de Digne à Nice

Annot-Mandelieu s’était rallongée pour un Digne-Mandelieu mais c’était sans compter sur les chemins de fer de provence …

Jour 1
Digne … Château Garnier
Mon premier billet va commencer par un coup de geule !!! En effet, notre périple debute mal . Nous avons du faire un traffic pour pouvoir emmener nos cartons afin de les emballer pour le train des Pignes, le matin même devant la gare . Trois tentatives après lesquelles nos vélos etaient pliés dans des “housses” en carton, nous nous voyons refuser l’accès au train par le contrôleur qui nous a vu d’un mauvais oeil avec nos vélos …. “c’est la règle , pas à discuter …” dit-il d’un air pas très sympathique !! Nous décidons de ne pas abondonner et, retournons à vélo, chercher les clés de ma voiture puis celle-ci dans le parking de mon agence à Villeneuve-Loubet et prenons la route, en voiture avec les vélos …. donc pas de merci aux Chemins de Fer de Provence qui restent sourds à une demande depuis dix ans nous explique un cycliste niçois assistant à notre mésaventure du premier jour .

Après toutes ces émotions … un petit repas-restau rapide juste avant Digne et nous attaquons à partir du parking de l’hôtel des thermes de Digne où nous laissons ma voiture .
Petit chemin et piste vers le sommet de Cousson sous un ciel menaçant et quelques gouttes de pluie au début de l’ascencion de la piste .
Nous passons une belle après-midi a rouler et notament le passage dans les terres noires où étaient toujours visibles les flèches blanches du raid des terre noires , cela nous permet d’enchaîner les passages …. sans quoi cela peut devenir galère , voir dangereux ….

Puis vers 20h, nous prenons la sage décision de redescendre a Digne par la route de Draix…. car restaient le col de Cine , du Diable et de Seoune …. rien que ça !!! Philippe avait vu trop long pour cette étape , il avait compté sans les Chemins de fer de Provence et nous aurrions dû partir absolument a 6h …. comme prévu …
Mais dans tout malheur, il y a du bon car notre sympathique patronne du gîte de Château-Garnier nous attendait pour nous servir un tres bon diner .

Jour 2
Château Garnier … La Baume
Le lendemain matin nous remontons sur les vélos pour l’ascension de la montagne de Maurel avec un petit passage sous le petit Cordeil . En passant devant la voiture , je me dis : merde, va falloir revenir dimanche soir la chercher .
L’ascension est rude car nous quittons la piste principale pour des traces de 4×4 afin de rouler sur la crête . Voyant sous l’antenne du sommet, la piste d’où par le sentier qui descend a la Mure, nous décidons de la rattrapper en free-ride dans les paturages afin de gagner du dénivelé .
Erreur car nous ratons le début du sentier …. mais il faut dire qu’à ce moment là, le temps vire a l’orage . Le vent qui se leve d’un coup et les nuages noires courrant vers nous dans le ciel qui s’abaisse nous précipite dans notre décission !


Et pas râté ! A la Mure où nous arrivons , un gros coup de tempête nous fait accélérer la cadence pour rallier St Andre-les-Alpes ( dommage la fête pastorale de la Mure avait vraiment l’air sympa ! ) . Nous restons deux heures à St Andre où nous finissons par opter pour la pizzeria , seule à pouvoir nous assurer un repas chaud à cause des coupures electriques incessantes …. Après l’orage vient le beau temps dit l’adage et voilà une belle après-midi qui s’ensuit . Montée sur la piste vers Courchon et descente a la Baume par un beau sentier qui nous fait passer par cette horreur de Mandarome .
Ambiance différente de la veille dans ce gîte à vocation plus sportive ( guides pour activites eaux vives ) , mais très bon accueil et très clean . Bizzarement, le soir on se retrouve avec une bande de bikers … plutôt du genre hell-angels .

Jour 3
La Baume … Mons
Les jambes vont toujours bien mais c’est toujours sympa de commencer par une petite descente sur sentier …. A Castellane, nous faisons le plein de nourriture et allons glaner des infos sur une variante que nous voulons faire …. et bien nous en a pris car monter vers le Robion est completement déraisonable nous dit cette guide car nous passerons notre temps a côté du vélo ( dans le sens descente, deux personnes sont deja tombés … car le chemin se barre ) , alors nous montons, comme prevu sur la topo que m’a donné David par la route vers st Thyrs .
De là , nous faisons une variante parce que : un, nous zappons un temps la carte et deux nous essayons de prendre plus de sentiers . Nous déjeunons dans un coin tranquille a la lisière de la forêt et Philippe en profite pour réparer ses chambres à air après ses crevaisons a répétition ( Max t’es battu dans ce domaine ) .

En fin de journée, après un long roulage vers le Lachens, nous arrivons au dessus de Mons pour une belle descente vers ce joli village, où nous avons réservé une chambre dans l’hotel-bar-restaurant du centre .
note : la descente n’est pas évidente à trouver … juste apres la barriere sur la gauche on voit une trace ….

Jour 4
Ce matin, nous n’aurrons pas le droit au petit-déjeuner de l’hôtel … il faut dire que nous ne voulons pas attendre 9h car faudra ce soir retourner à Château Garnier … Mais le petit-dej, en regardant l’arriere pays et la côte depuis le petit muret de la place où des joueurs de boules ont déja investit les lieux, le vaut largement .
La veille au soir, nous décidons que nous n’irons pas a Mandelieu mais direct a Nice en prenant le plus de sentiers possible et puis nous aviserons …. Nous débutons par le sentier qui pars de Mons vers Escragoles . Sur la carte, il monte doucement a part deux coups de cul, en réalite beaucoup de portage même si je sais monter les marches, car tout faire sur le vélo est trop physique ou alors faut souffler tout le temps , puis trop de passage impossible . Dans la partie qui redescend, rester sur le velo est un challenge, pas pour la raideur de la descente mais parce que le chemin est étroit et plein de bloc …. mais c’est chouette quand même … quand on aime …

Apres Escragnoles, nous empruntons le GR510 qui nous emmène vers une descente de pierres qui roulent . Puis, un peu de galère où des marcheurs se demandent ce qu’on fait par là à velo . Et finalement, nous arrivons à Cabris par une longue Piste …. fini le tout-terrain ….
Nous gagnons Grasse où nous mangeons un sandwich par la route et redescendons aussi par la route pour gagner du temps …. nous prenons quand même une glace sur la Prom et la boucle est bouclee ….

Ce raid a été super, en dehors de cette histoire avec les Chemins de … et vaudrait qu’on le modifie pour envisager Nice dès le début en rajoutant du rouge au noir des terres de Digne ….
Merci a David pour la topo du Annot-Mandelieu que nous avons rallongée et modifiée, ainsi qu’à Phillippe ( guide des deux premiers jours ) et Didier venu de sa Bourgogne pour rouler dans notre belle region et pas merci à qui vous savez ….

les photos

Une pensée sur “de Digne à Nice

  • 28 août 2008 à 9 h 10 min
    Permalink

    Bravo pour le CR, j’ai adoré le récit et merci de nous avoir fait partager votre ballade qui m’a semblée bien costaud !

Commentaires fermés.