Des patous en pagaille, des arbres en travers du chemin, des sentiers qui tabassent…welcome in the Var

Avant de rejoindre la seconde montée,  je traverse une propriété et me fait courser par 2 patous (les 2 autres étant dans un enclo à proximité). Deuxième montée en sous bois (40 min), alternance de portage/poussette/pédallage et de patous chassés à coup de gadins pour arriver à la Colle.

La descente sur le pont romain d’Escragnolles tape plus que la précédente et j’utilise quasi tout le débattement de la fourche ce qui est assez notable pour être souligné. Dés lors le but est de rejoindre la cascade de Clars mais cela nécessite de passer sur un sentier longeant un troupeau de moutons et ses 2 patous aux aguets. Finalement, ils ne me diront pas grand chose à l’inverse de 3 chiens de race inconnu qui essaieront de me croquer le mollet, la combinaison d’une solide défense au moyen du vélo et d’une attaque précise au moyen d’une tuile trouvée sur le sol me permet de m’en sortir sans problème et j’arrive même à m’enfuir avant que le proprio alerté par le bruit de casse de la tuile en question n’arrive.

Après une brève descente pour passer à gué le ruisseau alimenté par la cascade de Clars et je repars pour un long portage afin de remonté au plateau de la Colle. 12h20, il commence à faire faim mais je remonte sur le vélo pour rallier le sommet de Louquier par une piste/chemin bien bien raide.

Un petite pause au soleil avec vu plein sud de La baie de Cannes à celle de St Tropez et au Nord du Lachens à la montagne de Thiey et je repars pour une bonne descente en plein soleil au mileu des rocher puis en sous bois pleine de pif-paf su lit de feuille qui s’apparente plus à de la glisse.

Page 2 of 3 | Previous page | Next page