Les terres noires Digne(s) de leur réputation

Encore un fabuleux week-end avec le club a l’occasion du raid des Terres Noires 2012.

Au debut c’etait un truc de guerrier, 4 ASCVTTistes (JJ, Remi, Jean, Laurent) se sont inscrits pour le raid 70km et 3500m de D+-. Puis Xena la suissesse et Fluo sont partis pour la rando light de 60km et 2000m de D+ et ça a été le déclencheur. Au final on se retrouve a 8 avec l’addition de PY, Remy et La Ramasse (JJ ayant du déclaré forfait) a prendre la direction de Digne les Bains le samedi 23 Juin 2012. Même Charlotte a failli venir, c’est dire.

Arrive au Camping des Eaux Chaudes, rapide installation et on fonce a la piscine piquer une tète dans les eaux ch.. ah non c’est super froid en fait. Quelque temps plus tard, le soleil commence a baisser, il est temps d’attaquer les choses sérieuses: l’apéro. L’ambiance commence a monter mais il est temps d’aller manger en ville. Tous les restaus sont blindés mais on trouve quand même sans réserver une table pour 10. Faut dire qu’une petite ville comme Digne qui accueille 1400 personnes sur un Week-end, ça remplit les rues et les restaus. L’ambiance monte encore d’un cran (les bières aidant beaucoup), et les raideurs du lendemain ne se font plus beaucoup d’illusion sur leur performance future. L’heure tourne, on rentre au camping se coucher.

Dimanche matin, la journée est lancée par les raideurs qui commencent a s’agiter vers 6h30. Peu a peu, tout le monde émerge et se prépare. On part a vélo en direction du départ au centre de Digne ou l’on franchit la ligne sur les coups de 8h45. On a bien rigolé hier mais ça risque de pas être pareil aujourd’hui. Un peu de route pour s’échauffer, on fait pas 20m dans la terre que Remy déchire son Ikon exo 3c. Petite pause pour polymériser et on repart mais le groupe est divisé en 2. Sur une autre portion de route Remy s’arrète de nouveau et je décide de rattraper le 1er groupe (Marc LR, Caro, Fluo) que je ne verrais pas avant le début de l’après midi car, a vouloir les rattraper, j’ai suivi le flot des randonneurs et j’ai raté une bifurcation. Ne les voyant pas, j’appuie sur les pédales sur la piste qui grimpe, je double, double,… j’arrive au 1er ravito, toujours personne. Bizarre!!. Ils doivent être juste devant alors je m’arrète pas. Je grimpe, je grimpe… toujours personne… et voila la descente. J’y vais tant pis. Seul, je me régale dans cette descente, j’en profite pour faire un truc que je fais rarement: doubler en descente. Je me prends pour un champion tellement je vais plus vite que les autres qui me précédent (c’est l’avantage des randos ou y a tous les niveaux sur le même parcours) et bizarrement personne ne me double.

En bas de la descente, je décide de faire un point sur mon phone, … pas de réseau, grrr!!!. J’attaque un petit portage et me retrouve sous un pylône avec 3 antennes de téléphonie mobile. J’essaie d’appeler, j’ai 1/2 barre et quand j’arrive a joindre quelqu’un c’est inaudible mais j’ai compris qu’ils étaient encore au 1er ravito. Je file jusqu’au ravito suivant ou j’attendrai près d’1h30 qu’ils me rejoignent.

Il est 12h40 au ravito 2 quand la jonction est effectuée. On repart vers le clou de la journée, les terres noires. Ça pousse, ça porte pour rejoindre les crêtes sauf pour Remy qui passe sur le vélo (quel Kéké celui la). Bon aller, c’est parti pour les terres noires, … ah bah non, stop qu’on nous dit. Y a 50 gugusses qui attendent, qu’est ce qu’il se passe. On apprend que la course est neutralisée pour qu’un hélico vienne secourir une personne qui s’est pétée la clavicule. Bon bah on attend alors. L’hélico arrive, se pose au milieu des terres noires en soulevant un nuage de poussière assez impressionnant et 5 minutes plus tard, il repart. On attend encore un peu, le temps que tous ceux qui attendaient s’étirent un peu. Un concurrent fait des sauts dans un petit mur descendant que beaucoup évite. Ni 1, ni 2 Kéké veut montrer de quoi il est capable et saute aussi (Quel Kéké celui la). Bon un peu plus loin, il manquera de s’en prendre une sur une réception un peu olé olé. Cette portion de terres noires est tout simplement géniale, faudra revenir car en connaissant y a moyen de filer a une vitesse et de décoller un peu partout. On continue et dès que ça descend, on doit éviter les plots (ceux qui descendent a pieds avec leur vélo et qui galèrent pour trouver de l’adhérence).

