L’Arpette par l’Italie

Une fois n’est pas coutume, nous avons envahis en nombre le pays des pizzas et de l’expresso pour une visite touristique et transfrontalière du massif montagneux de Tête d’Alpe.

Nous sommes ainsi une douzaine de motivés – Banana, Bourriquet, Charlotte, Easyrider, Fabien, JJ, Max, Patrick, Rémy, Manu, Schtroumpfette et moi-même – à nous retrouver au charmant village d’Airole, situé entre Ventimiglia et Breil sur Roya.

Après des préparatifs bien rodés, il est temps de s’échauffer. Pour ce faire, nous empruntons une piste goudronnée qui s’élève rapidement jusqu’à Colla Piana et son magnifique domaine viticole aux innombrables restanques ouvragées en pierres sèches. Les rares trouées dans la végétation nous offrent de superbes points de vue sur Airole en contrebas et la vallée de la Roya.

Nous rejoignons le sentier de l’A.S.F. 1.3.6 (les GR du coin) pour un poussage / portage / pédalage reposant sur la crête du Monte Abelio jusqu’au Passo dei Saviglioni.

Puis, nous basculons sur le versant Est, côté Nervia, et une ancienne piste militaire, cette fois-ci traversante mais également ravinée et défoncée sur de longues portions. Nous y bénéficions d’un ravitaillement en eau minérale qui nous est gracieusement offert par la bergère du Rifugio del Pau. Grazie Mille ! Il faut dire que curieusement toutes les sources et points d’eaux sont à secs …

A Costa Grinulfi, nous bifurquons à gauche et, après une nouvelle montée plutôt tonique, entrons en France dans la forêt d’Alpe que nous quittons pour atteindre le point culminant du jour, le sommet de l’Arpette et son panorama dégagé à 360 °.

Dernière réjouissance, la crête de Tête d’Alpe et sa sente peu évidente au bord des falaises de la Serre de Mont Vert, préalable incontournable avant de pouvoir profiter de l’unique et grande descente du jour (plus de 1.400 m de D-).

Au programme : Roche Fourquin, Rocher du Tron ainsi que les hameaux de Libre et Fanghetto. Cette calade se révèle variée et ludique avec de bons passages techniques, que certains coteront néanmoins après coup facile +. Jugez plutôt :

Freeride dans les alpages

Sous-bois

Longs dévers en balcon

Epingles caillouteuses

Et sentier valléen rapide

Quelques petits pépins techniques inévitables (crevaisons, déraillements) nous retardent légèrement, mais nous retrouvons tout de même Airole avant la nuit.

Au final, très beaux payasages, ambiance et panorama pour cette randonnée qui se mérite : dénivelé conséquent, montées physiques et descentes engagées.

Photos

Album de Sylvain

Parcours

Airole – la Stascia – Passo dei Saviglioni – Campocia – Lanazo – Fighette – Bozzi – Costa Grinulfi (b. 111) – Pas de l’Arpette (b. 110,109) – l’Arpette – Pas de l’Arpette (b. 109) – Tête d’Alpe (b. 110) – Roche Fourquin (b. 438, 437) – Libre par Roche du Tron (b. 419,418,424) – Fanghetto (b. 412,411) – Airole par Sentiero Val Roia

Trace GPS

Statistiques

36,5 km, +/- 1.860 m, 10h30

5 pensées sur “L’Arpette par l’Italie

  • 20 mai 2009 à 8 h 43 min
    Permalink

    Bravo à Shostag pour ce premier c-r ! Tu est aussi à l’aise dans la mise au point des parcours, leur organisation, et leur animation pendant et après 😉
    Ses commentaires (et photos) ne le laissent pas trop paraitre mais c’était quand même bien costaud physiquement et techniquement ! Mes photos suivront rapidement j’espère 🙂

  • 20 mai 2009 à 8 h 57 min
    Permalink

    Uèp, une belle rando que tu nous a proposé smile.png
    Je me souviendrai du panorama et notamment des grands paturages au sommet de l’arpette et ses "bonzais géants", des sacrés % à la grimpette, de LA descente technique faite de belles épingles, du sentier valléen final…mais aussi du mental de nos 3 géraldines, de la serviabilité de Fabien pour ceux qui ont eu des soucis avec les problèmes smile.png, du bô t-shirt de bourriquet smile.png et de l’eau salvatrice de la bergère et du village de libre…
    allez à la prochaine rando
    claude

  • 20 mai 2009 à 9 h 42 min
    Permalink

    des géraldines où ça, j’en ai pas vu moi, à part peut un bout de ts rose appartenant à une certaine B…

  • 22 mai 2009 à 12 h 34 min
    Permalink

    J’ai bien aimé les descentes bien que caillouteuses et techniques. La montée du début sur bitume m’a littéralement mis sous hypo, j’ai failli collapsée 😉

    Heureusement qu’on oublie vite et ne garde que de bons moments.

    Merci Shostag de nous avoir fait découvrir les nouveaux sentiers.

  • 23 mai 2009 à 18 h 20 min
    Permalink

    Ton CR c’est de la balle Sylvain, félicitations sans compter l’orga de cette rando rondement menée. Vivement que je te rencontre. Des nouveaux comme ça ça s’encourage.
    Pour ma part c’est le weekend-end entier qu’il m’aurait fallu pour finir cette superbe rando, je suis pas mécontent d’avoir baissé les bras, ça avait l’air quand même costaud pour un "promeneur".
    A + Marc

Commentaires fermés.