Mont Avril

Dernière sortie du séjour estival après une journée de repos et une autre de pluie. Comme c’est le jour de mes 23 ans, je choisis tout : le lieu, le topo, le rythme, les partenaires, … Ok, j’exagère peut-être un peu. En tout cas, va pour le Mont Avril, un bon sommet rustique qui culmine à 3.347 m, record VTT. Et qui se mérite, atteint après un long portage, mais amplement récompensé par une descente et un panorama d’anthologie.

Mauvoisin c’est vachement loin, surtout si je me perds à Verbier. Comme c’est mon anniversaire, ce n’est pas ma faute mais celle du copilote, le même qu’avant, une nouvelle fois profondément endormi, ce qui tend à indiquer que je roule propre, au moins en voiture, contrairement aux rumeurs honteusement répandues. Je devais surement inconsciemment avoir envie de voir le départ du Grand Raid, j’en rêve la nuit. Oui, il m’a marqué celui-là …

Hop hop, on est pressé aujourd’hui, la sortie est longue et nous devons rentrer avant 20h pour le restaurant. Échauffement sur route, qui devient une piste à hauteur de l’immense barrage (Ca y est, sauvés ! Nous sommes passés au dessus, on ne risque plus rien). Elle chemine dans d’immenses tunnels percés à même la roche : éclairage sommaire, air froid et frais, ambiance troglodytique garantie.

Nous apercevons le lac par de petites fenêtres, ouvertures taillées au bord de la paroi. Une vingtaine de minutes plus tard, nous finissons par sortir enfin à l’air libre. Heureusement que je ne suis pas en plus claustrophobe.

Tiens, mais la piste redescend, il y aura peut-être bien 1.700 ou 1.800 m de D+ finalement. Mince alors, fichues cartes suisses ;). De nombreuses chutes d’eau alimentent le lac, nous aspergeant au passage. Le contournement est plutôt long, c’est là que je suis bien content d’avoir pris le vélo et de ne pas être venu simplement à pieds.

Nous croisons plusieurs vélos peu avant le Col du Lancet, malheureusement aucun ne nous accompagnera tout en haut. Le fleuve en contrebas, alimenté par les glaciers, est particulièrement tumultueux. Je comprends pourquoi l’endroit est idéal pour une usine hydroélectrique.

Nous redescendons une nouvelle fois avant d’entamer la phase annoncée de poussage / roulage difficile jusqu’à la fenêtre Durand. Ah ben non, c’est du portage finalement. Décidément, si même Vttour s’y met !

Après 200 m de D+, Max veut déjà faire une pause et attendre Manu et Renaud, légèrement en arrière. Je lui propose de continuer. D’expérience, je sais qu’il vaut mieux tout faire d’une traite : quand on est dedans, cela va, mais quand on s’arrête, il est difficile de redémarrer. En plus, je le rappelle, l’heure tourne.

Je continue donc seul, bizarre qu’il ne m’ait pas écouté, je suis pourtant un spécialiste unaniment reconnu de la randonnée avec le vélo sur le dos … Et bien, j’aurais le temps de méditer sur la chose au col, pendant 50 minutes : même s’ils ont cassé la croûte, enfin j’imagine, cela fait beaucoup !

Bref, je m’inquiète, m’inquiète encore plus, finis par faire demi-tour, les aperçois au loin et retourne m’allonger au soleil. Dire que j’aurais pu déjà être au sommet, la discipline, ce n’est plus ce que c’était : les pauses dissidentes cela a du bon, mais un jour je les laisserai tomber au milieu de nulle part, vous verrez !

Défi du séjour, course dans le dernier portage de 540 m de D+. Max (44 min) part au sprint et j’ai beau me mettre dans le dur (46 min), le cœur plafonne à 165 bpm et je n’arrive pas à monter dans les tours : je ne recollerai jamais. En plus, histoire de bien m’achever, Max m’avoue qu’il était facile et me surveillait du coin de l’œil, en ayant gardé sous le coude pour accélérer à tout moment : un vrai extra-terrestre depuis qu’il a perdu 8 kilos !

Manu (63 min), censément malade, et Renaud (74 min), à bout de forces, ne veulent ou peuvent pas jouer pas le jeu, abandonnant le vélo au passage. Nous avons donc le temps de discuter avec les nombreux randonneurs présents et d’admirer le paysage somptueux : le lac de Mauvoisin, le glacier du Grand Combin, plus long d’Europe, et côté italien la vallée d’Ollomont avec d’innombrables petits lacs. Je regarde aussi un peu la carte, ô, tiens, un autre sommet apparemment cyclable à 3.418 m, la Tête Blanche : il faudra revenir en Aoste, pourquoi pas pour le prochain séjour estival ?

Le regroupement est fait et la descente peut commencer. C’est magnifique, tout en glisse et dérapage, les freins bloqués, et tout passe : les rares fois où Max pose le pied, je parviens à rester sur le vélo et inversement. C’est un véritable spectacle, les randonneurs ne s’y trompent pas, surpris de nous voir dévaler ces pentes abruptes, nous prenant abondamment en photo.

La fenêtre Durand est déjà là, les bonnes descentes sont toujours trop courtes. Manu et Renaud, en partie à pied, nous rejoignent et nous entamons ensemble une calade très ludique. Annoncée T3, c’est plutôt du T4. C’est simple, on ne s’ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à faire entre les brèves relances et lignes droites : un lacet serré, un rocher à éviter, un trou, un passage étroit nécessitant de poser la roue au millimètre, … Excellent et très joueur, il faut d’ailleurs encore suffisamment de ressources pour en profiter pleinement.

Retour à la piste, que nous couperons par une petite sente technique, avec les inévitables remontées de tout à l’heure qui passeront finalement pas si mal.

Quel parcours et quel séjour les amis, vive le Valais ! Et dire que nous n’avons exploré qu’une vallée sur la dizaine du coin, sacré potentiel !

__________________________________

Participants : Manu, Max, Renaud, Sylvain

Parcours : Mauvoisin – Lac de Mauvoisin – Col du Lancet – Grand Charmotane – Fenêtre de Durand – Mont Avril, en aller-retour
Topo Vttour
Trace GPX (à visualiser sur Vttrack, mode Editor, couche Swisstopo)

Statistiques : 35 km, +/- 1.800 m, 5h & 2h de pauses

Vidéo

Mont Avril from Shostag on Vimeo.

2 pensées sur “Mont Avril

  • 28 août 2012 à 10 h 04 min
    Permalink

    Merci encore Sylvain!!
    Ces beaux CR et vidéos m’ont fait revivre les bons moments et bien rigoler encore! 🙂

  • 28 août 2012 à 13 h 53 min
    Permalink

    ca donne envie d’y retourner!!
    C’etait bien sympa ce sejour dans le Valais 🙂
    Et merci Sylvain pour les topos, cr et videos!

Commentaires fermés.