Miniraid Annot – Pégomas

Annot Pégomas

Miniraid de l’AS Cagnes VTT les 4 et 5 Juin 2005 avec Patrick, Fred, Jean-Jacques, Frédo, Fabien et David. Reporté une première fois pour cause d’orages, ce parcours reliant l’arrière pays à la côte via le train des Pignes nous a réservé, malgré l’absence de reco, de belles surprises…

Mytosil Extreme Ride – Part I – Samedi 4 Juin Annot-St Auban 35 km, 1500m+

Annot, 8h32, le train des Pignes entre en gare. Mes corn flakes et mon chocolat au lait ont été copieusement secoués dans mon bide pendant le trajet. Faut dire que cet ancêtre du rail n’est ni un modèle de confort, ni de rapidité (un bon 65km/h en pointe tout de même). Mais il apporte un cachet indéniable au prologue de ce raid. Du coup, l’air frisquet qui nous enveloppe sur le quai, en sortant les vélos de la remorque, fait du bien à la troupe et finit de nous réveiller complètement.

Fabien en profite pour changer son pneu avant qui souffre d’une vilaine hernie. Le pneu de rechange emmené par David est donc mis en place. Plus de joker pneu. On s’en fout, on est des raiders, des durs, des tatoués…

Histoire de ne pas se blesser trop vite, on décide de se poser paisiblement à une terrasse de bistrot. A grand coup de café, croissants ou de fougasses monstrueuses, chacun prend quelques forces supplémentaires avant l’entame de ce week-end qualifié de positif. Glups ! 10h. On est « ready to deploy » comme on dit par chez moi ! Nos vélos s’ébrouent gaiement sur la route puis sur un chemin qui longe la Vaire d’ou l’on contemple les blocs rocheux gigantesques décrochés de la montagne.Au bout de 2-3 km, la première grosse difficulté se présente à nous, enfin surtout à moi. Un portage bien velu qui fait suer le café tout juste avalé et respirer un peu plus amplement. Fabien, Fredo et Pistoll s’arrachent sur les pédales alors que je suis déjà à pied pour pousser le vélo, précédé par David. J’vous l’dis comme j’le pense : sont pas humains ces gars-là…

Au sommet du portage, un single à flanc de montagne, entrecoupé de pierrers et de passages parfois gazeux, nous emmène jusqu’à la N202. De là, nous empruntons une grande piste que nous quittons au profit d’un joli sentier embaumé de genêts. Quelques ruines et un tout petit cimetière témoignent d’une activité pastorale ou agricole passée. Pistoll en profite pour nous mettre en garde contre le danger de s’arrêter sous un noyer lorsque l’on a transpiré …Faudra lui demander qu’il vous explique 😉

Vu que nous ne sommes pas là que pour pédaler, un deuxième portage costaud mais plus court que le précèdent, nous emmène jusqu’à une très belle bâtisse religieuse (Chapelle St Jean du Désert) Pause près des tilleuls qui ombragent la façade sud de la bâtisse, barres de céréales, remplissage des poches d’eau puis on repart pour un nouveau portage jusqu’à la chapelle avant une longue descente (qui secoue son homme) sur Ubraye.

C’est avec plaisir que l’on s’arrête près de la fontaine du village pour casser la croûte. La superbe charpente du lavoir se propose de nous abriter du soleil. Les autochtones en profitent pour nous expliquer les rudiments de l’atomisation de vipère à coups de pelle. Sympa. La digestion se fait sur la route qui mène jusqu’au village de Touyet. Après la traversée d’un plateau, on plonge sur le charmant village de La Sagne qui accueille, ce jour-là, un mariage. On passe devant l’église, au milieu des mariés, des familles et des invités. Pistoll manque de se claquer la rétine à plusieurs reprises. Vraiment charmant ce village…. 😉

