Mont Pela – Turini – Lantosque

Je vois d’ici tous les esprits chauffer pour chercher par où nous sommes passés pour ce drôle de parcours.
Est ce une reco ? ont ils trouvé le spot de l’année ? vont ils nous gratifier du topo ?
Redescendez en pression, ce n’est pas du tout ce que vous croyez…

Rando de dernière minute qui me sera, sans nul doute pardonnée, car tout le monde sait que je ne possède pas d’ordi perso. J’ai donc prévenu ceux qui avaient bien voulu me laisser leur numéro.
Nous voici donc partis à 6 : Marco, JC, Christian, Anthony, Bibi et PY, à l’heure cette fois-ci 🙂 … non j’ai pas fait exprès de ne pas te prévenir que j’étais en retard, vraiment quelle idée 🙂

Direction la Gordolasque pour faire vivre ou revivre la rando de Sylvain du mois de Juin que nous avions appréciée (et oui, on ne copie que ce qui est bien).
10h15 on roule, yes 1/4 d’heure de gagné sur nos habitudes que nous perdrons rapidement….

Dès la balise 273 (à savoir 200 m après le parking) la trace disparait et nous aussi…
PY est persuadé que le portage doit se faire tout de suite et à 90° !! il est suivi par le vaillant Marco qui visiblement a des notions de technique chamoise 🙂
Christian préfère se stopper tant que le parcours n’est pas validé et commence à répertorier les insultes qu’il me jettera à la figure environ 1/2 heure plus tard.
JC préfère se taire et avancer…ce qui me fait encore plus peur !
Anthony qui n’en est qu’à sa 3ème sortie monte courageusement son vélo.

A 12h00, nous nous considérons comme définitivement perdus !! 🙂
Et je décide de changer radicalement de programme : retour aux voitures, on déjeune sur place et on file au Turini pour la belle descente jusqu’à Lantosque.
JC pour “se vider” fait un looooonnnnngg tour sur la route avant de retrouver le sourire.
Pour les autres, le silence est lourd de reproche, je m’en sors en rejetant toute la faute sur PY 🙂

Mais bon ça c’est déjà le passé…il faut foncer, la nuit tombe désormais vite dans ces contrées sauvages.
Arrivée à 14h00 au Turini et ça démarre très vite.
On avale littéralement la montée même si les portages du matin ont laissé des traces et on s’engouffre dans les bois pour la belle descente jusqu’à Peïra Cava.

A partir de là c’est un défoulement total : JC me fait régulièrement l’intérieur, ça vire, ça saute avec un minimum de pauses si ce n’est pour nos classiques séances photos.

Le pauvre Anthony s’accroche et tente de ne pas se laisser distancer par les garçons (et oui à 18 ans, la testostérone est à son top !) ce qui lui vaut deux/trois beaux sauts dans le ravin heureusement sans mal, il s’en sort avec une pirouette “ben je voulais juste voir s’il y avait encore des cèpes !!”

Arrivée à la Baisse de Béasse, pas de repos, on enchaine, JC me met la pression en passant derrière moi pour me coacher…j’apprécie moyennement garçon !!

Pourtant, c’est Marco qui dans une belle épingle bien serrée avec marches nous fait un magnifique vol plané et se tort le poignet.
On s’inquiète mais lui ne pense comme tout bon biker qu’à l’état de son bô vélo rouge qui “hein Ann t’as vu ??, ne couine plus” …

Ce n’est pas pour autant que l’on repart plus calmement !
La fin de la rando dans les épingles vers Lantosque est encore l’occasion d’un festival de glissades sur un sol jonché de feuilles mortes très ludique.
Aujourd’hui PY la joue tranquille pendant que je m’en prends une ou deux bien bonnes comme au bon vieux temps.

On finit même pas sur les rotules en 2h15 !! … et en plein jour 😉

Nous laissons JC, PY et le déjà grand Anthony devant un verre pour la navette vers le Turini avec ma voiture.
Christian, un brin macho, voudra garder son casque et ses protecs pendant toute la montée, tout en osant nous raconter ses exploits en voiture pour suivre des champions du monde de rallye des années 80 dont nous avons déjà oublié le nom vu notre jeune âge (et oui Christian : VENGEANCE!!!).
L’arrivée au col est épique avec un brouillard assez épais (nan mettrais pas mes feux!) et un petit 2°C qui n’empêche pas Marco de nous faire un strip-tease qui réchauffe l’atmosphère :-))
De mon côté, j’opte pour garder, si c’est ce n’est ma santé mentale, au moins ma santé physique.

Alors pour les stats, m/seconde et émissions de CO2…ben du coup, on n’en sait rien !!
Mais le plus important c’est l’ambiance et le fait que tout le monde ait oublié les galères du matin, hein les garçons? J’ai pas raison??? …. aïe, aïe, non pas les dents !

En tout cas un grand bravo à Anthony qui a très bien suivi, qui tente tout sans sourciller et que l’on a rendu entier à sa famille…
Mais quand même la prochaine fois fais un peu attention à rouler moins près des ravins !!!