Mourre du Chanier

Le printemps marque le retour des randonnées sauvages dans les Alpes de Haute Provence, avec un parcours inédit au départ du pittoresque village de Blieux, sur et autour du Mourre du Chanier.

J’avais annoncé une randonnée pas trop roulante dans tous les sens du terme et prévenu qu’il ne fallait pas s’attendre à quelque chose d’exceptionnel : comme certains l’ont deviné, il s’agissait en fait d’un parcours trail que je trouvais un peu trop plat … Quelle ne fut donc pas ma surprise de retrouver sept motivés au petit matin, bien au delà des deux/trois furieux habituels.

Heureusement, j’avais presque tout faux, puisqu’il y a eu finalement peu de poussage/portage (400 m de D+) et du grand VTT autour du Portail de Blieux.

Cela démarre fort par la piste de Paluas, raide et efficace (500 m de D+ en 3,4 km !). On aime ou pas mais tout passe sur le vélo en s’employant, celle-ci étant très propre et bien entretenue pour maintenir l’accès à la Cabane des Porcs.

Nous empruntons ensuite un joli travers avant d’attaquer, aux Cabanes de Chanier, le portage dré dans le pentu jusqu’au sommet du Mourre.

Pas une âme qui vive, l’ambiance et le panorama sont magiques et nous apercevons même le Lac de Sainte-Croix au loin. Le vent est très fort et nous ne tardons pas à attaquer la descente freeride sur les crêtes, sans freiner sur les alpages ou tout en zigzag dans les gros cailloux.

Une petite erreur d’orientation nous vaut un léger imprévu : sur la fin, la crête se rétrécit et n’est plus praticable (il convenait en fait de tourner à droite à un gros cairn). Chacun pour soi et son propre chemin, soit en gros du bon portage négatif hardcore dans des barres rocheuses sauf pour Max qui préfère faire un détour d’une dizaine de minutes.

Après le casse-croûte de Prau, Jj écourte pour problème mécanique, la roue avant complètement voilée. Nous poursuivons vers les Ruines de Peicard et retrouvons un beau, mais trop court sentier lisse et rapide.

La liaison Peicard-Chauvets, principalement sur piste avec quelques passages sur une ancienne voie romaine, n’est pas fameuse. Mais bon c’est toujours plus rapide à vélo qu’en trottinant.

Enfin, les choses intéressantes commencent avec la montée au Portail de Blieux, un petit bijou de monotrace, roulante juste comme il faut qui passera quasiment intégralement en pédalage.

Le temps se gate, la pluie se transforme en grêle et nous décidons, fort des mauvaises expériences du week-end écoulé au Ventoux, de rentrer au plus court. De toute façon, le Chiran est déjà dans les nuages.

La descente sur le Bas Chaudoul est magique, les paysages variés (terres grises, alpages, pierriers suspendus au bord du vide, forêt humide) s’enchainent sans relâche dans un cadre préservé, loin de toute civilisation. Je n’ai qu’une envie, revenir par beau temps pour en profiter à nouveau.

_______________________________________________________

Participants : Isa, Jj, Max, Pierre*, Pierre-Yves, Renaud, Rémi, Sylvain

Parcours : Blieux – Cabanes de Chanier – Mourre du Chanier – Ruines de Peicard – les Chauvets – Portail de Blieux – le Bas Chaudoul – Blieux

Trace GPX

Statistiques : 32 km, +/- 1.690 m

Albums : Rémi, Sylvain

4 pensées sur “Mourre du Chanier

  • 6 mai 2011 à 12 h 31 min
    Permalink

    Encore la grêle ? On va devenir des spécialistes !
    J’espère que quelqu’un a crevé juste à ce moment là pour que vous en profitiez bien 🙂

  • 6 mai 2011 à 14 h 30 min
    Permalink

    Evidemment: Sylvain avait crevé et ne parvenait pas a remettre son pneu dans la jante. Heureusement Pierre et sa savonnette lui ont sauvé la vie !!!
    Pendant ce temps Max, Renaud et moi on profitait pleinement de la grêle et du vent glacial au col du portail de Blieux…

  • 6 mai 2011 à 16 h 30 min
    Permalink

    Eh oui!
    Et justement on savoure encore mieux du col! 🙂

  • 9 mai 2011 à 18 h 47 min
    Permalink

    Rémi a dit: « Heureusement Pierre et sa savonnette lui ont sauvé la vie !!! »
    Et bien après le fil à recoudre les pneus et le dérailleur au Ventoux, on ne va plus oser partir sans Pierre 🙂

Commentaires fermés.