Raid au Ventoux – jour 3

Bantes, Lundi matin 7h30.

auberge
L'auberge de Brantes
On se retrouve après une nuit passée dans nos chambres pour prendre le petit déjeuner tous ensemble au rez de chaussée de l’auberge. Les premiers mots qui nous viennent à la bouche sont : « tu les as entendu ? », tout le monde veut bien sûr parler du groupe de joyeux villageois qui ont festoyés sous nos fenêtres une bonne partie de la nuit et qui ont perturbés notre récupération.
J’apprends ainsi que Susie et Sophie ont été obligées de se relever pour les faire taire. Bref la nuit fut animée à tel point que Susie n’a pas réussi a fermer l’œil et pressant déjà une longue journée.
On passera le restant du petit déjeuner à réclamer du pain pour nos tartines et déguster les différents miel et confitures locales mis à disposition afin de remplir notre estomac avant de partir. En effet,  aujourd’hui, c’est l’auberge qui nous fournit les sandwichs : cruelle désillusion en voyant la taille des sandwichs, ils ne doivent pas avoir l’habitude de recevoir des groupes de cyclistes…

Aujourd’hui pas de freesbee à notre disposition pour nous faire perdre une heure sur le planning, du coup à 9h on est tous en selle pour le sommet. Le programme du jour : le sommet du Ventoux pour basculer sur Bedoin mais  auparavant le fameux travers exposé que l’on a pas eu le temps de faire la veille. On quitte le village de Brantes par le GR que l’on a fait en portage la veille, courte descente sympathiques avec quelques épingles histoire de nous faire digérer nos tartines. Bref traversée sur la route pour rejoindre une piste forestière que l’on ne quittera pas pendant un long moment histoire d’avaler une bonne partie du dénivelé qui nous attend. On a un peu de mal pour trouver le sentier qui va nous mener au début du travers, après quelques hésitations on finit par trouver le petit single montant qui va nous emmener au col marquant le début du travers.

Arrivée au col

Le moment est venu pour moi de mettre mes protections car on traverse quelques pierriers exposés.Le sentier monte progressivement mais il y a toujours une racine ou une pierre pour me rappeler que le vide n’est pas loin et que j’ai encore de nombreux progrès à effectuer pour réussir a monter ce type de chemin sans poser le pied a terre (comme le font si bien Fab ou Astérism). Au bout de ce sentier on débouche sur le col de la Frache, il est midi et quart. Après quelques hésitations Fab se rend bien compte qu’il ne sera pas possible de faire à la fois le travers et le sommet… On ne peut quand même pas repartir de 3 jours de raid VTT au pays du Ventoux sans passer par le sommet. On décide donc de modifier (une nouvelle fois) notre itinéraire et de se rendre directement au sommet. Avant cela on ne résiste pas à l’appel de la tendre herbe de la clairière pour se restaurer. Avec ce nouvel itinéraire on est large, on sera rentré avant la nuit… on en profite donc pour se prélasser au soleil et s’assoupir.  On trouve même le temps de faire une petite bataille de pomme de pins pour réveiller les derniers siesteurs. J’en profite pour glisser un gros cailloux dans le fond sac de notre GO qui roule depuis le début du raid avec une facilité déconcertante. Pour nous motiver à repartir Fab nous promet un café au chalet Reynard à 2km d’ici. Nous revoilà en selle sur une piste montante, Fab en tête, il ne s’est même pas rendu compte que son sac était alourdit de plusieurs kilos à cause de la pierre que j’y ai glissée. J’ai du mal à pédaler sur cette piste, en effet je ne peux m’empecher de rire de ma farce et je n’arrive pas à rejoindre Fab pour lui dire qu’il est en train de promener un cailloux (surtout que Max me retient par le sac à dos il me dit que c’est plus drôle si il trouve la pierre chez lui le soir même) Finalement Fab se rend compte de la supercherie, Susie lui ayant glissé à l’oreille que quelqu’un avait lesté son sac.

 

Vue du sommet du Ventoux

Nous voici arrivé au chalet Reynard, dernier lieu de ravitaillement avant le sommet. Susie n’étant pas en grande forme choisit de monter directement au sommet sans s’arrêter.  Sur la grand terrasse ensoleillée on y trouve tout type de personne , beaucoup de cyclistes (route, cyclo..) mais aussi des motards. On en profite pour prendre une dernière boisson et faire le plein de nos camels avant d’attaquer la dernière montée de la journée. Il fait grand beau et le soleil chauffe à cette altitude, on en profite pour se protéger avec de la crème solaire. On part par petit groupe pour faire l’ascension finale, je prends la route avec Max avec comme objectif se faire doubler par un minimum de routard et rejoindre Pierre et Susie qui sont devant. On roule à un bon rythme et Max me montre comment couper dans les épingles pour gagner un peu de temps, les 6 km de montée sont long et les % augmentent au fur et à mesure qu’on se rapproche du sommet. On finit par rattraper Pierre et un peu plus tard Susie pour qui la journée aura été longue…. A 1 km du sommet Max décide de couper et de finir l’ascension par un portage, je continue sagement sur la route. On arrivera finalement en même temps au sommet. Au dernier virage je me fais doubler par un vélo de route qui m’encourage et que je retrouve quelques instants plus tard au sommet en me demandant « alors, combien ? », je comprends pas de quoi il veut me parler, puis finalement je me rends compte qu’il veut savoir combien de temps j’ai mis pour monter. Je lui réponds que j’en ai aucune idée, il me regarde d’un air incrédule en insistant. On est vraiment ici au royaume des routards qui se battent contre le chrono pour atteindre le sommet. On attends avec Max que tout le monde arrive, on profite du paysage en admirant les gros nuages menaçant au loin qui donnent un charme si particulier à cet endroit. Les nuages montent vites et atteignent rapidement le sommet.

