UltraTransV 2014

Affiche-tv-2014

 

La course VTT mythique des Alpes-Maritimes, n’a pas échappé a sa règle sous un magnifique soleil en ce 1 juin 2014, avec cette année plus de 95km de sentiers et de rochers impitoyables, les 541/600 concurrents qui ont pris le départ à 6h00 du matin a la Colmiane 😉

Quelques Chiffres de UTV: 95km – 3500D+ – 4900D-

La trace : http://www.visugpx.com/?i=1398423910&ign&big

Voici les CR de nos valeureux guerriers de l’ASCVTT.

Only the Brave !!!

Jano :

Jean_Utelle

….

Je ne me moquerais plus des pneus des copains.

Je ne me moquerais plus des pneus des copains.

Je ne me moquerais plus des pneus des copains.

Je ne me moquerais plus des pneus des copains.

Je ne me moquerais plus des pneus des copains.

Voilà, 100. La punition est finie. On peut passer au CR. Faut que ca sorte…

Arrivés au chalet à St Dalmas en début d’apres midi. Il fait frais (surtout à l’interieur) mais le soleil est là et ça laisse augurer d’une belle journée le lendemain.4h00 du mat. On se fait belles, double dose de cacheton puis petit échauffement de 30 min avec Rémi pour rejoindre le départ.

Alex nous rejoint en marcel mavic, il faut dire qu’il fait bon.

Top départ ! Première descente à bloc, puis montée paisible. Les loulous me passent, ils ont l’air d’avoir la caisse. C’est la file indienne, ça me saoule, je roule 5 mètres au dessus du sentier et je passe un paquet de gusses.

Pistasse puis portage. Vue de rêve, on voit la mer au fond. Queue leu leu non-stop jusqu’à la descente sur andrion.

J’arrive en 2h00 au ravito, cool ! Je le zappe et j’entame la descente. Elle est magnifique. Des gars la descendent à pied mais il y toujours une coupe pour les passer.

Sentier jusqu’au brec et portage sans histoire. Quasiment tout le monde descend à pied alors c’est hard pour passer, sur la fin ça va mieux.

Travers qui suit à bloc mais sens du flottement à l’arriere. Merde, c’est pas vrai, chui à plat. J’avance un peu, je gêne tout le monde.

Je fais tourner la roue mais le préventif ne fait rien. Je mets une chambre et quand je remonte, VV et Romain me passent.

Je fais 1km et rebelote, crevaison lente, au castel Gineste je suis à plat. Les abeilles me montent d’un coup. Je mets une deuxième chambre à 4 bars. Descente à bloc. Les gars sont sympas est se poussent.

Arrivée à Utelle, je passe la marche et pssccchhitttt. Arrggghhhh, C’est pas vrai.

Un bon samaritain m’assiste, il cherche une chambre dans mon sac et y’a plus que les vieilles, bien collantes. Il me voit tout déconfit et m’en file 2. Merci à lui !!!

Dans ma précipitation, j’ai pas mis la bague. J’arrache la valve et je reperds tout 500 m plus loin. Je marche jusqu’à l’assistance technique et là je me pose, je prends mon temps pour nettoyer le pneu, gonflage à bloc mais il est dejà 10h15. Ouch !

Je me mets dans la roue d’un gars et on se fait la magnifique descente sur le Suquet. Quel enchaînement de rêve. Je passe la porte horaire à l’arrache mais la roue a tenu.

Je fais la quête pour une chambre mais personne n’en a en rab.

Petit sentier le long de la route pour arriver au portage. Il passe bien puis section de route sympa. Je connais la suite, c’est vraiment bien. secteur parfait pour le vélo.

Apres les granges, je rejoins VV qui passe tout sur le vélo, il a les jambes le bougre. Je le rejoins au ravito. 1h d’avance sur la porte. Si je crève pas, ça va le faire.

Portage, coup de moins bien, dos en vrac puis c’est roulant, j’attends la descente avec impatience. Elle s’est faite mériter celle là mais elle le vaut bien. Plutôt technique mais c’est top.

On rejoint le col St Michel et là, une pistasse qui n’en finit plus (8 bornes), j’en voit plus la fin : mor-tel.

Au ravito, c’est Beyrouth, des éclopés de partout. Là aussi, personne n’a de chambre.

La première partie du col de Rosa, rien ne passe et je ménage ma chambre vu que c’est un champ de mines.

Puis ça va mieux puis carrément bien à Colla Bassa, c’est raviné mais tout passe. Beau secteur.

Au pied de la descente, ce qui devait arriver arriva, 5e crevaison sur une caillasse de rien du tout. Plus de chambre et ma pompe est à Utelle. Chui maudit !!!

