Col de Vence Plan des Noves par le chemin de la Mine

Marmotte au fond de la mine

Rando ASCvtt de la demi-journée (15 km, +660m) avec Laurence alias Lolo, Banana smilie, Marmotte, Djé, Gilou, Ange, Rémy, Marc la Ramasse, Visage pâle et Pierrot alias Bourriquet.

Décidément, j’aime bien l’hiver dans cette région. Quand l’anticyclone prend ses quartiers sur la promenade des Anglais, le proche arrière-pays sous la limite de la neige, vers 1300 ou 1400m en versant nord, nous offre calme, air pur, et lumière incomparable. Et pour peu que le vent soit faible, il fait presque chaud. Il suffit alors de proposer une rando de la demi-journée, pas trop loin de la maison, avec un rare cocktail de très jolis passages dans une courte boucle pour que les connaisseurs se pressent.

Nous étions donc dix, dont une Marmotte qui a préféré s’épargner les 400m du reste de montée vers le col de Vence (c’est quand même la saison de l’hibernation), et le couple Lolo-Djay, qui testaient “l’ASCvtt’s touch” pour les changer de leurs sorties habituellement typées “triathlètes”. Chouette, encore une fille ! Mais les ramasses du jour, à peine sortis de leurs convalescences respectives, en seront pour leur frais : celle-là est un peu hors normes, et préfère nettement les avants-postes !

Jardin de PierresUne montée bitume comme on aimerait en voir plus souvent, avec son panorama à tous les étages. Après un petit détour pour admirer les oeuvres du Jardin de Pierres derrière le col, on redescend légèrement la route pour retrouver l’entrée du chemin de la Mine, au lieu-dit la Garussière. Là, je m’attendais évidemment à la neige sur ce versant nord ombragé, mais n’avais pas prévu le redoux passé qui a transformé le début du sentier en une patinoire délicate à négocier (les bleus de Susie vous le diront !). Mais ça ne dure pas et le reste de la descente nous offre à nouveau son régal de piste typée “bobsleigh” avec enfilades rapides et relevés naturels. Passé le wagonnet du fond de la mine, on franchit la Cagne pour jouer sur le drôle de sentier rive gauche avec son habituel passage banquise, puis on retrouve le soleil sur une courte montée sur piste pour rejoindre le GR51 qui redescend en quatre épingles rapides vers la Cagne et sa passerelle de plus en plus vermoulue, presque plus dangereuse à pied qu’à vélo (n’est-ce pas Susie !). Le portage en voie Romaine défoncée est vite avalé pour retrouver le Plan des Noves et sa piste ludique, avant la descente finale vers Coste Bérade par un sentier technique et parfait pour tester la qualité de ses suspensions.

13h30. C’est le temps et le moment d’un sandwich/bière au soleil sur la plage avant de rentrer pour une après-midi libre.

descente vers Coste Bérade

Toutes les photos du jour sur SophiaOutdoor

Et la version Nomad clafoutis