 

Descente dans les pierriers
Le Ventoux sous les nuages

 

Susie dans la descente

On décide de ne pas trop trainer et d’attaquer la descente. Je redoute le début de la descente, car le Ventoux c’est avant tout un tas de cailloux et avec mon semi-rigide je sens bien chacun des cailloux. Isa est bien fatiguée aussi, on se positionne à la fin du groupe pour fermer la marche. Le sentier débute comme prévu par un single très caillouteux et éprouvant physiquement. Le ciel menace au dessus de nos tetes et les premières gouttes de pluies commencent à se faire sentir. La partie caillouteuse n’est finalement pas si longue que cela et on rentre vite dans la foret ou le sentier devient moins technique. Juste au début de cette partie, Max abime son dérailleur contre un rocher. Heureusement on avait un dérailleur de rechange avec nous mais après un moment on se rend compte que ce modèle n’est pas compatible et qu’il ne sera pas possible de réparer complètement. Pendant ce temps l’orage s’installe au dessus de nos têtes… Les connaisseurs changent quand même le dérailleur pour qu’il puisse pédaler même sans disposer de toutes les vitesses. Après un moment on repart en espérant échapper a la pluie. Quelques minutes plus tard on se trouve de nouveau arreté par un autre problème mécanique : crevaison sur le pneu arrière de Fab (le même qui a été déchiré la veille), décidément pas de chance.

Cette fois ci l’orage éclate au dessus de nos tetes, des trompes d’eau s’abattent sur nous, puis c’est au tour des gros grelons de venir frapper nos casques. On essaye de s’abriter contre une paroi mais cela ne nous empeche pas d’être mouillé de la tête aux pieds en quelques instants et de perdre quelques degrés Pendant ce temps Fab imperturbable essaye de réparer sa crevaison. Le déluge dure de longues minutes, on est trempé. Quand le temps décide de se calmer un peu et que la crevaison est réparée on repart. Dès qu’on commence à rouler on a encore plus froid et il nous reste 7km à faire avant de rejoindre l’arrivée. Peu de temps après, Fab crève encore, comme il ne veut pas retarder le groupe une nouvelle fois, il nous fait signe de continuer. Le groupe se divise, Pierre et Susie partent devant, Bourriquet est transit par le froid. Peu de temps après je vois arriver Fab qui roule sur la jante désespéré par les crevaisons multiples. On le convaint d’essayer de réparer une dernière fois car la route est encore longue. Je lui donne ma dernière chambre à air avant de continuer à rouler pour rejoindre le restant du groupe. Je  roule en compagnie de  Max et Isa jusqu’au village. Max est obligé de pousser le vélo dans les petites montées car il n’a plus de vitesses. Je fais une dernière chute dans une descente, me laissant entrainer dans une des nombreuses ornières qui se sont formées avec la pluie.

De retour à la voiture on est transit par le froid, on attrape nos affaires sèches et on se change au plus vite. Peu de temps après, le groupe composé de Pierre Yves, Astérism, Sophie et Fab arrivent, cette fois ci la réparation a tenu. Une fois changés on se retrouve au même bar qu’au début du raid pour se réchauffer autour d’un chocolat chaud. Il est déjà 19h il est temps de reprendre la route. Le raid est fini mais les souvenirs eux resteront pour longtemprs gravés dans nos têtes.

Merci pour ce mini raid et vivement le prochain.

La belle vidéo de Manu:

Celle de Pierre Yves:

Parcours :
Brantes, Chalet Reynard, Sommet du Ventoux, Bedoin

Les Riders :

B&B, PY, Fab, Sophie, Manu, Max, P*, Isa

 

Les Photos :

PY

Fab

Isa

7 pensées sur “Raid au Ventoux – jour 3

  • 3 mai 2011 à 10 h 21 min
    Permalink

    Alors je decerne la palme du meilleur 1er CR de tous les temps a Manu.

    Par contre fais gaffe, tu risques de devoir en faire plein d’autres 😆

  • 3 mai 2011 à 10 h 54 min
    Permalink

    Vote à l’unanimité !

    Y en a qui se gavent directe ! 😉 Et nous on profite 🙂 Bravo !

  • 3 mai 2011 à 13 h 24 min
    Permalink

    Top la video, bravo Manu. Et les CRs aussi, et les photos et tout et tout.

  • 3 mai 2011 à 15 h 03 min
    Permalink

    bravo a tous
    Une bonne palme a notre rédacteur!!!!

    en tout cas ça donne vraiment envie 🙂 🙂

  • 3 mai 2011 à 19 h 25 min
    Permalink

    Il ne faut pas sous-estimer le Ventoux, surtout quand l’orage s’en mêle !
    Encore un beau raid avec un trés bon groupe qui laissera de sacrés souvenirs,
    on a bien rit, en particulier grâce à Manu et ses farces.
    Désolé pour Joëlle et Philippe qui ont écourté leur participation, merci à l’infirmière 😉

  • 3 mai 2011 à 23 h 07 min
    Permalink

    Photos … et vidéo, le top !

  • Ping : Réunion mensuelle de Mai 2011 | ASCVTT

Commentaires fermés.