Mini-raid Tende-Menton : la grande journée (2)

Mini-raid Tende - Menton

Une longue nuit de sommeil super ionisée par le torrent voisin, des chaussures enfin sèches, un soleil à peine levé mais bien présent, nous sommes les premiers à investir le réfectoire avec un autre groupe de randonneurs pour un petit déjeuner qui pour certains, surtout les garçons, n’a de « petit » que le nom.

Nous sommes en tenue, les vélos prêts sur la terrasse, les sac à dos un peu plus optimisés que la veille. Sauf qu’on avait oublié les paniers repas, très complets, apporté par l’intendant du gîte… Alors, quelques « je te refile ma pomme et du me passes ton pâté » plus loin, le carburant du jour fini par trouver sa place dans notre paquetage (sauf pour Charlotte qui fera encore son petit Poucet…) et on peut en terminer avec notre harnachement, devant l’air médusé du groupe de randonneurs retraités qui observent les préparatifs de notre départ. Aujourd’hui : 65 km, +1600m, -2690m au programme.

Au coeur du mini-raid

Nous repassons le pont sur le torrent, bien chargé en eau de fonte des neiges de la vallée des Merveilles, puis sous notre gîte pour redescendre en rive droite par une belle piste vers le lac des Mesches. On est gâtés, le soleil franc filtre à travers les jeunes frondaisons naissantes et fait miroiter la grande retenue hydroélectrique. Il fait frais, juste ce qu’il faut. Arrivés sur la route, après un pincement de Lolotte vite réparé, nous descendons une centaine de mètres de bitume le long du barrage pour retrouver un très beau sentier en balcon, b81.

Mini-raid Tende - Menton

Passage au milieu d’un ensemble de fermes en ruine dont l’une d’entre elles a été retapée en mode « ermite ». On s’arrête un moment pour observer la vue, et plus discrètement, tous les détails d’aménagement originaux de l’occupant des lieux, apparemment absent. Petit portage b238, pour atteindre un autre hameau abandonné : les granges de Gauron, dont les bâtisses encore debout et recouvertes de belles pierres de lauze, dominent idéalement la vallée avec au fond, St Dalmas de Tende, et plus loin la Brigue. On poursuit vers la b221, le mont Bonsappée, pour entamer une descente bien technique des familles vers le village de Granile. Alternance de voies romaines, de lacets en pierriers, et un passage typé « chemin du Paradis » (Gourdon) où les challenges d’épingles serrées et exposées se succèdent. Chacun y va de ses tentatives avec plus ou moins de réussite, souvent un sans-faute pour Fab, et un rattrapage acrobatique pour Charlotte. Banana ôte même son sac encombrant pour les tentatives les plus gazeuses. Un peu plus bas le sentier passe en mode terre de sous-bois, au milieu des châtaigners, ludique, avant de plonger vers le très beau village restauré de Granile, avec ses ruelles étroites, ses toits de lauzes et la chapelle Ste Anne avec ses fresques. Le sentier se poursuit à la sortie du village, avec une belle descente jusqu’au village de Bergue Supérieur.

Mini-raid Tende - Menton

Bergue – Fontan par les granges de Celles

C’est le moment de faire la pause énergétique, le plein d’eau si besoin, car après un joli bout de route pour rejoindre Bergue Inférieur, un autre village perché de la Roya, commence la première longue montée sur piste, vers les granges de Celles, avec +560m, b218. Chacun et chacune prend son rythme, sauf qu’à vouloir trop optimiser les sacs, la Charlotte n’a pas de pompe pour réparer sa crevaison en queue de peloton. Une pause après les granges d’Amatte et l’arrivée de Banana qui nous passe l’info, permet à Fab, le plus costaud du groupe, de redescendre assister l’infortunée. Quelques douleurs postérieures de selle plus tard, nous parvenons au granges de Celles, porte du Mercantour, à l’heure du déjeuner, ce que tout le groupe accueille avec une satisfaction non dissimulée.

En guise de dessert, la très belle descente de Fontan, près de 1000m négatifs entre la b226 et la b192. Alternance de sous-bois très rapides et roulants, de chicanes, d’épingles et de voies romaines. Dans la partie basse, nous reprenons nos réflexes eco-sentiers pour boucher les très vilaines coupes qui cassent le sentier, augmentent la vitesse et donc l’érosion, et diminuent le plaisir du pilotage fin. Pour ceux qui nous lisent et qui emprunteront ce parcours, n’hésitez pas à faire de même et entretenir avec du bois mort et des pierres toutes ces cicatrices destructrices.

