Jour de Peille

Une journée sur la piste de Peille avec Remy, Patrice, Gato, Pistol, Marmotte et ma poire. 6 navettes et plus de 2000m de D-.



Météo annoncée pourrie et comme d’habitude une superbe journée ensoleillée :) La journée commence tranquillement avec la premiere descente à 11h00, sur l’ancien parcours plus long, le tout tranquilou dans les cailloux.

Peille le parcours

Peille, c’est d’abord un départ sur un point de vue magnifique de la mer aux montagnes, un régal avant le premier coup de pédale.
Sans vouloir démistifier la piste, le niveau équivalent AS Cagnes serait du moyen+, tout s’enroule, pas de gaps ni d’épingles serrées (même les fameuses 3 « marches » de la fin passent bien). Par contre ça tabasse, et la difficulté est proportionnelle à la vitesse et à la recherche d’une trajectoire propre.
Le maître mot du tracé est le cailloux, du long, du court, du gros, du mou, du ptit qui roule, des pointus pas cools (cf Pierre Perret). Dès le départ, on sent le potentiel de progression sur la piste, il y a des trajectoires de partout, on peut essayer un passage à sauts et le coup d’après un appui sur le relevé, c’est génial

Peille c’est comme la Moulière en moins technique mais plus long.

En selle

Après la première reconnaissance et un picnic bien mérité, la navette commence. Il y aura jusqu’à 6 navettes dans la journée. Chaque descente est l’occasion de de perfectionner certaines parties de la piste, le début avec ces sauts (photos) sera vu sous toutes les coutures ;)
Pas de soucis pour les gros tout mous, mais la fatigue à chaque arrivée est bien présente, c’est tout autre chose pour Pistol avec son « petit » débattement qui arrêtera avant de perdre un morceau de vélo ou de son anatomie :P La piste de Peille est pourtant LA piste du Lapierre (Lapierre/Caillou …ok je sors …).
Pistol, super sympa (comme dit Remy), nous fera 2 navettes, pour notre plus grand plaisir.
Rémy et Patrice à l’arsouille, Gato et mon souffle chaud dans sa nuque, la dernière descente est déjà là. L’occasion pour Gato et moi de faire une non-stop, et pour Rémy de crever avant de se taper une pédale (cassage de pédale dans les règles) ;)

Pas à dire, cette descente est difficile, entre le physique nécessaire et la concentration, pfiouuuuu on est rincé à l’arrivée.

16h00, fin des descentes, encore une sacrée bonne journée :D

Les photos sont ici

3 pensées sur “Jour de Peille

  • 10 avril 2005 à 10 h 42 min
    Permalink

    C’est bien la première fois qu’on me parle de Peille en termes de "moyen+" ! Comme quoi passer à 200 ou 250mmm de débatt’ modifie radicalement la perception que l’on a des choses… Pour l’avoir testée à deux fois (la première avec un semi-rigide de crosseux 🙂 ), je sais qu’au-dessous d’une certaine vitesse, on n’en profite pas vraiment, et Pistoll le confirme sur ton blog ! Belles photos !

  • 10 avril 2005 à 12 h 32 min
    Permalink

    Assurément, Peille n’est pas une piste plaisante en terme de "sensations". C’est une piste de bourrin et même en gros tout mou il faut du physique pour tout enchainer.
    Le plaisir vient du défi contre soi plutôt que du plaisir de rouler … pour ma part mon pied je le prend plus sur du single type Argentina Bike

  • 11 avril 2005 à 12 h 13 min
    Permalink

    Remy a crevé, alors tout va bien, c’est dans l’ordre des choses

Commentaires fermés.