A la recherche de la trace perdue !

A la recherche...

Texte écrit par notre GO elle-même

Nous partîmes quatre par une belle et chaude journée de printemps, et, chance inouïe, veine inespérée, vendredi 13, ou plutôt miracle de la technologie venue tout droit de l’espace, c’est avec ses 3 brebis que la bergère aidée dans cette lourde tâche par son ami tomtom, rentrera à l’étable avant la nuit tombée et surtout l’arrivée des loups.

-Au rang des gentils membres de l’ascvtt soucieux de ne pas laisser une pov Charlotte se faire dévorer par les loups, j’ai nommé… personne… ça fait plaisir!

-Au rang de mes copines, les indéfectibles, indéboulonnables, solidaires et toujours prêtes elles ! Doris et Sergent-chef qui n’avaient pas plus confiance en moi que les autres mais qui par amitié ont accepté de me suivre dans cette chronique d’une galère annoncée.

-Au rang des esstrangers (ceux qui piquent le pain des français… pour le manger avec du camembert en plus !) à qui quelques nuances de la langue de Molière échappent encore, et notamment que rando de filles ça voulait dire, réservée aux filles, l’Homme ou plutôt devrais-je dire l’Intrus du jour : Brian. Depuis d’ailleurs je crois qu’il a également compris que belliqueuse ça voulait surtout pas dire adorable (isn’t it Brian??)


JJ m’avait conseillé la version tite navette entre Gourdon et Bramafan, histoire de s’enlever qques centaines de mètres besogneux de positif sur le goudron. Mais que nenni, mon équipage se soulève (une mutinerie déjà?), ils veulent rouler… mais… mais… c’est qui le chef ici? Même pas sorti les bicyclettes du coffre de la voiture, que mon statut souverain est déjà remis en question. Ca commence bien! J’ai vite repris les rênes en menaçant d’éteindre tomtom et là miracle, exit les soulèvements et autres mouvements sociaux! Ils me mangeaient tous dans la main… j’en faisais ce que je voulais. Je leur disais à droite, z’allaient tous à droite c’était aussi simple que ça!! Moralité le pouvoir tient à bien peu de choses parfois…un gps! gps


Littéralement déposés par deux ou trois vélos de route (pas bon pour le moral), enfumés par des flots de voitures (pas bon pour les poumons, pour les oreilles, et les nerfs), on avale gentiment, fingers in the nose (si si c’est vrai et pis d’abord c’est moi qui raconte alors je dis ce que je veux!) ces 800 mètres de positif, très bon pour le cardio training, mais à réitérer à 6h du mat la prochaine fois, histoire d’éviter les adeptes de la promenade dominicale motorisée.


On conclut donc cette petite promenade de santé ridicule de facilité, fraîches comme des fleurs cueillies au petit matin dans un champ de rosée, et là, zut flûte sacreubleuesalée on doit quitter la route… fini le « confort » de la départementale qui nous mène toujours droit devant, à partir de maintenant ça va devenir possible de se perdre…


J’avoue, ça cafouillera un petit peu, bon d’accord beaucoup parfois, la faute à Brian même pas fichu de retrouver le chemin de la rando faite une semaine plus tôt et dire qu’on avait misé tant d’espoirs sur lui J, ça escaladera aussi histoire de rattraper une trace volage qui n’arrêtait pas d’essayer de sortir du petit écran de mon tomtom, mais bon perdus non, on ne se sera pas perdus!


Arrivés sur le plateau, nos estomacs crient famine et of course (c’est histoire que Brian comprenne 2 ou 3 mots!!) c’est ce moment-là que l’orage choisit pour éclater. Heureusement Charlotte (= super bonne organisatrice) avait tout prévu et j’avais demandé à ce que l’on dépose en hélico une remorque de 33 tonnes histoire que l’on puisse manger à l’abri. Enfin tout prévu sauf peut-être mon coupe-vent. Avec toutes ces cartes ign, ces piles de secours pour tomtom, le sac de couchage, les lampes frontales, le répulsif à loups etc etc plus du tout de place dans le sac à dos. Me voilà face à un cruel dilemme… coupe-vent ou repas ? Frissons ou hypoglycémie ? Mais l’appel du ventre et le chaud soleil finiront par me convaincre. Et voilà comment on en arrive à se retrouver affublée d’un sac de congélation (même pas à ma taille en plus), à manger sous une remorque de 33 tonnes, le visage fouetté par la pluie qui avec le vent du grain, tombait à l’horizontal et s’invitait sous notre abri de fortune.