A cet endroit là, single, personne ne s’arrête évidemment, ils ne pensent qu’à la porte horaire. Je rejoint Plan d’Arriou à pied. La loose totale.

La nana me bippe mais ça me fait ni chaud ni froid. La porte se ferme 10 min après moi.

Une femme me passe une chambre et sa pompe (grazie mille) mais je préfère pas tenter le diable dans le chauve et je rejoins Nice par la route.

J’engloutis les pastas et la tarte et on débriefe avec les loulous. VV passe la ligne, hurlement primaire. He did it ! Il a rien lâché. Bravo mon gars.

Faf nous a garé la bétaillère un peu plus loin. Merci, Fabrice.

On rente à la base, je nettoie le vélo et je le place dans le formol.

Jano.

Vévé :

Hervé_Utelle

Salut,

bon allez a mon tour …

1ere chose les remerciements (ceux que ca gonfle vous pouvez aller directement au CR plus bas)

Il y a 2 personnes a qui revient un bout de mon sticker :
Jeannot qui a mis cette idée de merde de finir la TV dans ma petite tête…
et Alex qui a enfonce cette idée au plus profond de moi a coup de marteau, de clef allen et de composants pour le spad …
Sans eux ca aurait été échec assure encore merci a vous 2 pour votre gros gros gros soutien.

Bien sur sans un club de VTT cela aurait été encore moins possible vu ma progression depuis mon inscription a l ASCVTT (pas que je sois un champion ni même un bon mais juste ce qu il faut pour réaliser cette épreuve) donc merci pour toutes ces randos et recos enduro et TV.

Ca c est fait… maintenant ma relation avec l UTV…

Donc avant le lever a 4h du mat quasi impossible de dormir avec Jeannot d un cote ronflement plutot proche du sanglier et Remi de l autre ronflement du genre plutôt fluet ….

Le réveil sonne ca y est faut attaquer. Petit dej comme il se doit, préparation de la boisson isococaine, du classique quoi.

Pas besoin de m échauffer comme ces 2 vieux je monte direct en bagnole avec Romain et son Frero.

Il fait qd même frais mais on discute sans se rendre compte que c est bientôt le départ donc pas de pression particulière.

Ca pete … tout le monde s excite pour grappiller quelques places… je me la joue cool je sais que j en ai pour au moins 12h.

Donc échauffement jusqu a la pointe de la Colmiane.

La descente boueuse et glissante nous oblige a s arrêter derrière des non-descendeurs voir même cross-eux mais uniquement grimpeurs 😉

Jeannot en profite pour passer avec ceux que je regardent de travers … genre grosse coupe au dessus du peloton … (non mais oooohhhhhh on attend comme tout le monde)

Après quelques amabilités avec un gars qui pense être sur une piste de Kart (je ferme les portes, tu doubles pas et je te merde) je finis par profiter d une de ses chutes pour passer…. ouf ça y est on peut descendre….

Pas très longtemps… on arrive sur la pistasse …

Tout se passe relativement bien et vite jusqu a l Andrion … ou je ne m arrete pas et j enchaine un début de descente prometteur … mais non rebelote … coince dans la masse.

Heureusement moins longtemps … on s approche du brec (la liaison entre l Andrion et le Brec bien nettoyée ) portage easy

Mais euh la descente … euh comment dire ??? Impraticable enfin pour moi  (l histoire me fera découvrir que ma fourche était restée sur 100 mm de débattement aie aie aie)

Castel Gineste ? hum je me frise (bon ok je roule mieux que d habitude ça suffira) et j en profite pour en passer quelques un qui commencent a souffrir, la marche hop la  (et la merci a Jeannot et a Pascal)… et derrière une suite de  petits murs glissants géniaux a Vélo, enfin d après Jean, un avis que je partage aisément 😉

Utelle sympa, bonne ambiance, les jambes ne couinent pas encore… tout se passe bien

Descente apres Utelle ma pedale droite commence a faire des siennes … et la du grand Veve hurlement primaire apres ma pedale qui me fait cramper tellement je force pour clipser sur un ressort recalcitrant … je vois Romain que j avais laisse au ravito d Utelle me passer allégrement et m entendant hurler a la mort apres ma pedale qui restera comme ca jusqu a l arrivee … quelle merde ces pedales auto 😉

J essaie de me calmer et je continue ma descente jusqu a la Vesubie et j arrive au Suquet avec 25 mn d avance … je me rends compte que presque le plus dur est fait … euh je veux dire en terme de porte horaire heing pas en terme d effort;-) … En effet prochain passage a 14h30 au col de porte.

