof ! On longe le pré et on remonte au Cima, J’ai un coup de moins bien et je me laisse vivre.
La descente sur Aspremont est très technique. Du coup, je dois descendre du vélo. Ça m’énerve.
Je repense à la maxime du poète Alexandre : « On s’en branle et on envoie le jus !!! »
Je me réveille, un petit gel à Aspremont et je rejoins Faf sur le chauve et je réalise enfin que, lucide, cette descente est magnifique.
On en prend plein les yeux.
Je m’arrête pour faire des photos avec Jer Buf mais un smartphone ça fait des photos pitoyables. La vallée du Var, Nice vu d’en haut, ça déchire sa tata Suzanne.
Les Giaines, je file une chambre à un VAE en galère, la jungle en rappel et je me laisse glisser sur l’arrivée.
Sticker, Rémi monte sur la boite, Frodon arrive. Yes !
Petite bouffe à l’ombre pour le debrief avec une bibine. Elle est pas belle la vie ?
Mes +
  • La Trans50, c’est vraiment un bon format pour se tester sans se mettre minable. Essayez !
  • De Andrion à pont du Cros : c’est vraiment un must du 06. Faut lever les yeux, c’est à tomber.
  • La descente du chauve quand on voit la baie de anges, ça vaut son pesant de cacahuètes. C’est encore mieux que la photo de Bourriquet, c’est dire !
  • Rimiez c’est top pour une arrivée avec des tables à l’ombre etc… mais j’imagine que pour les esssstrangers, ils préfèrent arriver à la mer.
  • Rouler avec les poteaux, c’est bon !
Mes –
  • La boucle sous Utelle : ridicule !
  • La descente sur Levens le long du grillage. wtf ?
  • Le Cima, faut lâcher l’affaire. Le Férion (col du travail, colla bassa, infernier), c’est 100x mieux.
  • L’année prochaine : Ultra ! Obligé ! Il m’a manqué la petite pression issue du doute de terminer. Celle qui donne tant de valeur à ce sticker à 10 centimes.
Jano

2 pensées sur “Transvesubienne 2016

  • 27 mai 2016 à 16 h 48 min
    Permalink

    Sympa vos CR, et merci pour le partage. ça permet de revivre un peu cette belle course. C’est déjà si loin, j’ai déjà oublié la moitié des émotions vécues tout au long de mes 9h11 de course … D’où l’intérêt de fixer tout ça par écrit assez vite.
    J’ai également eu la chance de rouler un peu avec certains d’entre vous notamment Jano et je comfirme qu’on a pris le temps d’apprécier la descente du Mont Chauve, pas comme certains qui n’avaient qu’une idée en tête « envoyer du jus » ???

    Merci encore et à l’an prochain …

  • 29 mai 2016 à 12 h 07 min
    Permalink

    Tombé par hasard sur votre site en cherchant des tofs, bravo pour vos courses et vos cr, sa fait plaisir de revivre la course (juste la 50 pour moi ) et grâce à vous de se rappeler de passages mythiques ou pourris! Tous finishers chapeau des guerriers!
    Bravo les gars et aux plaisirs de vous croiser sur les chemins
    Soeren (clans vtt)

Commentaires fermés.