coupe ventFini de manger, et hop la pluie s’arrête (toujours la charlotte’s organisation) On attaque la descente, enfin avant de l’attaquer on la cherche un peu faut dire. Et puis grâce aux indications de JJ et de ce cher tomtom, on met enfin la roue dessus et on ne la quittera plus. Qques centaines de mètres gagnés en direction de la mer, la pluie cesse, ouf, sauvés… non que cela nous dérange de glisser euh rouler sur des pierres mouillées (noooon nous on ne s’appelle pas ….enfin vous voyez de qui je veux parler;-)), mais c’est surtout que je n’avais pas de manche à mon sac de congélation!!! On retrouve rapidement le soleil qui n’avait jamais quitté le littoral et en même temps que les rayons du soleil, on retrouve la chaleur, le GR, les cailloux, les petites épingles bien sympathiques, bref un bonheur intégral à savourer sans modération. La toute fin du parcours n’a pas dû changer depuis le passage des deux randos faites par le club, toujours un rien chaotique quand même, avec toutes ces pierres qui roulent et se dérobent sous nos roues difficile de trouver le rythme et de bien placer son vélo dans les épingles, mais cette partie a un avantage, celui de ne pas s’éterniser.


Petite promenade de santé en longeant le canal (JJ, Pierrot, c’est vous qui avez enlevé des dalles sur le canal? C’est franchement pas drôle!!) et dernier mur de la mort avant l’arrivée aux voitures, déjà… Suzette dépitée de voir se terminer une rando si sympa et surtout siiiii bien organisée, refuse d’en finir et décide d’ouvrir une nouvelle voie (oui en vtt on parle de trace mais quand il s’agit d’escalade on parle bien de voie!!). Heureusement pas de bobo, mais un vélo à aller chercher 10 mètres plus bas. Mais bon panisouci, nous les filles on assure 😉

Moralité de cette très bonne journée, les hommes aux fourneaux, les femmes sur les vélos!

vue sur bramafan

PS : pour les puristes amateurs de chiffres, de n° de balises, de points cardinaux et qui en ont assez d’entendre parler chiffons, je vous renvoie sur les CR de JJ ou de Gilou

Sinon les nôtres sont ici

5 pensées sur “A la recherche de la trace perdue !

  • 23 avril 2007 à 14 h 57 min
    Permalink

    Charlotte, nouvelle égérie de la collection printemps-été du rayon Carrefour surgelés : "Parce que je me les gèle bien" 🙂

    Lachez 3 filles à VTT équipées de 2 cartes IGN, d’un topo détaillé, un GPS avec la trace, et même d’un gars qui a fait le même parcours une semaine plus tôt, mélangez, et dégustez le résultat ! Trop bon 😉

  • 23 avril 2007 à 15 h 33 min
    Permalink

    Trop bon ! N’empeche le sac, c’est le meilleur kway du monde, faut juste prevoir un 100L 😛

  • 24 avril 2007 à 10 h 40 min
    Permalink

    Bravo les filles.
    Il a bien fait de venir Brian; Il prend cher le pauvre…
    C’est quand la prochaine ?
    Vous acceptez les sacs Leclerc!!!

  • 24 avril 2007 à 10 h 58 min
    Permalink

    >>>Vous acceptez les sacs Leclerc!!!

    Pas assez cher pour not’ GO mon ami ! 😉

  • 17 mai 2007 à 14 h 49 min
    Permalink

    mort de rire … j’ai vraiment passé un bon moment à te lire … hihi !! … ça devait ne pas être triste cette rando … !!!
    A bientôt à la freeraid !

Commentaires fermés.