La montée vers Loda et le Col de Porte c la que ca se complique j enchaine des crampes, des baisses de mental (qui n est pas tres haut a la base),  des problèmes techniques avec ma pédale on peut dire que c l enfer … rien a voir avec celui de mon Jeanounet bien sur mais qd même … l envie de bâcher commence a pointer son petit nez …

Et la par magie en traversant je ne sais même plus quel village, un monsieur avec un bébé qui encourage et qui tape des mains en criant allez allez … je vais faire le sentimentale mais ça m a fait sourire et les douleurs commencent a s atténuer….

Dernier portage avant le col de porte ou plutôt poussage portage et je vois Jeannot qui me talonne …juste au moment ou on peut remonter sur le Vélo, je roule jusqu au col, 1h d avance sur la porte on est bien.

Après un petit bisou a Jeannot je repars cette fois direction le Ferion pistasse facile, l énergie revient bien… portage facile… puis pistasse pas dur du tout mais horriblement longue, elle est venue a bout de mon magnifique cuissard de cross-eux et de ma crème ASSOS lol (ca y est je l ai dit ouf je suis soulage) puis enfin descente vers le ravito du Ferion jusque la tout va bien.

Allez dernière descente vers plan d Arriou et c Sticker assure.

Je descends a la cool en voulant éviter quelque chute que ce soit et ça passe plutôt bien … même si ma pédale me gonfle de plus en plus… j en profite même pour en doubler encore quelques uns.  Ça secoue qd même énormément j avais presque oublie l XMB de Levens….

Enfin plan d Arriou … hurlement primaire mais cette fois de joie, je vois enfin le bout du tunnel.

Montée vers le chauve je trouvais ça presque facile le dimanche précèdent, mais la ça devient presque insurmontable… et je parle même pas de la descente du chauve… gggggggrrrrrrrrrrrr saloperie de cailloux y en a partout….Oh un petit chemin bien cache bien cassant bien TV quoi… mais avec 11h de course dans les pattes il est carrément chiant.

Ouf le bitume …j ai jamais autant aime le bitume je crois.

La jungle comment dire ?  j ai adore a ce moment de la course enfin une descente sans caillasse. Donc tout droit et a donf bon OK je m arrête qd même car j ai plus de bars et de jambe mais je fais tout sur le vélo.

Et l arrivée sur Nice dans le tunnel…. je me surprends a faire la danseuse dans l eau et les cailloux et la je vois Romain qui m encourage (bravo a lui avec sa préparation en dents de scie et sa perf c tout bonnement miraculeux. Un énorme BRAVO a ce petit militaire avec une caisse de folie).

Et bien sur ma petite femme qui m attend a l arrivée toute heureuse pour moi, les larmes sont tres proches mais je craque pas ….

Par contre hurlement primaire veve-esque (et celui-la de joie finale) dans les oreilles de l hôtesse qui nous colle le sticker et de Jean qui est la pour me féliciter.

Quelle expérience que cette TV … Georges Edwards si tu me lis …. tu m auras plus 😉

Et pour ceux qui voudraient se lancer la dedans surtout n y allez pas c est des malades ….. 😀

Pour tous les autres finishers ou pas, ASCVTT ou pas …. en connaissance de cause (maintenant), chapeau bas.

Rendez-vous l’année prochaine ….. oui mais pour le championnat d Enduro 😉

AlexDH :

Alex_Utelle

Salut les ASCVTTiens !  j’mis colle !

 

Arrivée à la Colmiane 5H15, ça fourmille dans tous les sens, rapide coup d’œil autour pour repérer les copains.

On se regroupe avant l’appel des grilles de départ pour se raconter 2 ou 3 conneries mais on sent un peu le stress chez certaines personnes !!! 😀

Feu ! La meute est lâchée ! Pédalage  tranquille par la dfci  pour chauffer le diesel de 41 piges qui c’est découvert une nouvelle passion depuis 2 ans et demi… LE VTT ALPIN.

Au fait ! Pourquoi je fais la Transvésubienne ? Hum ! Bonne question ? la c’est la deuxième fois  :o:  ??? Faut que je médite peu là avec le recul 😀 !

Arrivée au sommet, le terrain de jeu est bien gras ! Très peu de grip et la terre plombe le spad…c’est un vrai bourbier, trop de monde,  je mets les watts.

Travers  Colmiane, col de la madeleine, col des deux Caires jusqu’au col d’Andrion gras, très glissant, très boueux, je roule tranquille en suivant des gars sans m’en coller une ! avec toutes ces racines,  la TransV 2014 vient de commencer tambour battant ! ça déchire !! 😀

Descente d’Andrion, Remi est là, il a stoppé au Ravito, la descente très boueuse et glissante… beaucoup de gars marchent vers la fin et créent un bouchon… :-/  Remi et moi ont est un peu déçus sur ce coup là ! Pas grave la course continue !

Arrive le  Brec, portage fissa, avec Remi on se suit, Arrive la descente !!! Même bordel d’Andrion : bouchon infernal quasiment tout le monde marche, j’ai dû passer 2 ou 3 épingles sur le vélo et la fin… enfin bref ! Zéro pointé :-/ ! Arrive la 2eme partie de la descente jusqu’à Utelle, ou je vais enfin lâcher les freins ! Des gars me laissent passer en me voyant débouler ! 😮 Oh grand moment ! Sans bouchon cette fois-ci !!!

Arrivée à Utelle, je m’arrête pour le ravito, ma femme est là et ça me fait plez , Le colonel me dit qu’il continue 😉 on se reverra un peu plus tard !

Le sentier valléen jusqu’au Suquet est une merveille ! Pur régale de descente et portage fissa, c’est passé très vite.

Arrive le portage Loda, montée tranquille, j’en profite pour manger un peu puis la route arrive où Remi me rejoint, on taille la bavette quelques minutes et puis  il trace 😀

Baisse de Béasse jusqu’au Granges de Raimonaudo, super sentier monta calla, je roule quasiment tout sur le spad, j’aime beaucoup cette partie et je profite à chaque mètre parcouru, le physique et le mental sont là, aucune crampe à ce moment de la course ! 😀

Arrivée au col de la porte, Remi est au ravito et repart aussitôt, j’ai juste eu le temps de lui passer 2 ou 3 encouragements ! Et  zouuuu !!! 😀

P’tit décrassage et graissage du vélo, ma femme m’assiste et m’encourage, ça me donne la patate pour le final ! avant de repartir je fais le tour des tables du ravito et je croise Will08 (1001) qui fait le plein (de rosé) de son camel ;-D on se balance quelques conneries ! et GO !  Piste dfci + portage s’enchainent, direction Rocca  Sparvièra et hum ! la descente dans les bonnes grosses caillasses bien coupantes ! Donc pas le droit à la chute 😀  mais un gars devant envoi bien en descente donc obligé de lui coller au cul !!! Par 3 fois il me demandera si je veux passer ! Je lui réponds :  « No stress ! Il reste  encore du chemin ! » – Col St Michel, puis piste dfci de 8 bornes, que je monte à mon rythme, je mange… plusieurs mecs me doublent…

Chapelle st Michel, je bouffe encore… car la descente est copieuse ! Au moment de repartir Will arrivent et il est Chaud Patate 😀 Pour s’envoyer la moitié d’une baguette avec des merguez !  😀

Et j’ai la patate car cette descente je la kiffe ! Un sous bois de ouf, ensuite de la caillasse bien technique ou la roue doit être placée avec justesse ! Que c’est bon ! Passé Colla Bassa, après une série d’épingles bien tendues ! J’entends d’une vive voix Le Colonel en rigolant : « Oh Alex !!! ».

A l’arrêt, en le regardant,  je m’aperçois que le coup de bambou a bien frappé et qu’il a tout donné pendant la course, aller hop ce n’est pas fini là. Je le remotive, il y a encore le chauve !

Descente en mode tirage de bourre jusqu’au plan d’Ariou, on claque les mains en gueulant ! ENJOY ! ou plutôt « on l’a niqué cette p’tain de TransV  » 😀

Arrive le dernier ravito, on mange et on cale le portage, travers Gr5,  arrive les Giaines avec un gros Mach 2 dans la caillasse du chauve jusqu’à la jungle où je me prends une boite vers la fin du 1er pentu car je cale trop vite… 😀 rien de grave !!! Hop je repars ! Rémi  fera le guide dans le paillon, ensuite tunnel vers la lumière de la plage ! Sacré Georges, il a le sens de l’humour jusqu’à la fin ! Je franchis la ligne avec Rémi et on se tape la main et on gueule ! On est heureux  😀 !

Bravo Hervé, Romain 😀  vous êtes des guerriers bien récompensés !

Bravo  Jano pour ton mental de ouf , ta capacité à arriver jusqu’au plan d’Ariou avec 5 crevaisons et d’avoir supporté ton dos en vrac ! Ce n’est que partie remise 😉

Bravo a Rémi ! mon binôme finisher  ! la bise 😀

Bon mon Jano ?! On s’y recolle pour l’année prochaine !? ou quoi !   ;-D

Merci à tous les copains de l’ASCVTT, 1001Sentiers, ma femme, ma fille et mon vélo  😀 !!!

ENJOY !

Le Colonel :

Remi_Utelle

Bon ben voila, troisieme transvesubienne terminée !

