Estérel Hardcore 2011

En bon remix de l’édition 2010, nous avons gardé la même philosophie (un maximum de singles typés « montagne », en descente comme en montée), les mêmes participants (Sophie, Sylvain) auxquels se sont joints Fabien, Jj et Remi mais pas le même parcours.

Hélas, c’est là que le bat blesse : à vouloir faire plus roulant, j’en ai oublié qu’un bon portage est non seulement plus rapide mais aussi plus agréable.

Le timing largement sous-estimé nous a contraint à écourter une première boucle et de beaux sentiers : pas de Gabre de Gourin, de petite et grosse Vaches ni de Ravin des Lentisques. Et quand la pluie s’en mêle en début d’après-midi, nous pouvons aussi dire au revoir à la descente du Pic de l’Ours sur feu le lac de l’Ecureuil et au Ravin de la Couche de l’Ane !

Dans ces conditions, très peu de single sur la deuxième moitié de la journée et beaucoup trop de piste/route forestière. Pas étonnant qu’il y ait des déçus, moi le premier. Mea culpa …

Morceaux choisis :

Jj

Non, non, on y est encore…

Envoyé de mon Iphone V. (tout en pédalant)

Des pierres et des branches.
Des cailloux et des arbres.
Des pavés et des buissons.
Des blocs et des arbustes.
Des rochers et des genets.
De l’eau et un peu de pluie.
Des pierres et des arbres.
Des cailloux et des buissons.
Des pavés et des arbustes.
Des blocs et des genets.
Des rochers et des branches.
Des torrents et des rivières.

Pendant 60 bornes, ça fait long…
Je hais l’Estérel …


Enfin je m’en fous, on n’y retourne plus avant 2013

Rémi

Et bien moi j’ai bien aimé cette sortie. La première partie est vraiment bien tapotée, merci Sylvain. Beaucoup de sentier, du roulant en montee avec qq petits défis personnels pour passer « a zero », et la descente du mont vinaigre par le GR qui est vraiment sympa et en plus assez longue !
Bon c’est sur que la seconde partie n’etait pas extraordinaire. On n’a pas trouvé de solution acceptable pour faire la liaison vers le cap roux, et la meteo a fait des siennes ce qui ne nous a pas encouragé a monter au pic de l’ours. Cela dit j’ai trouvé l’ascension du cap roux (…) tres bien car roulable sur 2/3 environ. Et la descente de l’autre cote etait amusante sous la pluie avec ses « marchasses » hautes et glissantes 😉

Donc pour moi la premiere partie « pont sarrazin – col des 3 termes – (…) – Mt Vinaigre – GR jusqu’au pont de Barban » est a garder pour de futures sorties dans l’esterel (contrairement a JJ je compte bien y retourner…). Par contre apres il faut revenir sur Mandelieu, et je ne vois pas trop de moyen de couper au plus court… A etudier.

Fabien

Pareil que Rémi, tout n’est pas à oublier dans l’Estérel.
Perso j’ai bien aimé les montées « physiques » sur sentier « roulant » du Mt Vinaigre et du Cap Roux
Les mimosas, les eucalyptus, les chênes lièges, on change d’ambiance.
Les panoramas qui eux aussi changent de d’habitude avec la mer à nos pieds (et encore on a pas eu droit à beaucoup de soleil)
La dernière descente surprise de … comment s’appelle t’elle Sylvain ?

Merci à Sylvain pour le topo et bravo aux participant(e)s c’était du costaud !

Quelques images de la journée :

Pont Sarrazin

Un pierrier parmi tant d’autres

Mont Vinaigre

GR51, après le Mont Vinaigre

Un gros vélo tient toujours debout tout seul

Baisse Andoulette

_______________________________________________________

Statistiques : 57 km, +/- 2.130 m, 8h45

Parcours indicatif : Maurevieil – Col des Trois Termes – Mont Vinaigre – Pont de Barban – Baisse Andoulette – Pic du Cap Roux – Col de la Cadière – Descente « toute pourrie » de Giorgio – Maurevieil

2 pensées sur “Estérel Hardcore 2011

  • 21 février 2011 à 21 h 41 min
    Permalink

    Faut qu’on m’explique: On arrive quasiment au chiffres annoncés et quand je lis ton texte on ne fait que la moitié de la rando ?
    Du très bon, du bon, du moins bon, du pourri, on avait tout le panel hier (c’est les premières descentes trop caillouteuses que je n’ai pas aimé).
    Et j’aime bien la descente « pas pourrie » finale.
    Allez, on se rattrapera à la Ste Baume; Il parait qu’il y a aussi quelques cailloux par là-bas.

  • 22 février 2011 à 8 h 21 min
    Permalink

    Oui, effectivement.
    Faute de temps et à cause de la météo, nous sommes allés au plus direct en renonçant à un bon tiers des sentiers, ce qui aurait rajouté environ 10 km et 500 m de D+ (topo prévu).
    Mais bon, il aurait été fort malvenu de finir de nuit sous la pluie et sans frontale …

Commentaires fermés.