Préalpes de Grasse et neige‏

Bien peu de monde en ce dimanche de décembre. Il faut dire qu’il ne fait pas super chaud en ce moment et c’est d’autant plus vrai ce matin là. De plus, pour ceux qui ne l’auraient pas compris, Rémi a préféré rester au plumard 🙂

C’est donc à 5 que l’on prend le départ de Pré du lac direction Grasse en longeant le canal. On alterne donc chemin et route jusqu’à la fameuse « descente de la muerte que même si t’es trop fort tu vas te ch..r dessus sauf si tu conduis une 205 GTI 1.9L ». Notre Rémy national passe sans encombre, Max un poil moins bien et les autres…passent à pieds ce qui est quand même un exploit en soi.

Le chemin en balcon le long du tuyau est assez sympa avec une jolie vue sur la cote…ah, on me dit dans l’oreillette que l’on va traverser un tunnel…ça va trancher chérie. Les tunnels, ah oui, j’avais presque oublié cet instant magique où tu te rends compte que tu vas devoir enlever ta roue avant car avec ça passe moyen.

En plus, les pluies des jours précédents on rendu le sol un tantinet humide pour certains, carrément inondé pour d’autres. Je franchis donc ces 2 ouvrages d’art avec les chaussettes plus imbibées que le foie d’un ado de 16 ans un soir de boum.

Arrivé sur la route Napoléon direction St Vallier, on la quitte assez rapidement pour se diriger vers le plateau de la malle par une piste assez longue mais finalement assez roulante et sans encombres si tu arrives à éviter le gros sel de nos amis chasseurs (cf. Peewe).

L’arrivée sur le plateau s’accompagne d’une nette chute de la T° et de l’apparition de la neige. Petit portage avant le col du Clapier où ça a bien plâtré. Pique nique prés d’une borie ou même dedans pour les plus frileux.

A ce stade de la sortie, je ne vous cache pas que ma tentative de natation dans les tunnels me fait sérieusement penser à acheter des chaussettes gore tex…ça pique un peu quand même enfin jusqu’au moment où on a l’impression d’avoir les pieds d’un autre mais la du coup ça fait plus mal.

La descente dans la neige sur Caussols est mythique et ça accroche finalement super bien sur ce terrain. Après une discussion quand à la la suite du parcours, on préfère abandonner l’idée de monter au CERGA et on privilégie la descente par le bois de Gourdon. Comme à mon habitude je me fais courser par des patous mais ils préfèrent se reporter sur Jean qui est un peu plus lent. Bien sur j’en profite pour filer et le laisser à son triste sort…chacun sa mer..e.

La descente vers la route de Gourdon est assez plaisante même si je me retrouve coincé entre un Rémy qui se tempère et un Max qui me colle au train ce qui conduira à utiliser un maximum de débattement et à suer pas mal afin de rester sur le vélo. Le retour à la voiture se fait par le canal du Foulon en sens inverse direction Bar/Loup jusqu’à ce que l’on tombe sur un sentier où Rémy nous montrera comment « droper » proprement un truc que même pas tu penses le passer en vélo et comment faire un « bunny up » sur…un truc que même pas tu penses le passer en vélo.

Retour par la route jusqu’à Pré du Lac pour la bière de tradition.

La trace de Jean.

Les photos de Peewe.

VTT, soleil et neige au plateau de Caussols from Peewhy on Vimeo.

Les gens: Rémy, Max, Peewe, Jean, Fluo.

  • Denivelé positif cumulé : 1140 m
  • Denivelé négatif cumulé : 1165 m
  • Longueur de l’itinéraire : 37.11 km
  • Durée totale : 06h17m23s – dont 01h21m13s de pause

 

2 pensées sur “Préalpes de Grasse et neige‏

  • 14 décembre 2012 à 9 h 19 min
    Permalink

    >>Bien peu de monde <<
    5 riders, ce n'est pas si mal pour une hivernale

  • 14 décembre 2012 à 10 h 02 min
    Permalink

    Sympa le CR Julien 🙂
    Vous tenez la forme les gars !
    Pour moi (et d’autres) le vélo est au fond du garage et la saison de ski bien lancée, espérons qu’elle dure un max !

Commentaires fermés.