Respirez c’est la montagne !

Respirez cet air pur de la montagne et ayez conscience de cela ! Tel est l’adage prononcé par le sage croisé sur la crête de la lombarde alors que nous contemplions ce beau paysage, dar2, marc4 et moi même.

Respirer ou rouler ?

Après cette belle réflexion, notre sortie se poursuit par un petit mounta-cala, pendant lequel dar2 et marc4 se font complimenter par des touristes (anglais ?) leur disant qu’ils étaient “merveilleux” alors qu’ils poussaient leur monture à pied tandis que moi-même j’étais encore sur le vélo. Aucune reconnaissance de la part des touristes ! S’ensuit la descente vers le lac st Anne, une descente minérale qui, associée à la pensée spirituelle du jour, pourrait nous faire penser au Népal (belle imagination n’est-ce pas ?).

descente vers le monastère népalais de santa anna de vinadio
descente minérale on a dit

Lac de montagne idyllique, surplombant le sanctuaire de Santa Anna de Vinadio, puis remontée sur piste, avec petit challenge pour arriver premier au pas de Ste Anne.

De là, une très belle et longue descente montagnarde nous mènera jusqu’à la route d’Isola. Une petite pause méditation (et ravitaillement) devant la petite chapelle où nous prions pour pas avoir de pluie…

Un peu de route puis de piste pour arriver à la vilaine station fantôme d’isola 2000 où je refais de l’eau car ayant fait une petite cascade en montée, mon eau s’en est allée…

Nous entamons ensuite ce beau sentier des italiens (dommage qu’il s’appelle comme cela d’ailleurs) , pour nous mener tranquillement mais surement à la baisse de Merlier (2380m) , lieu de notre pique-nique spirituel…

le magnifique sentier des italiens
y a encore du ciel bleu tout va bien sauf a auron…
l’équipe du jour

Et à partir de là , c’est la cerise sur le gâteau, c’est du caviar, du foie gras, une orgie de sentier ! Un gros vide à droite du sentier au début, devient moins exposé dans la forêt, et les épingles en terre plus ou moins serrées restent un défi permanent. Marc4 excelle, dar2 se lâche et perd les pédales, moi je pose quelques pieds à terre dans des virages faciles. C’est pour cette raison d’ailleurs, que j’aurai l’honneur de faire le CR et offrir la tournée générale.

Donc une très grosse descente de 1500 mètres négatif d’une traite, géniale, exceptionnelle. Le final est rapide et joueur, un beau dessert avant d’arriver sur le village d’isola. Pendant que marc4 et dar2 remontent chercher la voiture restée en haut, je m’installe tranquillement au bar et regarde tomber la pluie. L’orage a gentiment attendu notre arrivée, pour se décider à quitter le secteur d’Auron ou il tournait en rond depuis une heure. Heureusement car la fin du sentier, rapide et joueur par temps sec, est semé de galets, et sous la pluie ça aurait été une autre partie…

Lorsque les deux reviennent, je suis toujours accoudé au bar mais accompagné de 3 blondes: ma bière, celle que j’ai offert (galanterie oblige) et une suissesse : partie de son beau pays en solo et en vélo pour rejoindre Marseille, elle avait franchit le col de la Bonette le matin même. Dormir où on veut, quand on veut, se laver dans la rivière, s’abriter sous les abris bus pendant les orages… Bref une belle leçon d’aventure, merci, et chapeau bas mademoiselle .

Bon, il est temps de rentrer maintenant sur ce beau littoral surpeuplé mais sec car ici l’orage s’est bien installé.

Après avoir arrosé Auron , c’est maintenant Isola qui touché