Au pays isolé de la Roudoule

Au pays isolé de la Roudoule, il y a les villages perchés de la Croix-sur-Roudoule et Auvare, puis, en montant sous le dôme de Barrot, au milieu des terres rouges, les hameaux fantômatiques de Haute et Basse Mihubi, et les vestiges de voie romaine, dans une ambiance de fin d’automne encore douce.

Sortie B&B en amoureux en ce dimanche de fin novembre.

Le village perché et isolé d’Auvare au pays de la Roudoule.

Sur fond de Mercantour, on basule dans les terres rouges

Comme à de nombreux endroits, le sentier séculaire s’efface dans les ravines.

Sous le dôme de Barrot, avec le col de Sui en vue sous la barre rouge.

Collet de la Vigude, plus que +130m de poussage-portage.

Entre Haute et Basse Mihubi.

L’étape toujours magique de Basse Mihubi.

Le vieux tilleul toujours prêt pour une petite recharge énergétique.

L’image classique du départ de Basse Mihubi (depuis mes débuts au club il y a 22 ans !)

Au col de Roua, avec la descente sur Amen et Guillaumes derrière Banana.

La célèbrissime portion flottante de voie Romaine.

La dernière très belle descente finale d’Amarines.

  • La trace
  • 28 km – +1250m
  • 6h50 avec 2h de pauses

2 pensées sur “Au pays isolé de la Roudoule

  • 22 novembre 2017 à 10 h 00 min
    Permalink

    Toujours aussi classe ce coin.

  • 22 novembre 2017 à 17 h 45 min
    Permalink

    ça roucoule dans la roudoudoule…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *