Drame en montagne

2013-12-14 13.09.24-PANO

La réputation de l’Escarène comme frigo du 06 n’étant plus à faire, le village a fait un effort et deux degrés nous attendent au parking…

Max, en guest star, se pointe et on est donc 7 à emprunter la piste des prats supérieurs. Au bout de quelques kilomètres, le soleil se pointe et sur les raidards, on commence à avoir chaud.

Montée sans histoire. On rejoint un groupe à la b167 qui nous propose une belle alternative pour rejoindre la baisse de la croix qui évite les pavasses du départ. A retenir.

Un gars de l’autre groupe se fait une entorse. Pas cool.

2013-12-14 10.05.57
Smeyou a la banane

Ce premier travers descendant est bien sympa donc on a tous la banane. Mais tout ça, bien sur, c’était avant le drame…

La suite est classique, petits coups de cul puis long travers roulant qui va au pied du col du Savel et son fameux petit raidard.

2013-12-14 11.02.56
Pause à la baisse de Marsan

Pause au bord de la route par laquelle on rejoindra la col de la porte. Pistasse givrée puis petit portage qui nous amène dans une clairière où on se pose pour manger sous un rayon de soleil.
On rejoint un groupe 1001 et ça papote. L’ambiance est détendue mais tout ça, bien sur, c’était avant le drame…

Photo-0009
Harlem shake ? wtf ?

On passe derrière la cime de Roccassiera, c’est bien glacé mais çà roule. Vue de rêve sur l’enchainement Vésubien et on rejoint enfin la descente sur le col St Michel.

 

Une descente qui va crescendo :

  • Pianissimo avec un travers sympa où ça roule bien.
  • Mezzo forte dans les ruines de Roccasparia Rocca sparvièra. Y’a une trace mais faut pas hésiter à en sortir pour éviter les gros blocs.
  • Fortissimo après la chapelle St Michel. Max la menace sera le seul à passer cette section sur la macchina. Des enrochements de fou, des épingles de psychopathes, c’est chaud !
Photo-0018
Max : “Allez y les gars, ça passe !”

Tellement chaud que Smeyou va se faire un OTB avec réception sur un doigt qui ne supportera pas la charge. Crac ! Aïe ! Heureusement, Alex a du matos et jj, en infirmier de service, lui fait une attelle.

Eric peut rouler mais c’est pas le Pérou alors il préfère descendre par la piste avec Max qui fera le bon samaritain (grazie mille).

Le reste du groupe se fait la descente sur le magnifique sentier qui mène à Coaraze. On ne s’en lasse pas. Un poil exposé (pas vrai Susie ?) mais les enchainements sont juste parfaits. Section rapide puis on arrive au village.

Remplissage des camels et on enchaine par la descente des marnes. Le grip est limite mais c’est ça qu’est bon !

Le portage pour remonter à la baisse de la croix ne fait que 200m mais quand on est dessus, on dirait que ça fait plus.

2013-12-14 13.11.47
Le brec

La dernière descente est belle, ça serpente entre terre et caillasse, c’est rapide et fun.

Pierrot boude alors il rentre par la piste ;-).

Les autres prennent les prats supérieurs, assez technique mais tout passe sur le vélo. Après le tunnel, le sentier a été réhabilité (passerelles un peu partout, ça passe mieux) mais la boue a repeint nos vélos.

On arrive avant la nuit (Ouf !) et tout le monde prend une voiture pour aller chercher les loulous à Coaraze.

J’emmène tout le monde dans un périple pas possible dans la montagne pour passer dans l’autre vallée.

Au bout d’un sacré moment, on arrive et on peut enfin se prendre un verre bien mérité au coin du feu.

Grosse journée.

En bref :

  • Vues esthétiques derrière Roccasiera
  • Un doigt déboîté et un disque voilé (3 semaines sans vélo pour Smeyou)
  • Le VTT est un sport à risque. Je vous conseille de vérifier votre trousse de secours.
  • Superbe descente avant et après Coaraze
  • Découverte de Berre les alpes, bled paumé s’il en est
  • 40km / 1600 D+
  • Trace : à peu près ça
  • Album d’Alex :