Cette année a cause de contraintes familiales plus marquées (petit bout de chou de 1 an + mistouflette de 3ans et demi à la maison) j’ai revu ma preparation en profondeur. Beaucoup moins de VTT qui prend trop de temps en week-end, toujours un peu de velotaff et plus de sorties route à la demi journée, de course à pied entre midi et deux et de seances de velo d’appart en force devant GoT pour muscler les cuisses.

Je comptais participer a 3 XMB pour me mettre dans le bain et au final je n’ai pu faire que celui de Levens qui a ete plutot prometteur. Faut dire qu’il y en avait un qui était programmé le dimanche de Paques… Va essayer de faire passer une participation à une compet de vélo le jours de oeufs de Paques dans le jardin de belle maman ! Mission impossible meme pour mon collègue John Rambo.

Bref j’aborde l’épreuve plutôt serein sur le plan physique par contre je manque de confiance et d’engagement en descente et c’est ce qui me fait le plus douter… En plus qui dit nouvo-velo-toubo-toutenkarbon, dit pas mal de stress de savoir si ce sera assez costaud sur les sentiers cassants de la TV.

Dimanche réveil 4h. J’ai super bien dormi, c’est une première, et je suis pas trop stressé. La cure de Rozanna de la semaine passée ne m’a pas incommodée et je suis plutot zen.

Je check le sac pour la dixième fois en 24h, je prépare mes 2L de potion pour le départ jusqu’à Andrion (oui il faut ça) et je me mets en selle sur la route avec Jano pour faire la liaison de 5km et 200D+ jusqu’au départ. Echauffement idéal. La haut on retrouve Alex qui est chaud patate en marcel. Débardeur mavic bleu assorti au cax de crosseux dernier cri, ma qu’il est bo !!!

Départ tranquillou, l’expérience m’a montré qu’il faut s’économiser et je n’ai pas vraiment d’objectif de temps car le nouveau parcours est difficile à estimer. Les chicanes en mode poireau, puis montée tranquille avec 2 poussages pour pas trop tirer les muscles dès le départ. En haut gros bouchon à l’entrée du sentier. J’avais oublié les bouchons. En 2012 j’étais parti avec les performer en queue de peloton et c’était le top du top… je suis un solitaire moi 😉

Bon je prends mon mal en patience en me disant que de toutes façons en roulant ça doit etre l’enfer toutes ces racines trempées en travers du sentier en dévers. Je pousse pas mal pour atteindre les deux caires, puis travers à la queuleuleu mais je suis dans un groupe  de bon niveau et ça avance bien. De toutes façons je veux juste arriver à l’andrion en moins de 2h. Nickel Andrion en 1h50 et mon camel est vide 100 metres avant le ravito. je m’arrete comme prévu et je met 3L pour tenir jusqu’au Suquet, je ne veux pas m’arreter à Utelle. Au moment de repartir Alex déboule. Comme prévu il ne s’arrete pas et je lui emboite le pas dans la descente. C’est prometteur sur 2 épingles mais très vite on se retrouve bloqués dans les bouchons. On fait une bonne partie de la descente à pied, impossible de doubler, trop de monde qui n’essaie même pas de monter sur le vélo. La dernière partie plus rapide se fait bien sauf qu’Alex derrière moi me hurle que mon dossard se fait la malle. Arret pour pas polluer et c’est reparti. On roule ensemble à bon train jusqu’au Brec. Portage ralenti par les bouchons puis descente du Brec encore bouchonnée. ça commence à vraiment me gaver et dans les dernières épingles je force le passage comme un goret. ça rale, mais ça passe et j’enchaine vers Castel Gineste à vive allure. J’ai un peu distancé Alex je crois. Enfin descente d’Utelle et là, le panard ! Peu de monde ou alors des mecs carbo qui laissent passer. Je passe Tony de NTC arrêté sur le côté. Apparemment rien de grave alors j’enquille. Je passe quasiment tous les lacets du bas de la descente et je survole la marche devant le public (je sais j’exagère mais j’étais vraiment soulagé et fier de passer sur le vélo). Je me régale. Petit passage freeride dans l’herbe pour contourner le village d’Utelle et là grosse crampe à l’adducteur droit. Je saute du vélo, marche et bois tout mon saoul. ça finit par passer juste au moment où Alex me rejoint. Lui s’arrête au ravito moi je continue. Sentier valléen. Je suis sur un nuage et je descend fort. Je double un gars dans une épingle, ça me galvanise et trop confiant je plante la roue avant dans l’épingle suivante. Gros OTB et bel hématome sur le tibia. Le vélo n’a rien à première vue. Je me remet en selle puis c’est l’arrivée au Suquet où j’ai rdv avec mon assistance. Il est 10h je crois. Gaby me rempli le camel avec ma dope, un coup d’huile sur la chaine, on papote un peu. A ce moment je suis étonnamment frais et lucide. Après une bonne pause je repars, je fais 100m et … mince ! J’ai oublié de demander à Gaby d’envoyer un sms rassurant à ma p’tite femme. Alors demi tour. Je croise Alex à ce moment qui comprend pas trop ce que je fabrique. Gaby prend une photo et je repars dans le bon sens, 50m derrière Alex.