Avec la fatigue croissante, et la fin de la descente de plus en plus cassante, on en a vraiment plein les bras une fois arrivés sur la route de Fontan, et les huit kilomètres de bitume pour rejoindre Breil permettent de se détendre et de désacidifier un peu les muscles. Tout comme la pause Coca-cola en terrasse, idéale avant d’attaquer le deuxième gros morceau de la journée : la montée au col de Paula par le GR510 jusqu’à la b116, puis la piste du col de Brouis jusqu’à la b119. Le temps qui était annoncé à la pluie dans l’après-midi fait de la résistance, et à part quelques gouttes inquiétantes pendant la pause, nous seront finalement épargnés. Je tape la discute avec un groupe de canyonneurs ravis qui sortent de la clue de la Carleva, car ils n’avaient jamais vu autant de débit dans ce très beau et très long canyon.

Mini-raid Tende - Menton

Breil – Sospel par le col de Paula

Les filles se sont bien remotivées, on peut attaquer cette ultime montée qui passe tout au long du GR sur le parcours du Crapahu du Bois Noir, la célèbre course enduro VTT de Breil, tout en « monte cale » sur un sentier assez technique. Puis c’est la liaison avec la piste, face au vent qui s’est levé, jusqu’à la tête de Bassera. Dernière pause barre céréales, étirements et habillage des protections pour entamer la célèbre descente finale sur Sospel, par le vallon de Bassèra.

Encore une perle de la Roya, très ludique et roulante, ponctuée de beaux passages techniques. La dernière partie passe en surplomb dans une partie encaissée du canyon où plusieurs chutes de vététistes se sont déjà produites, la dernière deux semaine avant notre rando, dans des circonstances heureusement très chanceuses pour le biker accidenté qui s’en tirera avec une vertèbre cassée et un hélitreuillage, probablement grâce à une vasque suffisamment en eau pour amortir sa chute d’une quinzaine de mètres… Deux petits panneaux danger (FFC) existent bien à dix mètres d’intervalle, mais semblent apparemment disposés trop en hauteur pour être visibles des vététistes concentrés sur leur trajectoire. En dehors de ce passage, le sentier n’est pas particulièrement exposé. Par contre, depuis quelques années, de nombreuses coupes ont été ouvertes dans les premières épingles de la descente avec une érosion évidemment accélérée, et les virages « originaux » sont du coup à l’abandon. Encore la triste dégradation d’une pratique pas encore assez consciente et responsable de son impact.

Deux kilomètres de route nous permettent d’atteindre enfin Sospel pour une chambre d’hôte de charme, la villa Amiel (adresse très recommandable), suivie d’une pizzeria Corse à quelques pas de là. Nous sommes tous ravis d’avoir franchi les difficultés de cette journée sans encombres et les filles peuvent d’ores et déjà être fières de leur parcours !

Demain, Sospel – Menton, par le Razet et le redoutable col du Berceau !

4 pensées sur “Mini-raid Tende-Menton : la grande journée (2)

  • 25 mai 2008 à 18 h 51 min
    Permalink

    Ce qui est chouette, c’est qu’on oublie vite les moments de souffrance et on ne garde que de bons souvenirs… après coup bien entendu 😉

    Le pire, c’est qu’on en redemande, pour dire à quel point on peut être mazo…

    Bon on fait quoi cet été ? ;-b

  • 25 mai 2008 à 18 h 53 min
    Permalink

    Zut! c’est parti trop vite…. j’avais pas fini ma phrase…

    Alors voilà: "Bravo, Bourriquet pour le CR et les photos" :-)))

  • 26 mai 2008 à 23 h 34 min
    Permalink

    Jolie bambée, bravo ! ça donne des idées tout ça 🙂
    Le final pour le col du Berceau (Sympa les escaliers finaux !!!), miam, bon choix !

  • 28 mai 2008 à 21 h 42 min
    Permalink

    Super compte rendu avec de belles photos à la clé.
    Pour avoir fait le parcours l’année dernière, je confirme que cela fait 3 jours de rêve à VTT avec des descentes variées, de beaux paysages et de belles montées quand même. A refaire une autre année…..

Commentaires fermés.