La descente de La Sagne sur l’Esteron est tout simplement le morceau de choix de cette journée. Sur un sentier très propre, on enquille virages, bosses, passerelles en bois, le tout arrosé d’un soupçon de glisse. Bref, les portages du matin sont oubliés tellement le plaisir est réel dans cette partie du parcours. D’ailleurs les sourires au bas de cette descente en disent long….Yarglaaaaaa…… La départementale qui longe la clue nous emmène tranquillement vers St Auban. Histoire de boucler la boucle, on se pose (lourdement cette fois-ci) à la terrasse d’un bar pour s’envoyer un bon demi bien frais. Pu…ain qu’elle fait du bien cette binouse…

Puis nous rejoignons le gîte. Après un repas copieux, l’élixir de vie de David aura raison de mes dernières forces. Pas de couple d’italiens dans le gîte, la nuit s’annonce donc calme et réparatrice. Annot Pégomas Mytosil Extreme Ride – Part II – Dimanche 5 Juin St Auban – Pégomas 60 km, 1300m+,

Réveil vers 8h, c’est grass’mat aujourd’hui…(hier levé 4h30 !), en fin préparateur, Fredo s’enduit discrètement le c…uissard d’un mystérieux produit… Jean-Jacques nous rejoint et nous démarrons tranquillement cette journée vers 9h par un bout de piste et une courte section de goudron avant d’enquiller la montée du col St Pierre. La piste est plutôt roulante au début puis se termine par quelques raidillons parsemés de caillasse. La température monte déjà bien en ce début Juin, la journée promet d’être chaude. Une pause au col nous permet de souffler un peu tout en nous recueillant devant une espèce de pierre tombale récemment celée : tombe d’un valeureux chien de chasse, pierre à sacrifices, zone de trial, chacun y va de sa supposition…allez ça repart.

La descente sur Valderoure par le GR, plutôt rapide, comporte son lot de caillasses roulantes et réserve quelques passages qui secouent bien entre les pins…tout le monde est bien réveillé maintenant…On traverse la plaine de la Lane et gagnons rapidement le col Bas où Pistoll faillit nous abandonner en voulant rejoindre un groupe de charmantes routeuses…Un fois raisonné, il convient que son Lapierre n’est pas très adapté…et que non il ne faut pas… 😉

On oublie vite l’incident en descendant à fond sur Caille où chacun salue brièvement un randonneur visiblement peu gêné d’être assis sur le trône à 50cm du sentier… 😉 Pause remplissage des camel à la fontaine de Caille, un totem sculpté est planté là…encore une fois mystère…On traverse la plaine et après un petit moment de jardinage, nous rattrapons le GR 510, qui emprunte ici la route Napoléon historique. Et en effet, c’est historique…ça monte pas fort mais tout droit dans les cailloux fixes et cela s’avère quasi impraticable en semi-rigide, je suis largué…Heureusement la suite en single rapide dans un paysage bien ouvert permet de récupérer d’autant plus que l’on attend quelqu’un…notre président que l’on voit de loin marcher à côté du vélo…et ça c’est plutôt rare : ça vaut bien une photo… 😉

Nous coupons la RN85 pour suivre un sentier agréable malgré les ronces et on se retrouve au sommet d’un genre de carrière à graviers, la pente est disons…pentue, faut y aller c’est tout dré…J’ouvre le passage bien en vrac suivi de Pistoll qui enquille franchement et passe très proprement…On traverse Escragnolles en regrettant un peu la terrasse de cette auberge qui s’avère être fermée et on se dit qu’on fera la pause au bord de la Siagne.

Après le passage historique de la route Napoléon, la descente vers les gorges de la Siagne se révèle être un monument de tabassage à vélo : ce jour-là je signait pour un TS des deux mains… 😉 Bon c’est vrai que sans faire de reco, faut s’y attendre…mais bon ce fut vite oublié une fois sortis les gros sandwichs préparés par le gîte ce matin.

