Prals & Marre

Quand on veut combiner sur une rando: de la haute montagne, des panoramas exceptionnels tout en parcourant de beaux sentiers et finir par un belle descente, il faut en général s’attendre à faire quelques efforts.

Plan de Prals

Ces efforts, on les a fait à 2 (Franco et moi) en ce Samedi matin. On a PPP de la route de la Madone de Fenestre jusqu’à la Cime de la Valette de Prals, soit 1100m de D+ à la louche dans un cadre absolument fabuleux et un ciel bleu azur rare qui nous ont fait passer la pilule plus facilement.

A deux, on a résussi a garder un bon rythme et sur les coups de 12h30, on a atteint la cime, où on a pu profiter d’une magnifique vue à 360 degré (seule la brume côtière a un peu gâché la fête). Le cul dans l’herbe, on a avalé nos sandwich face à la mer (on distinguait quand même le cap d’Antibes).

On a ensuite attaqué le long travers qui mène jusqu’à la Cime de la Palu. C’est étroit, parfois gazeux, il ne faut pas relâcher son attention mais c’est vraiment superbe. C’est là que coup sur coup, en même pas 30 minutes d’intervalle, on s’est fait attaquer chacun à notre tour par des cailloux qui ont sautés du chemin pour aller foutre le dérailleur dans les rayons. Heureusement, qu’on avait tous les deux des pattes de dérailleur dans le sac alors ça n’a pas eu de conséquence hormis le temps perdu a réparer. Des Gypaètes sont venus nous survoler pendant notre pause forcée et juste avant on avait fait fuir un bon gros chamois bien dodu quasiment prêt pour l’hiver.
Baisse de Prals
Une fois réparer, on continue toujours sur le même travers qui est vraiment long et pas tellement reposant mais tellement beau. On fini par arriver à la baisse précédent la Cime de la Palu qui signifie le départ du sentier qui mène aux 150 épingles du vallon de Marre. Comme dans mes souvenirs, les épingles du haut sont très serrées mais très propre et ça passe plutôt pas mal puis le terrain change petit à petit et les épingles sont de plus en plus sales avec parfois des marches, des cailloux mais surtout des racines et s’ajoute à ça, la fatigue (qui a dit que la couture n’était pas un sport) qui complique encore le tout. Heureusement que le terrain est parfaitement sec alors on s’en sort pas trop mal. Mais bon avec tout ça on est quand même bien content quand on en a fini avec cette descente.

Il reste ensuite plus qu’à rejoindre la rivière, traverser le pont et la voiture nous attend.

La rando en chiffre, à la louche:
21km
1500m de D+/-

Les photos de Franco.

La vidéo:

5 pensées sur “Prals & Marre

  • 23 septembre 2015 à 8 h 12 min
    Permalink

    excellent le 3e homme !!

  • 23 septembre 2015 à 8 h 14 min
    Permalink

    superbe montage et photos

  • 23 septembre 2015 à 9 h 13 min
    Permalink

    Ah oui! J’avoue!

  • 23 septembre 2015 à 9 h 21 min
    Permalink

    Excellent la fin !!!!

  • 28 septembre 2015 à 16 h 55 min
    Permalink

    + +
    et super video 🙂

Commentaires fermés.