Crêtes de la Bernarde et du Crémon

Ambiance et panorama magiques pour cette ligne de crête préservée, prise d’assaut par un véritable troupeau de vététistes. Nous avons opté pour un départ de Vauplane et une longue descente au Lac de Castillon.

Une fois n’est pas coutume, le compte-rendu étant très imagé, vous trouverez toutes les données habituelles en haut de page.

Parcours :

Vauplane (GR4) – Rau de la Bernarde (GR4) – Rocher de Meuille – Sommet de la Bernarde – Sommet de la Gourre – Sommet de Crémon – Col de Demandolx – Ruine de Villes – Lac de Castillon – Col de Cheiron – Castellane

Topo avec trace GPS

Statistiques : 30 km, + 950 m, – 1850 m, 6h

Albums : Jj, Sylvain, CR et images-off de Beb’R.


Parti de Castellane au petit matin alors qu’il fait encore nuit, je retrouve, quelques heures et poussages plus tard, mes nombreux acolytes à Vauplane : Bastien, Beb’R, Bioman, Electricman, Elisabeth, Faby, Fegnasse, Gwendal, Jj, Laurent, Marc, Max, Thomas et Yvan.

Nous traversons le vaste plateau herbeux, stade de neige hivernal, et débutons par une jolie descente en travers au dessus du Rau de la Bernarde.

Nous remontons ensuite par la piste du Rocher de Meuille. Un court portage, par alternance dré dans le pentu et sur une vague sente cairnée, nous mène au sommet du jour, le point culminant local qu’est la « Bernarde » avec ses 1.941 m d’altitude.

Suivent un cheminement unique de près de 8 km de crêtes, tout en freeride dans les alpages et la petite rocaille. Le panorama y est splendide, le point de vue dominant sur les vallées situées plus de 800 mètres en contrebas.

Au Sommet de Crémon, nous plongeons littéralement sur le Lac de Castillon. Le sentier, toujours en crête, longe d’impressionnantes barres rocheuses. Il se fait plus classique, lisse, rapide mais aussi broussailleux à partir du Col de Demandolx.

Le détour à Ville, ancien hameau accroché sur un rocher, vaut le coup d’oeil. La descente se termine au barrage de Castillon, après une succession de lacets faciles et jouissifs sur terre humide et feuilles mortes.

Il ne nous reste plus qu’à longer le Lac jusqu’au Col de Cheiron pour emprunter la dernière calade du jour, la Cebière, ultra-rapide et donc bien trop courte.

Une pensée sur “Crêtes de la Bernarde et du Crémon

  • 16 novembre 2009 à 22 h 34 min
    Permalink

    Marc, ça te rappelle de bons souvenirs … Merci Sylvain pour ce tour peaufiné.

Commentaires fermés.