A la fin des terres noires, on arrive au 3eme ravito ou on tombe sur Rémi (avec un i pas Kéké avec un k) qui est déjà hors course sur le raid (a cause de l’intervention de l’hélico). Pas de Jean ni de Laurent. On apprend que Laurent a préféré s’occuper d’une pauvre fille égarée et que Jean … bah en fait je me souviens plus ce qui est arrive a Jean. Caro et Marc LR (pas Marc, le pote de Remy, mais notre Ramasse a nous, vous suivez?) nous lâchent pour finir tranquillement et on repart avec Rémi mais rapidement nos parcours se séparent. On attaque une montée sur piste en plein cagnard. Les jambes commencent a tirer et va falloir commencer a gérer un peu (heureusement que j’ai zappe une petite boucle le matin sinon je serai déjà a l’agonie). Ensuite ça devient plus difficile de me remémorer le parcours. On porte, on pousse sauf Rémy qui pédale (Quel Kéké celui la). Vient ensuite une descente parsemée de marches plus ou moins hautes mais qui passent a une vitesse supersonique (non j’exagère pas). Ça va tellement vite qu’a un moment avant un virage, impossible de freiner, je file tout droit et je finis ma course dans un arbre. On débouche ensuite dans des roubines noires dignes de la fin de la spé des terres grises de Bante chez nous. On rejoint une route ou nous attend un 4eme ravito qui n’est pas vraiment un ravito mais un point de mis hors course du parcours. On est dans les temps avec 45 minutes d’avance. Il fait 33 degrés sous la tente, on crève de chaud mais on s’y attendait un peu 😛

On repart et on traverse la rivière pour attaquer une piste qui monte un peu trop pour moi et mes crampes naissantes. Avec Fluo, on gère tranquillement. On pousse un peu jusqu’au plateau. Un petit sentier « mounta cala » puis une courte descente nous amène ensuite au 5eme ravito qui est en fait le 4eme (puisque le 4eme n’était pas un ravito, vous suivez?). Je m’arrête pas trop longtemps et décide de prendre un peu d’avance sur les autres pour monter tranquillement. La piste est parfaite a ce moment la avec 3 ou 4% d’inclinaison, mes jambes supportent bien et les crampes m’embêtent moins. Vient ensuite la dernière grosse ascension de la journée sur sentier épinglu (a la descente ça doit être bien sympa). Je pousse dans un sens et dans l’autre je pédale. Tranquillement, je reprends du poil de la bête (m’enfin c’est pas la grande forme quand même) et peu a peu, je reprends des concurrents. Un dernier mur ou je galère a pousser mon vélo et je rejoins Rémy au sommet. Lui, il a pédalé tout du long (Quel Kéké celui la). Ah tiens, y a aussi Rémi qui est la puisque le raid et la rando finissent sur le même trace. On se rafraichit et se désaltère a la fontaine en attendant tout le monde.

Il reste maintenant plus qu’a descendre par un sentier super ludique. Sur le haut, les virages sont naturellement relevés et permettent de dévaler très vite puis petit a petit le sentier ressemble un peu plus a nos sentiers: plus étroit, des épingles, des cailloux, des racines mais tout de même très ludique. On arrive bien trop vite en bas, on rejoint la ligne d’arrivée vers 16h15 ou Jean et Laurent sont la.

Reste encore quelques km de route pour rejoindre le camping. On remballe, on se douche, on boit un coup et on reprend la route. Le trajet sera assez difficile pour moi, la fatigue prenant peu a peu le dessus mais j’arriverai a bon port.

Bilan très très positif du WE, malgré la chaleur et la quantité de pistes, c’est un truc a faire surtout avec un groupe aussi sympathique. Les descentes sont tout simplement fabuleuses, lissent, propres ou on peut vraiment se laisser filer. L’année prochaine, inch allah, je fais la version raid pour faire les crêtes gazeuses des terres noires que l’on a pas fait sur la rando.

Le parcours de la rando 62km et 2000m de D+-:
http://www.visugpx.com/?i=1340824142&ign

Le parcours du raid 70km et 3500m de D+-:
?????

Mes autres photos: Gallerie
Les photos de l’organisation: droz-photo.com (Vers les photos 140 à 155 album 13h/14h30)

Une pensée sur “Les terres noires Digne(s) de leur réputation

  • 8 juillet 2012 à 19 h 07 min
    Permalink

    Bien sympathique WE en effet président.
    Le plus dur a certainement été la route du retour,…, sans clim pour ma part, avec les ronflements de Caro. Mais non elle ronfle pas, je rigole.
    CR plein de « vécu » bien sympa, dommage que les photos soient si lourdes ainsi que sur la galerie, mon faible débit m’a interdit de les visionner…
    Marc qui va t’offrir un clavier AZERTY car je viens de me fader de rajouter les accents dans ton texte ;o)

Commentaires fermés.