Oh Marie si tu savais, tout le bien que l’on s’est fait

THE CR de Vincent, mis en photo par jj

eh !!! Le CR c'est moi

  • Participants : Fabien (Le Président = Eternity), Susie (Banana Smilie), Ann (Pyjama), Jean Jacques (pas encore de surnom ?), Pierre (Bourriquet), Romain (car en sac), Thierry (pas de surnom non plus ?), David (Reco Boichut), Pierre* (flèche bleue ou pneu vert) et Vincent (Jacqueline)
  • KM : 25km ou 28km
  • Dénivelé : +1350m et +1550m
  • Durée : 4h50
  • Parcours : Séréna, Puei, col de varaire, col des 2 caires (option 2 pour les tafioles col de la Madeleine), Mont Viroulet, Séréna, Pointe de Clamia, Marie
  • Uniforme du jour : le T shirt blanc de l’ASVTT sauf le Président qui est en gris (c’est comme le grand Schtroumph, faut le distinguer).

Bon au début, j’ai tout d’abord été acclamé (ou hué, mais j’ai pas entendu car je chantais déjà dans ma voiture) par tous les participants car il y avait déjà un boulet (Pyjama) et un second venait s’ajouter à la liste.

Départ matinal pour Marie (Merci JJ, on verra pourquoi plus tard), en essayant de suivre Ann qui roule comme une folle (ça change du vélo) : Madame voulait « décrasser » sa voiture : j’ai jamais entendu ça dans la bouche d’une fille (mais tout sera du même niveau pendant la journée).

Ann c'est moi, y'a un problème ? Nous commençons par une jolie montée sur piste pendant laquelle : Nous nous apercevons que David a perdu une jambe (normal quand on a un enfant, pour le second on perd un poumon, au troisième fini le VTT). Susie perd son légendaire sourire en maudissant son dérailleur (Bourriquet a intérêt à rapidement se pencher sur le sujet sinon Mme va le couper en deux). Et que le jeunet a une odeur de Bounty (bourriquet a vérifié. Pas la peine d’acheter du Bounty, mâcher du jeunet, c’est aussi bon).

oh ! les indiens, c'est quand vous voulez

Autre nouveauté de la journée : les Talkie-walkies. Je me suis bien amusé avec. Les 2 phrases les plus prononcées furent : PMC aux portes, armement des toboggans, vérification porte opposée et Jacqueline pour Eternity (on dirait le titre d’une chanson de Johnny). Il faut les ramener à toutes les sorties ; le bip bip fait très pro (je l’utilise déjà pour le ski pour passer pour un pisteur), c’est très bon pour raconter des tas de conneries pendant que les autres sont en plein portage. J’adore.

Après avoir perdu 12 litres de sueur, David propose une option plus simple permettant d’économiser 200m de dénivelé : VOUS AVEZ BIEN LU, DAVID EST FATIGUE (normal avec une jambe en moins). Pour pas le laisser seul, les filles, Romain et moi on l’accompagne. A quand une reco Boichut de la Valmasque ?

Pierrot

On arrive au sommet (après 3 heures d’effort pour 12km), lieu du pique nique et de la sieste (car désormais y a sieste, vu que les autres pédalent encore). Nous déjeunons tous sous 15kg de mouches. J’en avais jamais vu autant. Pas possible de manger son taboulé sans en avaler 2 ou 3 : très bon pour les protéines. De plus, les autres (le groupe des forts qui a fait 200m de plus) ont la bonne idée de venir également avec leur mouches alors qu’on en avait déjà plein. Ces jolis insectes sont à l’origine de la phrase du jour : « mâcher les moules » qui est sortie de ma bouche à la place de « mal à une mouche ». Evidemment les âmes mal intentionnées en ont fait des tonnes (Ann se reconnaîtra). En anglais cette phrase peu se traduire par « chew the mussle ». Merci aux italiano phones, espagno phones et germano phones de nous aider pour d’autres traductions. Cette phrase (dans une langue différente chaque fois) sera le mot de passe pour les participants de la ROUBIONNAISE qui voudront accéder au ravitaillement la semaine prochaine.

Susie Autres particularité de ce déjeuner : nous nous apercevons que Ann a deux langues et qu’elle est belliqueuse (va falloir gérer quand la blonde va revenir : je propose la bâte de baseball ou un agrafages de la bouche). On a beau essayé de lui faire manger ses vieilles madeleines pour l’étouffer, elle parle toujours. Même les coucous du coin se sont tus.

Le matin c’était montée, l’après midi c’est PLAISIR de la descente. Nous avons commencé par un enchainement d’épingles de la mort pendant lequel plusieurs (dont les noms sont tus mais dont la bravoure est reconnue par tous) ont fait pizza. Le bonheur était tel que je me suis laissé allé à chanter quelques couplets du dernier C WILLEM : double je (je sais, ça change de Sardou).

Nous avons poursuivi par un second single tout aussi épinglesque © mais plus couillu.

Enfin dernier moment de jouissance, une grande traversée très rapide car très propre. Evidemment, les allures des différents groupes étaient très différentes mais tout le monde s’est fait plaisir.

Nous sommes arrivés à Marie pile poil au moment où la pluie débutait : c’est pour cela que JJ avait raison sur le départ à 8 heure (grâce à cela, il gagne 2 points sur sa note finale).

Ann

Bilan :

  • JJ a 14/20 (la dernière fois à Annot, il avait eu 11 à cause du déjeuner à 14 heure et de la boue à la fin)
  • Ann parle trop. Je me suis renseigné pour les stages en Afghanistan, y a de la place, elle part en juillet.
  • Y a pas de bar à Marie
  • Très très bonne journée

Merci JJ pour l’organisation mais tu perds des points car c’est navétisable (+ 2 points) NDjj : Certes mais navetter c’est tricher

Merci JJ, Pierre et Susie pour les photos

NB : les boulets vont revenir car nous progressons et prenons de plus en plus de plaisir

Mes photos sont ici