Annot et la Chambre du Roi

Deux stops covoiturages en ce samedi matin et en route vers Annot avec dans la voiture François, Christophe et moi-même.

Arrivés sur la jolie place du village on remonte les roues, on prépare les sac… Mon… sac… M*#%&e ! Je l’ai oublié dans la voiture ! Il va avoir une drôle de tête mon sandwich ce soir… Mais tout va bien, François et Christophe me proposent de porter de l’eau et un sandwich que j’achète “chez Paulette”. C’est super sympa, je ne vais pas passer la journée à faire des ronds sur le parking.

Première montée : Annot – Col d’Argenton – La Pinée

On démarre la montée par un bout de route en direction du Fugeret que l’on quitte sur la droite pour prendre la piste en direction d’Argenton. La montée sur la piste est très efficace, le dénivelé s’avale sans broncher et en plus elle a le bon goût d’être plutôt jolie.

Arrivés au col d’Argenton, on ne suit pas la pancarte indiquant la buvette (on reste fort), mais on continue quelques mètres pour suivre une piste qui fait un beau travers jusqu’à la Pinée. 1000 mètres de dénivelés en 2 heures, c’est vrai qu’elle est efficace cette montée !

Première descente : la Pinée – Méailles

On picore 2 ou 3 fraises sauvages et hop, c’est parti pour la première descente sur Méailles. Ce petit single est très (trop?) sauvage. On manque de perdre la trace plusieurs fois avant de la perdre pour de bon près d’une bâtisse en ruine. Un peu plus bas la trace fait un petit passage dans de la marne grise avant de glisser tranquillement vers Méailles.

En conclusion, belle descente si on aime l’aspect sauvage. Ceux qui préfèrent envoyer sur des traces plus évidentes resteront sur leur fin, surtout qu’aucun aspect technique ne rend cette descente vraiment intéressante.

C’est parti comme à Guillaume !
Il faut pas se tromper de goulet

Deuxième montée: Méaille – Col d’Argenton

Cette montée-là est un peu plus velue que la précédente, avec un passage du type challenge de la montée impossible environ tous les 300m. Racines, pierrier, blocs, épingles… Tout y est et en plus il est très bien entretenu. Sauf qu’on est en train de le monter ce sentier, pas de le descendre ! Christophe tient toujours un bon rythme que nous arrivons plus ou moins à suivre. En plus il a le bon goût de nous annoncer les difficultés techniques avec un “argh !” ou un “oh m**de !”. De mon côté je suis bien content d’arriver à le suivre, j’ai bien la pêche aujourd’hui et j’arrive à enchaîner les passages technico-physiques sans trop de soucis. Peut-être parce que je roule léger aujourd’hui ou bien parce que j’ai lâchement lesté Christophe et François, je ne sais pas trop !

On prend notre sandwich non loin du Collet Guiran avec une superbe vue sur un vallon qui domine Fugeret, c’est royal. Il nous reste encore quelques mètres avant de retrouver le col d’Argenton que l’on gagne après une courte descente par le Clôt Bernard. Là encore, cette descente n’est pas vraiment marquée et n’a que peu d’intérêt, on aurait presque pu continuer l’effort et persévérer sur le sentier jusqu’au col.

Deuxième descente (partie 1): Col d’Argenton – Chambre du Roi

Depuis le col d’Argenton, il reste une courte montée pour rejoindre la ligne de crêtes et à partir de là c’est du caviar jusqu’à la Chambre du Roi. Un single interminable, truffé de relances sur un profil bien descendant sans jamais être trop raide. On appréciera une transmission en mono plateau pour ne pas se retrouver à l’arrêt faute d’avoir anticipé l’attaque d’un des murs présents sur le parcours. Mais quelle descente et quel sentier qui se glisse par endroit entre deux falaises ! Un vrai régal pour les yeux et pour cette descente qui se fait quasiment intégralement sur le vélo.

Descente et relances dans les sous-bois
Vue sur Annot

Juste avant la Chambre du Roi le sentier longe la falaise, attention à ne pas trop regarder ce qui se passe à gauche. Le passage dans la chambre est magnifique, jugez-en par vous-même !

On reste bien sur le sentier
La Chambre du Roi

Deuxième descente (partie 2): Les Portettes – Annot

D’après les messages que l’on a lu sur VTTour, la descente n’est plus roulante à partir de là. Nous avons donc décidé de rebrousser chemin sur 100m de D+ et de reprendre la descente à partir des Portettes. Pour info, aux Portettes le sentier passe à gauche des rochers et pas dans le petit passage au milieu des rochers… Du coup, pas besoin de démonter la roue avant ni rien… Je dis ça…

Passage sympa dans la dernière descente

On reprend la descente vers Annot sur un sentier bien plus raide que ce que l’on a eu précédemment, avec quelques épingles et quelques marches plus sérieuses, mais presque tout passe sur le vélo en ce qui me concerne. Une petite section façon marteau piqueur sur la fin en faisant attentions aux marcheurs et on arrive au village. Et oui, n’oublions pas que l’on est sur la boucle de randonnée principale pour aller voir la Chambre du Roi.

Conclusion

Une randonnée qui fait finalement 1700 D+ et 40km avec des paysages magiques. Mais pour que cette rando soit vraiment exceptionnelle, il faudrait trouver une boucle qui passe en descendant sur le sentier entre le Col d’Argenton et Méailles, quitte à éviter le sentier trop peu tracé qui descend depuis la Pinée. La descente du Col d’Argenton à la Chambre du Roi est quant à elle un must !

Je remercie mes sherpas avec une mousse bien méritée au bar d’Annot. Personnellement j’avais une super forme pendant cette sortie. Soit je me suis bien entraîné, soit c’est le fait de rouler sans sac qui a fait la différence… Faudra que je confirme ça durant une prochaine sortie, ou pas !

1700 D+ et 40km, trace: VisuGPX

2 pensées sur “Annot et la Chambre du Roi

  • 27 juillet 2017 à 17 h 59 min
    Permalink

    -1 pour la descente sur médailles
    +++1 pour la descente monta cala interminable jusqu’a la chambre du roi
    Pour la montée entre médailles et le col d Argenton , faut être bien motivé
    La descente par les portettes est tres bien quoique un poil technique sur le bas
    Merci Alex pour ce joli CR tout a l image de cette sortie

  • 28 août 2017 à 13 h 55 min
    Permalink

    Je confirme que sans sac, on a la patate!

Commentaires fermés.