Comme on a fait 30 bornes ce matin, ça veut dire qu’il en reste autant cet après-midi…donc pas de sieste et l’on repart d’abord assez tranquillement en suivant le canal enterré presque plat puis courte descente dans la caillasse avant une tentative vite avortée de roulage sur la canalisation énorme…ça condense sur le tube et ça zippe…le dérailleur de Pistoll s’en souvient encore. Ensuite il faut remonter en face et ça veut dire portage en plein cagnard…pour retrouver le sentier presque plat mais où l’on crève presque chacun à tour de rôle.

Puis, en ce bel après-midi de printemps, je décide de découvrir, à l’insu de mon plein gré, un des pires syndromes du gars qui porte un cuissard : l’irritation du fondement… :-/ une sensation qui se révèle très rapidement insupportable. Et là, en sauveur, Fredo sort un tube jaune de son sac, un truc de routeux : le Mytosil…et me dis : essaies ça mon gars, c’est ce qu’il te faut ! Jeune père de famille et connaisseur du produit, Fred ajoute que d’après lui l’expression « en avoir plein le c…l » viendrait de l’usage de ce truc… 😉

Passage mémorable mais usant, mais j’apprécie de ne pas avoir à m’asseoir…, la sortie des gorges : le sentier n’est plus du tout plat, on affronte pendant près d’un kilomètre un genre de montagne russe constituée d’une succession de courtes descentes très raides suivies de portages : on a hâte d’en finir…pour se payer un verre à Ste Cézaire. On en profite alors pour se séparer, on s’en fout c’est le premier arrivé à la terrasse d’un café. Manque de bol, un festival de théâtre de rue barre de nombreux accès et on tourne comme des morts-de-soif avant de trouver l’issue salutaire.

Après des rations doublées, nous reprenons doucement notre route tout en appréciant de rouler sur un beau goudron bien lisse…finalement la route c’est pas mal… 😉 Un peu déconcentré, Jean-Jacques en profite pour se gameller mais s’en tire bien en nous faisant une démo de glissade sur le sac-à-dos…Puis comme on est maintenant en secteur civilisé, nous perdons le GR à plusieurs reprises, allant jusqu’à sortir le GPS pour se retrouver… Nous longeons un court instant le canal de la Siagne et après quelques kilomètres de route secondaire, de sentier et de piste, nous débouchons au dessus d’Auribeau, on voit la mer, la fin est proche.

Nous terminons la journée en suivant les bords de la Siagne par un single bucolique et une fois franchi le fameux passage de la passerelle emportée, nous atteignons enfin Pégomas et la terrasse d’un café, histoire de boucler la boucle.

Fred et David

Pour les photos c’est :

4 pensées sur “Miniraid Annot – Pégomas

  • 3 septembre 2005 à 20 h 07 min
    Permalink

    ouais, beau CR, sauf que ma femme me pose maintenant des questions un peu embarassantes …
    Ceci dit, la seule chose que l’on ne sait pas, c’est si le mitosyl est efficace 😉

  • 12 mars 2006 à 23 h 27 min
    Permalink

    bonsoir

    souhaitons faire un petit raid de 2 ou 3 jours votre ballade nous dit bien, vous etes au top je prends note,merci.
    bien cordialement.

  • 13 mars 2006 à 10 h 06 min
    Permalink

    Salut Cyril,

    On remet çà cette année sur 3 jours cette fois entre Thorame (au-dessus de St-André les Alpes) et Mandelieu.
    On fait çà le week-end du 1er mai, n’hesites pas à me contacter si ca t’intéresse ou si tu veux plus d’info sur le parcours de l’an dernier, on se fera un plaisir de te les donner.

    Fab.

  • 13 mars 2006 à 22 h 50 min
    Permalink

    bonsoir

    je te remercie de ta reponse , c’est sympa puis oui , je sais j’abuse res renseignements sur le parcours de l’an passé me branche bien.merci d’avance.
    ps: je ne peux pas me joindre a vous pour le Tuorame Mandelieu car je bosse mais merci de l’invit.
    a bientot

Commentaires fermés.