Des Nouveaux, des Anciens sur les traces de la Transvésubienne

Mon début de journée commença par le sourire d’un âne en plein petit dej que j’ai eu le plaisir de croiser lors de ma montée à Levens où nous avions rdv à 9h.

Arrivé en avance, j’en profite pour regonfler mes pneus, sait on jamais …!
Voici Pierre* et Marc qui arrivent, suivi de Franco. Les salutations faites, Pierre* nous fait un briefing approximatif sur comment va se dérouler la sortie. 5min après nous voilà partis sous un ciel voilé un peu menaçant. Ça caille d’ailleurs, mais le sourire aux lèvres, Pierre* nous rassure, il a prévu le coup. Non ce n’est pas un pull ! mais bien un portage direct de… 50m puissance 2 voire 3.
Dans la montée on aurait presque envie de se désaper ! Mais ce n’est pas juste histoire de galérer, c’est au contraire pour nous montrer quelques passages de la transvésubienne et parfois des morceaux de rallye locaux.

IMG_2563
Nous sommes dans les bois, beaucoup de faux plats, c’est sauvage ! Tellement que je pose cette question qui me vient tout naturellement, « Avez vous déjà croisé un sanglier ? » Pour le coup nous étions réellement sur leurs traces.

Quelques passages plus loin, la première descente nous accueille, à nos fesses la pluie. Malgré nos efforts de vitesse nous n’y échapperons pas, pluie + pavé romain = poussage voir portage… Ça réchauffe au moins.

  • Pense bête: achat k-way prochainement.

Une bonne heure après, la pluie se calme, après tout c’est le weekend ! Et pourtant pluie et Col de Travail ! Ça ne s’invente pas…

C’est un peu plus loin que nous déciderons de faire notre halte déjeuner, profitant d’une belle éclaircie et d’un beau panorama à 360 degrés assis dans le thym, la récompense !

vue sur coaraze
Vue sur Coaraze, depuis notre spot de pic-nic le cul dans le thym

Mais comme tout les bons moments, il a une fin…
Et on repart, facile une belle descente, mais comme la plupart des descentes de la journée, elles sont souvent interrompus par un drôle de sifflement, un oiseau ? Non hormis les « coucous » du secteur, rien d’autres, ce sifflement est bien plus fort ! Aaaahh c’est Pierre* et son sifflet, qui nous indique qu’il faut prendre les montées impossibles qu’on a souvent tendance à laisser de coté à nos passages… Je peux vous dire maintenant que je connais bien le poids de mon vélo !!

IMG_2570
Enfin il y a toujours des moments difficiles, et c’est quand même plus plaisant en équipe motivée et dans la rigolade.

IMG_2571
Et là, je découvre le Mont Chauve, avec sa montée infernale sous le soleil et ses rochers bien dissimulés… Dissimulés ? pas tant que ça, mais la vue en soit est imprenable !
Et c’est sur un air de « I Believe I can Fly » que Franco se jettera hors de son vélo, la tête en avant, heureusement amorti sur une parcelle de terre, rien de grave !

un beau coca
un beau coca

Règle n°1: Ne pas regarder trop longtemps la vue en vtt.

Au moment de repartir, un problème n’arrivant jamais seul, mon pneu est à plat… C’est pas commun, allez vous me dire pour ceux qui me connaissent ! (Non due à un sous gonflage, c’est une rustine qui n’a pas tenu… Vivement le tubeless !)

IMG_2577

Bref allez on y retourne c’est pas fini ! On en voit la fin, on entame une descente sympa jusqu’à ce drôle de sifflement ! Et ce n’est pas pour une montée, non ! Mais pour une descente spéciale dans les rochers, gloups…
Bon quand faut y aller !! On est fatigué, j’ai moins d’appuis, certains franchissement, je ne m’en sent plus capable et je les passe à pied, et c’est d’ailleurs quelques épingles taillées au couteau plus bas, qu’à un refus de franchissement, j’expérimente le salto avant avec le vélo dans le ravin.

Règle n°2 : prendre des genouillères.

Hormis avoir repeint les rochers de la belle couleur jaune de mon bike et quelques égratignures, rien de grave encore une fois ! Mais bon en fin de journée c’était pas facile cette portion, mais bon on apprend seulement face aux difficultés !

J’aurais même expérimenté une pente telle, que je positionnais ma selle sur mon thorax, et mon cul à 3mm de se faire épiler par le pneu arrière, tout ça en dérapant , attendant patiemment un plat. Et quel plat ! un champ d’orties pour soigner nos rhumatismes aux mollets, enfin on me l’a vendu comme tel !
Je suis sur les rotules, on est enfin arrivé à St-André de la Roche.

la fin vers st andre une veritable jungle les orties ca pique severe
La fin vers St-Andre une véritable jungle, les orties ça pique sévère

Superbe balade, avec vraiment une équipe au top ! On termine cette virée, en haut de la navette, par un panaché en terrasse du vieux village de Levens

En tout cas j’aurais jamais cru pouvoir passer des passages comme tels, merci Pierre* pour ce tracé et tes conseils !
Sur la montre de Marc nous avions tout de même 1400 d+ et 1700 d- et grosso modo 50m de portage lol.

2 pensées sur “Des Nouveaux, des Anciens sur les traces de la Transvésubienne

  • 3 mai 2016 à 10 h 00 min
    Permalink

    Beau CR Ludo, mais tu ne mentionnes pas la portion bitume ou tu as mené un train d’enfer pour nous faire exploser mon cochon 😉
    MkIV

  • 4 mai 2016 à 17 h 33 min
    Permalink

    Merci pour le CR Ludo.

Commentaires fermés.