Portage de Loda pas très rapide à mon goût mais je préfère m’économiser pour la portion roulante qui suit jusqu’au col de la porte. Je rejoins Alex sur la route. On papote et j’enchaine à mon rythme. Je me régale sur le sentier qui suit que j’adore. Je double une dixaine de concurrents en me disant que je vais peut-etre le payer. Tant pis je me fais plaisir, on est là pour ça. Baisse de Béasse, granges de Raimonaudo, que du bonheur. Arrive la route pour monter au col de la porte et 3eme ravito. ça commence à devenir dur. ca fait à peu près 6h que je suis en course et c’est à peu près la durée de mes entrainements les plus longs. Ca sent le sapin (pas Nadine… elle est devant) et je lutte pour rouler jusqu’au col. Au ravito plus de soleil, un peu de vent, je me caille, j’ai pas faim et pas envie de remplir encore le camel. J’ai dèjà bu presque 7L, j’ai l’impression d’etre une outre percée. Bon je me force et quand je repars Alex arrive juste au ravito. Quelle synchro. J’aborde la seule partie du parcours que je ne connais pas du tout. Col de la porte – Chapelle Ferion. ça commence modestement par 500m de pistasse relativement plate sans intérêt et puis j’arrive à un col devant une grosse montagne pelée. En levant la tête je distingue une procession de riders colorés entrain de porter lentement sur un sentier dré dans l’pentu. La vache ! Dur pour le moral, mais bon faut y aller. ça passe finalement assez vite (en fait je me souviens plus) et ça finit par du poussage sur un long travers. Mister Folco doir rouler en wheeling à cet endroit… meme pas jaloux ! Ensuite on peut remonter en selle sur un sentier ombragé bien humide qui débouche sur la fameuse descente de Rocca sparviéra si réputée. « Un champ de mine » m’avait dit Tony. Effectivement c’est pas lisse mais je me régale jusqu’au col st Michel. Pour la suite heureusement que je connaissais pas le parcours, car la piste du Ferion de 8km à ce moment là ça m’a tué. Impossible de rouler efficacement. J’ai mal au dos et au cul. Je n’ai plus de jus. En plus je suis accompagné par deux gars qui sont dans le meme etat que moi et qui commencent à pousser sur la piste. Impossible de me remotiver, je jette l’éponge et pousse aussi. Enorme perte de temps mais j’arrive pas à me refaire la cerise. Il parait que le portage du Ferion qui permettait d’éviter cette piste dans les temps anciens est un truc immonde, mais moi je préfèrerais vraiment porter. Bref je met un sacré bail pour arriver au ravito de la chapelle. Je fais une grosse pause et je repars sur la crete du Ferion. ça va mieux, je m’amuse et je double deux gars qui ont peur de dechirer leurs pneus. Moi je trouve que ça passe bien et propre, mais je dois etre un peu anhestésié (non anesthésié) . Dans le bas de la descente un peu avant colla bassa, arret pipi. Et qui c’est qui débarque au moment de remonter la braguette… Mon Alex !!! Super c’est une bonne occaz de se remotiver car là je commençais à partir en mode « je suis tranquille pour la porte horaire, y’a plus qu’a se laisser descendre pépère ». Mais Alex lui est en mode course ! Alors j’en profite et je le suis jusqu’à plan d’arriou. Hurlement primaire en synchro au passage de la porte vers 15h30 puis Alex continue tambour battant. Moi j’aurais pas été contre une petite sieste à l’ombre d’un pin mais bon je fais honneur et j’essaie de suivre. Il me distance sur le sentier avant la route puis je réduis l’écart sur la route avant Aspremont. Au ravito on décide de finir ensemble. Le portage du Chauve est plutôt vite passé puis GR à fond les ballons derrière Alex. Il envoie du paté. je trouve que c’est pas raisonnable. Je serre les fesses pour pas exploser une roue mais ça passe. Il me distance un peu sur la fin et je le rattrape à l’entrée de la jungle. raidard de la conduite de gaz à fond de 5. Alex devant moi se gamèle dans un gros nuage de poussière tout en bas. Je prends les commandes et on enquille jusqu’au paillon. Je veux pas faire mon vieux con, mais la jungle c’est plus ce que c’était. On est resté au fond du vallon sur un sentier tout propre en faux plat descendant ou Georges avait passé la débroussailleuse le jour précédent. Exit le sentier immonde avec des murs à escalader genre parcours du combattant où on maudissait les Edwards sur 15 générations. A la place une autoroute que même dans la Valmasque y’an a pas des aussi propres. Par contre on a cru un instant avec Alex, qu’on échapperait aux galets du paillon. En fait on ne déroge pas à la tradition, mais la section est très courte, une formalité. Enfin tunnel sur le petit pignon en danseuse en mode poursuite malgré les crampes qui reviennent puis passage dans la flotte pour laver les plaies et déboucher sur la prom ensemble ! Un finish de warrior que je n’aurais pas fait sans Alex c’est certain. Quel mental !!!

