Heure d’été – Jour d’hiver

Cipiere

Après le désistement de Pierre et Gilou, je reprends (tardivement) leur idée de rando autour de Cipières. Et c’est à quatre que nous ferons cette belle ballade.

Et c’est un bon score en cette période d’hibernation prolongée à l’ASC. J’ai un peu triché en sollicitant aussi mes amis montagnards, mais un seul répondra présent: Bernard, qui à rangé ses peaux de phoques à cause du manque de neige.

Sont rattrapés in-extrémis à Bramafan 2 sympathisants (membres ?) de l’ASCCTT: Jack et Patrice venus respectivement de Nice et du Cannet en Vélo. (Ben oui 25 bornes et + 850 m ça vaut pas le coup de sortir le vélo, fallait bien un bonus).

Pour Bernard et moi c’est à Gourdon que ça commence sur le goudron, Rejoints par Jack (le vrai) et Patrice en direction du plateau de Caussols.

C’est ici que la magie commence: en effet du col de l’ècre au CERGA une fine couche de neige fraiche rend le paysage somptueux.

Cipiere

La ligne de crète qui précède l’observatoire est très sympa à rouler (et moi qui l’avait plutot imaginée en version champ de mines). La neige moelleuse adoucit ce paysage de caillasses.

Cipiere

Suit la descente classique sur Cipières par le GR4, toujours aussi belle.

Pause à la fontaine de Cipières; les nuages sont menacants mais vont rester sages.

Viens le final plus roulant et aussi plus technique vers Bramafan.

Jack rentre à Nice en Vélo, pour un petit 100 km au compteur en fin de journée (un amusement par rapport à sa Big green de la semaine précédente en tout velo depuis Nice, mais ça il vous le racontera à la prochaine sorie).

Un peu fatigué Patrice est remonté par nos soins à Gourdon, mais finira à vélo.

Et nous alors !!! nous avions nos voitures alors nous sommes rentrés avec.

Mes photos sont ici Celles de Jack et Bernard sont ici

Cipiere

Une pensée sur “Heure d’été – Jour d’hiver

  • 29 mars 2007 à 12 h 25 min
    Permalink

    Bravo pour toutes ces photos. Je sais qu’il est difficile de faire à la fois un reportage photos et la rando dans de bonnes conditions. Il faut toujours être devant, derrière, ne pas hésiter à demander aux autres d’attendre, de revenir, de recommencer etc… mais quel plaisir et quel apprentissage de se voir en pleine concentration dans une zone technique. Je fais la même chose avec mon frère Jack quand je viens le voir. D’ailleurs, il a aussi attrapé le virus. Vivement cet été. Joël.

Commentaires fermés.