Un Crapahu printanier

Crapahu

Rando sur le parcours du Crapahu du Loup du Bois Noir, à Breil sur Roya, avec JJ, Laurent, Astérisme, Lolotte, Banana, Max et Bourriquet. 32km, +1250m, -1800m

Première fois de la saison que nous pouvons monter à 1300m sans rencontrer une plaque de neige, ça change ! Tandis que les bouffeurs de dénivelées (et futurs Transvésubiens pour Laurent et Astérisme) s’offrent la montée de Breil au col de Brouis par la route pour s’échauffer, les autres estiment que le parcours du Crapahu est déjà un bon morceau en cette mi-mars printanière, et profiterons donc de la voiture des premiers pour la navette du col.

Après une rapide montée à la cime du Bosc, où le trail pédestre de la semaine passée a laissé de vilaines traces de peinture indélébiles et de la rubalise un peu partout (eco-sentiers, faites quelque chose !), on emprunte l’un des nombreux sentiers mythiques qui descendent sur Breil. Une fois le GR510 attrapé, on passe dans un rythme plus XC avec ses parties roulantes, ses passages techniques et autres poussettes jusqu’à Piène Haute, centre du huit formé par le parcours. Picnic dans les bois au départ de la non moins belle descente vers Olivetta.

Astérisme en profite pour nous montrer comment battre le record de durée dans la réparation d’une crevaison (ce qui n’a évidemment rien à voir avec l’état de sa voiture 😉 ). On respire les parfums de l’Italie au passage d’Olivetta, mais pas le calme, avec Massimo qui ne peut pas s’empêcher de monter le volume sonore de sa voix et le débit de ses plaisanteries à l’huile d’olive !

La remontée vers Piène Haute est… haute, et on est bien contents de trouver des fontaines dans ce charmant village pour refaire le plein, tant on avait perdu l’habitude d’avoir chaud.

La descente sous Piène est aussi un grand moment, avec une entrée à la « chemin du Paradis », et des enchainements d’épingles sur dalles en dévers de toute beauté. Une fois au fond du ravin, y’a encore une belle poussette bien raidasse pour s’en sortir et retrouver le travers final qui nous ramène sur Breil, en passant par la fin de la Calade, course de descente du même nom.

Arrivée du Crapahu

Une pensée sur “Un Crapahu printanier

  • 17 mars 2009 à 15 h 28 min
    Permalink

    Bravo Pierre pour la rapidite de ce beau CR !
    Ce fut une sacre belle journee …

Commentaires fermés.