Bon voilà la Trans c’est déjà fini. Je termine avec Alex, 206eme sur 415 finishers en 10h13. Première moitié du classement c’est beau !!! Aucun pépin mécanique, une belle gamèle avec un gros bobo au tibia, et zero crevaison… je les ai toutes filées à Jano, il en rêvait :-p

Un grand merci aux compères pour l’ambiance toujours aussi sympa et spéciale dédicace à Alex qui m’a vraiment permis de m’arracher et de vraiment faire la course dans la dernière section. Sans lui j’aurais pris mon temps en comptant les rares brins d’herbe sur le chauve…

Conclusion:

Bien, a refaire:

– la muscu en velo d’appart c’est chiant mais ca marche. par contre ça consomme beaucoup de séries TV américaines. A la fin j’étais à sec alors je regardais des vieux MacGyver, c’est dire !

– toujours télécharger les séries en VOst. En VF avec le bruit du vélo d’appart on n’entend rien aux dialogues

– le stump29 evo c’est l’arme absolue pour la TV en tous cas comparé a mon yeti 26. et c’est pas du uniquement aux kg en moins. Pour moi et mon niveau c’est le compromis parfait entre légèreté et débattement important qui procure du confort et sécurise beaucoup. Le 29 ça pardonne bien mieux les erreurs en descentes, et ça fatigue moins en franchissement. Enfin je veux pas relancer les débats…

– Je sais maintenant que je dois boire 1L de flotte par heure. Des que je bois moins je crampe aux cuissots, c’est un fait !
– la potion magique dans le camel regle beaucoup de probleme d’alimentation. Les gels/barres c’est pas assez régulier comme apport de carburant. Je sais tout le monde le savait sauf moi qui roulait encore à l’eau claire et aux pates d’amande il y a 6 mois. Par contre je pense que j’etais encore sous dosé… des essais/progres a faire sur la potion, par Toutatis. Je demanderai conseil au druide Bonetto…

– pneus neufs et renforcés de rigueur. Les trucs legers hautement technologiques en papier cigarette c’est pas pour moi et c’est trop risqué. J’ai pris un train classique : HR2 2.30 avec 1,8 bars et ignitor 2.10 avec 2 bar. Aucun soucis meme en cravachant sauvagement dans la descente du Chauve pour essayer de coller au train de mon lièvre Alex.

Pas bien, a pas refaire:

– le p$%&! de dossard rectangulaire faut arreter d’essayer de le fixer au sac a dos avec les 3 pauv’z’epingles a nourrice fournies par GE. A chaque participation je me fais avoir. Il se barre forcement, du coup arret obligatoire. Y’en avait beaucoup des dossards orphelins sur le chemin, mais désolé Bourriquet je les ai laissé sur place et faudra retourner dépolluer le GR5 en rando. Au passage merci à Alex qui m’a évité de paumer le mien dans la descente d’Andrion. Pour la prochaine bien penser à mettre ce truc à l’intérieur du sac ça marche aussi bien.

– Ne pas faire son chieur et raler sur les zamis parce que l’appart qu’on avait les autres années était mieux car juste devant le départ. En fait dormir à St Dalmas c’est nickel car l’échauffement de 5km et 200D+ le matin c’est en fait l’idéal. Mea Culpa les gars ! Hervé ton appart c’était le top, surtout le chauffage à chaleur tournante. Et merci pour le ménage dimanche matin … D’ailleurs je te dois combien ?

Ma trace:

http://www.strava.com/activities/148316213

CQFD,

Allez BizouBizou ,

Colonel

Romain Wiggins :

Romain_Utelle

Et voici le mien…

Vu que je trouve ça sympa, je vais commencer aussi par des remerciements, donc d’abord Pierre et Susie qui m’ont fait connaitre l’ASCVTT et sans ça je n’aurais pas fait cette saison de vtt ni connu cette ambiance, tout ceux qui ont organisé des randos, mes compagnons de courses, Rémi, Jeannot, Alex et VV grâce à qui j’ai bien progressé !

