Roc d’Azur à l’Irlandaise

Un ptit Roc en Décembre raffermit les membres, 35km, +750m, avec Vincent, BigB (Marc), Brian et mes cotes.

Sortie de récupération post fracture, post vacances, post biture de la veille, nous avions tous une bonne raison de profiter d’un parcours paisible sous une météo de rêve.

Première température hivernale, ‘met ta cagoule’ m’avait suggéré mon fournisseur officiel de clafouti, mais à part Vincent qui eu la bonne idée de protéger son épilation intégrale, nos poils frisent sur la plage de fréjus.

Le Roc est un vrai parcours de XC (dejà vu pour moi ici et ailleurs), pour 2 des compères, c’est une nouveauté. Un parcours sans réel intêret technique, beaucoup de pistes, succession de colines casse pattes (et pas pâtes), et panorama de bord de mer

Reste qu’en plus des alertes météos et des pluies diluviennes de la veille, le parcours a offert quelques surprises. Les locaux ont cachés les pistes a grand renfort d’arbres et de branches, et sur ces pistes on joue à « Pieds dans l’eau » ou comment essayer de traverser une flaque dont la profondeur peut varier d’une hauteur de crampon à celle d’un genou

Le soleil rasant de l’hiver chauffe doucement le parcours, dans une température idéale, sous les chênes encore calcinés (dixit le short de BigB). Une vraie rando à la cool sans lapin accélerateur de rythme. Coté gués (et pas gay) c’est le fête à Brian, la trace au fond des vallons est une rivière profonde et après avoir tenté une traversée à vélo qui mouillera un pied puis un vol de goeland (très réussi) qui laissera l’autre pied dans l’eau, la dernière tentative lui mettra les fesses dans l’eau

Lorsque « J’ai faim » retenti, nous choisissons le meilleur endroit pour sortir les victuailles, enfin le meilleur à 200m du dernier cri et des entrailles gargouillantes
Les Irlandais sont faibles pour traverser les rivières mais fort en tradition française, et Brian sort la bouteille de rouge (en oubliant fromage et saucisson dans la voiture )

Les journées sont courtes, retour aux pédales ; après 27 « bonjour » hurlés (les vieux qui marchent en farandole ne nous entendent pas facilement), nous arrivons sur le balcon vue mer. L’interet du ROC est là, du soleil, du ciel bleu et la mer

Dans la série Fête à Brian surgit le « j’ai des crampes », le rouge devait être un peu acide, qu’importe on remplace les dernieres cotes par un superbe chemin des douaniers avant de traverser la plage.
Pour cloturer une magnifique journée, café chaud, tisane et clafouti sur la plage à contempler la faune humaine et animale : un couple enfin un homme qui joue au cerf volant assisté de sa femme admirative (et pensant « bon tu gonfles avec ton cerf volant : on rentre »),et 2 chihuahuas agressant un terre-neuve (les ptits chiens sont belliqueux, mais heureuseument le terre-neuve ne fait rien sans chaterton)… Photo et phrase manquante chez Gilou

3 pensées sur “Roc d’Azur à l’Irlandaise

  • 16 décembre 2006 à 19 h 23 min
    Permalink

    Ouf, j’ai retrouvé le mot manquant dans les photos! Faut dire qu’il était pas évident à placer celui-là 🙂 Par contre j’ai pas pigé terre-neuve et chaterton…

    C’était le "private game" débile du week-end…

    Mais au moins Gilou, il fait des c-r, lui 😉

  • 16 décembre 2006 à 19 h 53 min
    Permalink

    … rapport à l’explosion Pierrot 😉

  • 17 décembre 2006 à 14 h 21 min
    Permalink

    Super les photos.Pfiouuu, 35 bornes, joraipapu ce jour là :-/

Commentaires fermés.