Où sont les filles ?

L'Escarène-Coaraze

L’Escarène / Coaraze / le trou…
Participants : Lolotte (sergent chef ou ping pong : voir plus bas), David Boichut (l’éclaireur), Pierre (sans Susie), Roger (sans son taxi), Thierry (sans peur) et Vincent (sans technique). Distance : 23km. Dénivelé : 1000 mètres. Durée : plus de 3 heures. Temps : presque beau (surtout avec mes lunettes jaunes). Vitesse du vent : on s’en fout.

L'Escarène-Coaraze

Balade déjà reconnue par David une semaine plus tôt, David qui a désormais son nouveau VTT : un Turner tout blanc (je m’inquiète car il m’a dit l’avoir pris en photo sur son canapé ! J’ai acheté un nouveau frigo : je dois faire pareil ? Et comment on fait pour les nouvelles voitures ?).

L'Escarène-Coaraze

Ca commence par une belle côte que mes camarades du jour veulent absolument gravir à fond. Au bout d’un quart d’heure, j’hésite entre vomir mes Spécial K ou redescendre à ma voiture. Finalement après 12 litres de sueur (uniquement pour moi) nous arrivons au sommet : ça sent le bouët (pour les non bretons, c’est le poisson pourri que l’on met dans les casiers de pêche pour attraper les langoustes ou les araignées de mer). Normal, David a roulé, avec son vélo tout neuf, dans une bouse de chien.

L'Escarène-Coaraze

A partir de ce moment là, je laisse un peu de distance entre lui et moi dans la descente (rien à voir avec un manque de technique de ma part comme je le laisse entendre).

L'Escarène-Coaraze

L'Escarène-Coaraze

Plaques de rocher de toute beauté (un peu trop penchées à mon gout) et singles de folie sous les feuillages mordorés s’enchaînent pour notre plus grand bonheur.

L'Escarène-Coaraze

L'Escarène-Coaraze

En bas, nouvelle option courageuse qui consiste à monter jusqu’à Coaraze afin de redescendre par un chemin (en partie sur les fesses pour Lolotte et moi) qui serpentent dans les marnes (rien à voir avec le département).

L'Escarène-Coaraze

L'Escarène-Coaraze

Et puis vient le drame. Tandis que nous attaquons le single nous ramenant au portage de retour, nous entendons un bref cri de Lolotte qui disparait 5 mètres plus bas dans les rochers et les branchages, sans son vélo, et en ayant utilisé son corps comme luge. Analyse de l’accident : Pierre est devant madame qui vient de se sauter un petit rocher, pour ralentir elle pose le pied : erreur, y a pas de sol à cet endroit, donc gamelle et cascade. Nous avons eu très peur pour elle car il y avait de la hauteur et des rochers pas sympas. Après un petit quart d’heure de récupération, elle remonte et nous découvrons que son doigt est gros comme une balle de ping pong (d’où son nouveau surnom). Nous décidons de faire 2 groupes de 3 : les plus forts retournent aux voitures (je n’y vais pas à cause de l’odeur de boët (cf définition plus haut) du vélo de David et non parce que je suis mort), tandis que la blessée + son époux + moi allons les attendre, et pour ma part, manger un taboulé de fort bonne facture. Résultat des courses dans les heures à venir après un passage de Mme aux urgences (j’ai parié 10 € sur une fracture).

L'Escarène-Coaraze

Conclusion : y’a bientôt plus de filles au club, elles s’auto-éliminent… Ca vaut rien les filles.

Pour finir sur une note romantique, je citerai Lolotte s’adressant à monsieur : « je t’ai préparé ta crème de marron amour ». C’est beau l’amour, hein Roger (on en reparle dans 3 semaines alors que Madame n’aura pas roulé et sera un peu agitée) ?

Vincent (photos : Bourriquet)

10 pensées sur “Où sont les filles ?