Concernant la course, je me rappelle plus très bien en fait des noms et de l’ordre…

C’est parti pour la course, samedi je pars de Nice avec mon frère qui fera mon assistance rejoindre les zouzous au chalet et vers 20h30, Vévé m’envoie un message savoir quand on arrive car ils vont se coucher !!! Motivés les mecs ! On arrive vers 21h30 on file au lit au milieu d’un concert de ronflements ! Nuit courte mais sympa =)

Réveil 4h, petit déj gatosport banane séché, préparation du breuvage de course, Jeannot met ses gants au four…. Bonne ambiance !

On retrouve AlexDH au départ avec son petit marcel et effectivement il fait super beau je fais tomber le haut également !

Boum départ personne prend de risques aux chicanes et on entame la montée de la piste de ski, je vois Alex au loin et je double Jeannot un peu avant le sommet, puis le 1er bouchon, je vois une bonne trentaine de mecs doubler tout le monde en prenant un travers, ça me met les nerfs enfin bref je continue et je redouble Jeannot ??? visiblement il faisait parti du petit groupe et j’aurai dû en faire autant car j’ai mis un bon moment avant de le reprendre !

1er ravito je ne m’arrête pas le début de descente se fait bien puis qq parties freeride où on est pas mal à mettre pied à terre à certains endroits !

Je passe la banalité du portage pour rejoindre le brec d’Utelle où Jeannot me repasse devant alors que je remets mon dossard qui se fait la malle ! Dernier chassé croisé avec Jeannot qui vient de crever et le début de ses galères !

Ravito à Utelle mon frère décrotte mon vélo me regraisse la chaine, j’en profite pour manger un sandwich jambon chèvre confiture de figue que j’avais préparer la veille je remplis mon camelback, prend qq gels dans les poches je m’étire enfin je prend bien mon temps ! Vévé arrivé entre temps me dit qu’il faut pas trainer ! 😮

Effectivement la porte horaire du Suquet semble un peu tendu je pars tambour battant, je double Vévé avec son problème de pédale qui hurle à la mort ! Et là je me dis que les pédales plates c’est la vie haha ! Le poussage vers le Suquet est un calvaire, je ne peux plus boire une goutte d’eau l’eau ne passe plus dans le camel il fait super chaud et le temps passe ! Finalement j’arrive avec 25 min d’avance sur la porte horaire, mon assistance me débloque mon camel ! Gros soulagement ! Mais je me dis que les futures portes horaires vont se resserrer et que ça va pas le faire !

Le poussage de Loda est long mais je m’hydrate et m’alimente bien, puis portion de route ! Bonheur je l’a fait à un bon rythme ! J’arrive au col de Porte avec 1h25 d’avance je me sens super bien, j’ai trop la banane car je sais que je vais la finir hormis un souci mécanique ! Mon frère me rétablit le spad je bouffe comme un goret refait le plein du camel et je discute avec Claude, je glande bien 20 min avant de repartir !

Et à partir de là je me rappelle plus de grand chose sauf que tout s’est bien passé ! La montée vers le Férion beaucoup de portions roulantes qui m’avantage, j’assure les descentes je ne prend pas de risques au signalisations « Danger » je passe plan d’Ariou encore bien large, j’envoie encore sur le bitume qui mène à Aspremont un gars me lance « ah on les reconnait les routards » je prendrai même pas la peine de répondre =)

Et au final c’est dans la descente du mont chauve que j’ai pris le plus de plaisir je crois car je l’appréhendais et au final j’ai joué avec, c’était bien fun, ça sentait l’arrivée la mer tout était top !

Descente vers la jungle je me chie un peu dessus dans les deux raidars mon frein arrière commence à fatiguer sévère, puis petit single hyper rapide trop bon ! Le paillon je pensais qu’on roulait beaucoup plus longtemps que ça dedans ! Encore du bitume je mets tout ce que j’ai ! Je double le 1er master des 60 ans ! Respects au Monsieur !!! Dernière portion de merde je m’y attendais pas à celle là puis lumière ! Je vois Alex en pantalon déjà douché qui m’encourage, le mec sent tout bon je me dis qu’il a bien du gazé ! Mini crampe dans les mollets à la sortie de l’eau et sticker Finisher !!!!

Merci à tous qui ont participé de près ou de loin à cette TransV et à l’année prochaine ! Mais pour le championnat Enduro également ! Fini pour moi cette course 😀

Romain Finisher

L’ASCVTT c’est aussi ça ! une bande de copains Vttiste du dimanche passionnés, qui aime repousser leurs limites… ;-D

Merci a pimourss (1001sentiers) pour les photos.

Enjoy !