Le Lachens en cuissard…pas que du XC dans le Var.

Après un RV à 7h30 au tennis de Grasse en ce premier dimanche d’heure d’hiver, nous prenons la route direction Escragnolles puis Mons où nous nous arrêtons à la Font Michel (1173 m, 8h30). La T° y est plutôt clémente en comparaison des semaines passées mais la piste est bien humide ce qui ne laisse rien présager de bon pour la suite. Nous commençons par un bout de route puis une piste en direction du centre équestre que nous dépassons avant de faire notre première rencontre de la journée avec des chiens (décidément !!!). Jean se fait copieusement pincer la fesse par un patou pendant que les autres prennent la fuite. Pierre Yves disparait pendant un petit moment ce qui nous laisse un instant entrevoir la possibilité d’élire un nouveau président.

La piste se poursuit avec une belle vue sur la plaine de Séranon et la plaine de Caille-Andon sous la brume au loin. Le Lachens trône devant nous et ne parait pas si loin que ça finalement. La piste se transforme en un sentier d’abord montant, puis en un long travers jusqu’à une petite descente bien ombragée et humide. C’est à ce moment que je lance la phrase qui fera date « après c’est bon, tous les sentiers sont expos sud, donc c’est sec » Erreur.

On récupère alors un sentier montant que certains passeront sur le vélo et d’autres en portage puis nous gagnons la piste de la « face » sud du Lachens avant un petit portage pour atteindre le sommet.

Quelques barres de céréales et photos plus tard, Sylvain nous emmène par les crêtes (type FR) jusqu’au début d’un single en sous bois bien roulant et propre avant de descendre sur la Bastide. Pas de grosses difficultés mis à part une petite section que seul Sylvain passera sous les encouragements des autres.


S’ensuit une longue  monté sur piste sous les crêtes avec une vue sur la plaine de la Roque Esclapon par le GR49 où chacun ira à  son rythme. A ce niveau là nous avons déjà fait 1100m de D+.

On poursuit avec la descente après avoir tâtonné pour trouver le début du single (merci JJ et son GPS). Nous rejoignons le tracé bien humide et en sous bois du Lachens Mer avec de bonnes grosses dalles et des racines bien lisses et nous arrivons au château d’Esclapon. Nous regagnons les véhicules sur une piste puis par la route.

C’est à ce moment que nous perdons 33% de l’effectif bien content de s’être tapé une bonne matinée à 1200 m D+ avec 2 bonnes descentes en prime.

On repart donc à 4 pour la traversée du plateau de Bliauge avant la pause casse croute au dessus du quartier de Riens à Mons. La descente jusqu’à Mons est un régal en terme de sentier rapide mais bien bien cassant (Sylvain fera la comparaison avec le GR5 du Mt Chauve et conclura sur le fait que c’est 160 de débattement et axe de 20 minimum).

La voie « Roumaine » en dessous de Mons et en direction de la source de la Siagnole est très variée avec des portions bien raides, des épingles et autres pif/paf, des passages en sous bois sur lit de feuilles ou des sentiers pleins de gros gadins qui roulent. Bref que du bonheur, ce qui fera constater à Sylvain que le Var ne se résume pas seulement aux pistes sans fins du massif des  Maures.

Un long travers bien humide au dessus de la Siagnole nous emmène au niveau de la roche taillée sur la route de Callian.

La remontée sur Mons se fera par un sentier en sous bois coupant plusieurs fois la route mais qui se fera sans portage bien que les jambes commencent à sérieusement tirer.

La liaison Mons-La colle passera par un sentier que je pratique habituellement en descente (mais bon maintenant je fais parti de l’ASCVTT et je roule avec Sylvain et JJ donc…). Sentier assez technique avec des marches dans le pur style romain, des ravines, de gros blocs et du sous bois plein d’épines.

On commence à entrevoir la fin du périple à notre arrivée à la colle avec la vue sur Escragnolles et la RN85 mais c’est sans compter la suite des événements. Le sentier que l’on emprunte dés lors pour rejoindre la cascade de Clars est très peu roulant et mal entretenu. S’ensuit un long portage hardcore pour passer au dessus de la cascade qui me vaudra des quolibets de la part de mes collègues. Le soleil passe derrière les montagnes, la luminosité décline mais nous continuons à chercher notre chemin à niveau pour rejoindre la piste ramenant aux voitures. Une dernière rencontre avec des chiens bien vindicatifs nous montre que Ju à encore peins de ressources pour éviter leurs crocs.

Arrivée vers 17h30 à la voiture avec la nuit (finalement la frontale n’a pas servi).

Stats JJ: 60 KM, 2300m D+ D-, 9h12

Julien B, Jean, JJ, Sylvain, PY, Julien S.

La trace du jour par JJ.

Les photos de Ju, Pierre Yves et Sylvain.

 

PS1: il y aussi des sentiers bien hardcore dans le Var.

PS2: un sentier expo sud n’est pas forcement sec.

PS3: placer la voiture au milieu du parcours n’est psychologiquement pas une bonne idée.

PS4: liaison La colle-Escragnolles par station d’épuration puis remontée sur la RN85 préférable.

2 pensées sur “Le Lachens en cuissard…pas que du XC dans le Var.

  • 2 novembre 2011 à 7 h 22 min
    Permalink

    Merci à nouveau pour l’idée de parcours, l’organisation, la découverte touristique des petits singles de Mons et la prose, exhaustive qui a atteint pleine maturité.
    Hélas, j’ai bien peur qu’avec la nuit et la neige (si si c’est le WE prochain !), il nous faille attendre 2012 pour remettre cela …

  • 3 novembre 2011 à 10 h 27 min
    Permalink

    Je suis bien content d’avoir zappe la 2eme moitie du parcours.
    J’en aurais trop chie a escalader la derniere montee.

Commentaires fermés.