  • 12 novembre 2006 à 7 h 53 min
    Permalink

    Boudiou!!! Quelle rapidité pour ton CR!! Tu devrait faire pareil pour les montées…….et les descentes!!!(na!Bien fait!!!!)Cela dit il résume a merveille notre belle sortie.Je vous remercie tous pour votre patience et votre gentillesse et ce n’est que partie remise mais dans 6 semaines (pas moins!)ça te laisse du temps pour fair qlqs ateliers techniques,hein! Vinfine…

  • 12 novembre 2006 à 11 h 45 min
    Permalink

    Arf! Agitée dans 6 semaines lolotte!!!!? Elle n’etait même pas encore platrée qu’elle parlait déja d’aller faire du jogging, voire du vélo de route (ben voyons).
    Le soir même elle faisait des bonds partout dans sa cuisine!
    Je donne 48 heures avant que le sergent chef ne réapparaisse,et dans 6 semaines j’aurais surement déja pris un coup de platre et la crème de marron dans la figure.
    Sans compter que je vais encore devoir faire le taxi gratos……
    Bref! Je te remercie Vincent pour ton aide (et ton cr) mais aussi merci à David pour la super balade, à Pierre pour la photo,à Thierry pour etre revenu chercher la blessée et a Lolotte pour le spectacle.

    A+

    Roger

  • 12 novembre 2006 à 19 h 52 min
    Permalink

    Bravo Vinphine pour ton CR, il est plein de fraîcheur… ‘fin sauf l’odeur du euuuuh de boêt, et ta conclusion sur les filles :-C

    Quant à Lolotte, j’espère que ton bobo t’embête pas trop… c’est looonnnng 6 semaines :-/

  • 12 novembre 2006 à 20 h 44 min
    Permalink

    Mon internet est comme mon surnom,…. en 56 k car l’ADLS ne monte plus les 3 étages chez moi.
    Donc 5 petites minutes pour jouir de ce superbe CR illustré.
    Moi je bossais comme un con d’indépendant ce week end et je serais bien allé me faire des glissades aussi sur les marnes de la descente de Coaraze.
    Partie remise en espérant que le temps nous laissera encore quelques bons moments.
    Je n’oublierai pas l’essentiel: LOLOTTE REMET TOI VITE

    Marc

  • 12 novembre 2006 à 22 h 00 min
    Permalink

    A ce Vincent, il avait promis de parler de la crème de marron dans le CR et il l’a fait le bougre…
    Une lolotte qui nous a fait une grande frayeur pendant quelques minutes. Tu t’en sorts pas trop mal t’as fait du judo pour appredre à tomber ou quoi!!!!!

  • 12 novembre 2006 à 22 h 22 min
    Permalink

    J’ai eu le temps d’assister au plongeon. Je crois avoir détecté 3 tonneaux complets, avec heureusement pas mal de végétation. C’est typiquement de la baisse de concentration associée à la fatigue, avec déjà +800m dans les jambes et un vélo plutôt lourd (Bullit), dans un passage à l’apparence faussement facile et finalement assez exposé…

  • 13 novembre 2006 à 12 h 46 min
    Permalink

    Moralité : qui roule dans le bouët évite la bouate
    Courage Laurence

  • 13 novembre 2006 à 13 h 46 min
    Permalink

    Effectivement la chute semble assez impressionnante…
    A ne pas rééditer, car j’avais deja vu un bullit
    dans un trou a Turini mais sans son passager
    ca faisait deja froid dans le dos.
    ET comme on dit chez nous
    quand ca aurait pu etre plus grave :
    "le Bullit va bien" ?

    Courage Lolote et baisse la selle la prochaine fois 😉
    Gato

  • 15 novembre 2006 à 0 h 05 min
    Permalink

    Delphine, avec un prénom pareil si j’étais toi je ferais profil bas…
    La prochaine sur la liste ça pourrait bien être toi !!
    Tu aimes quoi comme fleurs ? C’est pour savoir ce que l’on pourra t’apporter avec Lolotte, très, très bientôt !!!!

  • 17 novembre 2006 à 18 h 35 min
    Permalink

    MON PRENOM c’est Vincent… Qui se cache derrière ce pseudo???

Commentaires fermés.